Le syndrome des ovaires polykystiques touche une femme sur dix. © magicmine, Fotolia
Santé

Syndrome des ovaires polykystiques : prendre la pilule pour diminuer le risque de diabète

ActualitéClassé sous :diabète de type 2 , Pilule contraceptive , gynécologie

Le syndrome des ovaires polykystiques touche une femme sur dix en âge de procréer. Ces personnes ont un risque accru de développer un diabète de type II. Prendre la pilule pourrait réduire ce risque de 25 % !

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Qu'est-ce que le diabète gestationnel ?  Le diabète gestationnel est associé à une augmentation des complications périnatales telles que la macrosomie, la césarienne, la dystocie des épaules et la paralysie du plexus brachial. 

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) ne concerne que les femmes en âge de procréer, de l'adolescence à la ménopause. C'est la première cause d'infertilité chez les femmes. Il s'agit d'un dérèglement hormonal. Chez les personnes atteintes, la testostérone est produite en excès et entraîne les symptômes suivants :

  • règles irrégulières ou absence totale de règles, liée à une trop faible fréquence d'ovulation ou une absence d'ovulation ;
  • hyperpilosité sur le visage, la poitrine, le dos, les fesses ;
  • acné et/ou peau grasse ;
  • chute de cheveux ;
  • surpoids.

Les symptômes sont très variables d'une femme à l'autre ; la maladie est plus ou moins invalidante selon les patientes. De plus, le surpoids prédispose à l’insulinorésistance : le SOPK est associé à un risque accru de développer un diabète de type 2. Alors qu'il n'existe pas de traitement pour guérir le SOPK, une nouvelle étude publiée en octobre 2021 dans la revue Diabetes Care suggère que la prise d'un contraceptif oral chez les femmes atteintes de SOPK diminue le risque de développer un diabète de type 2.

La pilule pour réduire le risque de diabète de type 2

Une étude rétrospective a été menée au Royaume-Uni. Elle inclut 64.051 femmes atteintes d'un SOPK et 123.545 femmes non atteintes (groupe contrôle). Dans un premier temps, les auteurs se sont intéressés au risque de développer un diabète de type 2. Les femmes atteintes de SOPK avaient deux fois plus de risques de développer un diabète de type 2 que les femmes non atteintes. De manière intéressante, les femmes atteintes de SOPK et présentant une hyperpilosité étaient encore plus à risque de développer un diabète de type 2.

Dans un second temps, les auteurs ont souhaité étudier l'impact de la prise d'un contraceptif oral dans un groupe de 4.814 femmes atteintes d'un SOPK. La prise d'un contraceptif oral semblerait réduire de 25 % le risque de développer un diabète de type 2.

Les personnes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques sont plus à risque de développer un diabète de type 2. © zakalinka, Adobe Stock

Une bonne nouvelle mais…

Les circonstances de découverte du SOPK sont bien souvent des difficultés à procréer. Si le SOPK est bien la seule cause de l'infertilité du couple, une induction de l'ovulation est alors proposée. Il s'agit de prendre un médicament, le citrate de clomifène en première intention. Les gonadotrophines injectables peuvent être utilisées en deuxième intention. Les grossesses multiples sont fréquentes et le couple doit en être conscient. 

Une autre technique consiste à réaliser des petits trous dans la couche superficielle des ovaires pour rétablir une ovulation normale et donc une grossesse spontanée. Cette technique s'appelle la chirurgie ovarienne par « drilling ». Dans ce cas, le risque de grossesse multiple n'est pas plus élevé que pour n'importe quelle grossesse « naturelle ». Enfin, en dernier recours, une FIV peut être proposée.

Dans ce contexte de désir d'enfant, il est alors impossible de prescrire la pilule pour diminuer le risque de diabète de type 2. Néanmoins, celle-ci pourra être proposée plus tard.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !