D'autres vaccins que ceux à ARNm sont sûrs et immunogènes quand ils sont utilisés en tant que rappel. © Leigh Prather, Adobe Stock
Santé

Ces 6 vaccins anti-Covid-19 apparaissent comme sûrs et immunogènes en tant que 3e dose

ActualitéClassé sous :vaccin anti-Covid , Coronavirus , Epidémie

-

Les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna sont les seuls à pouvoir être utilisés comme dose de rappel. Une étude anglaise s'est intéressée à six autres vaccins et à déterminer la tolérance et l'immunogénicité de plusieurs combinaisons.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vaccins et effets secondaires : faut-il s'inquiéter ?  Comme tous les médicaments, les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires. D'où viennent-ils et sont-ils courants ? 

La cinquième vague de l'épidémie de Covid-19 déferle sur la France. Le nombre de cas positifs augmente de façon fulgurante depuis la mi-novembre 2021, et les hôpitaux commencent à avoir les pieds dans l'eau. Les admissions en soins critiques et les décès hospitaliers dus à la Covid-19 s'envolent : respectivement +44 et 35 % par rapport à la semaine du 29 novembre 2021.

Pas le temps de lire ? Découvrez cet article au format audio dans Covipod, animé par Julie Kern. © Futura

Une autre vague déferle aussi, celle de la vaccination. La plupart des doses injectées ces derniers jours sont des doses de rappel, accessibles à tous les adultes ayant eu un schéma vaccinal complet au minimum cinq mois plus tôt. Seuls les vaccins à ARNm, Pfizer pour tous ou Moderna pour les 30 ans et plus, peuvent être injectés après une primo-vaccination. Les autres vaccins sont, à ce jour, exclus de la campagne de rappel.

Une autre formule que celle de Pfizer et Moderna en rappel ?

Peu de données existent sur la sécurité et l'immunogénicité des autres vaccins homologués lorsqu'ils sont injectés en tant que rappel. En Angleterre, la task force vaccinale et National Institute for Health Research (NIHR) sont à l'origine d'une étude randomnisée en double aveugle, appelée Covboost, qui vise à estimer la tolérance et le pouvoir immunogène de six vaccins anti-Covid-19, administrés après deux doses du vaccin Pfizer ou d'AstraZeneca. Les vaccins impliqués sont : Pfizer, Moderna, AstraZeneca, Novavax (dose complète ou demi-dose), Valneva (dose complète ou demi-dose), Janssen, et Curevac. Les résultats intermédiaires de cette étude qui est en phase 2, viennent d'être publiés dansThe Lancet

Les données montrent que les sept vaccins sont sûrs comme troisième dose

« Les données des effets secondaires montrent que les 7 vaccins sont sûrs comme troisième dose, avec des niveaux acceptables d'effets secondaires inflammatoires, comme des douleurs au site d'injection, des douleurs musculaires et de la fatigue. Tandis que tous augmentent l'immunité contre la protéine S après deux doses du vaccin AstraZeneca, seuls AstraZeneca, Pfizer, Moderna, Novavax, Janssen et Curevac le font aussi après deux doses de Pfizer », résume le professeur Saul Faust, investigateur principal de cet essai clinique et directeur du NIHR Research Facility à l'hôpital universitaire de Southampton. 

L'essai clinique a été conduit entre le 1er et le 30 juin 2021, auprès de 2.878 adultes de plus de 30 ans ayant reçu deux doses du vaccin AstraZeneca ou Pfizer au moins 70 et 84 jours avant le début du protocole respectivement. Dans les 18 sites impliqués, les participants ont été séparés en trois groupes : 

  • Groupe A : rappel du Novavax (dose complète) ou Novavax (demi-dose) ou Astrazeneca ;
  • Groupe B : rappel du Pfizer (dose complète) ou Valneva (dose complète) ou Valneva (demi-dose) ou Janssen ;
  • Groupe C : rappel de Pfizer (demi-dose) ou Curevac ou Moderna.

Pour chaque combinaison, les deux objectifs principaux étaient de suivre les effets secondaires et la concentration en anticorps anti-protéine S 28 jours après l'injection. Dans un second temps, les scientifiques ont estimé la capacité neutralisante des anticorps et la stimulation de l'immunité cellulaire in vitro. Ici, le but n'était pas de déterminer l'efficacité de chaque vaccin en tant que rappel sur l'infection et les hospitalisations.

Des rappels bien tolérés quelle que soit la formule

Dans l'ensemble, la dose de rappel est bien tolérée quelque soit la formule utilisée. Il y a tout de même des combinaisons plus réactogènes que d'autres. Les primo-vaccinés avec AstraZeneca et qui ont reçu la formule de Moderna ont été plus nombreux à rapporter une fatigue générale. Pour les primo-vaccinés avec Pfizer et ayant reçu Moderna en rappel, ils ont aussi déclaré plus d'effets secondaires.

La combinaison Pfizer et Janssen provoque une fatigue générale et des frissons plus fréquemment que les autres. Une troisième du dose d'AstraZeneca après une primo-vaccination au Pfizer est aussi associée à un peu plus d'inconfort. Ces effets secondaires n'ont rien d'anormal après une vaccination et sont plus souvent expérimentés par des sujets jeunes que des sujets âgés. Sur les 1.036 effets secondaires déclarés, 24 ont été considérés comme sévères et 6 potentiellement reliés aux vaccins.

Raviver les anticorps anti-protéine S

Le titre moyen en anticorps anti-protéine S est 1,8 fois, pour les personnes ayant reçu la demi-dose de Valneva, à 32,3 fois, pour les personnes ayant reçu le Moderna, qu'après seulement deux doses d'AstraZeneca. Ces titres sont 1,3 fois, pour la demi-dose de Valneva, à 11,5 fois, pour une dose de Moderna, plus important qu'après une primo-vaccination avec Pfizer. L'immunité cellulaire est aussi renforcée par les doses de rappel, mais de façon moins spectaculaire. La formule de Moderna semble la plus efficace sur ce point, tandis qu'un rappel d'AstraZeneca quand la primo-vaccination a déjà été avec ce même vaccin n'a que peu d'effet. Le vaccin de Valneva ne parvient pas réveiller l'immunité cellulaire chez les personnes primo-vaccinées avec Pfizer. Ces résultats varient beaucoup en fonction des personnes.

Ces nouvelles sont encourageantes et pourraient apporter de la flexibilité dans les campagnes de rappel. À l'heure actuelle, la formule de Pfizer est la plus demandée, notamment parce que c'est la plus connue du grand public et l'une des premières à avoir été autorisée. Les résultats présentés ici montrent que c'est aussi la plus efficace pour raviver les anticorps anti-protéine S. Mais les autres formules vaccinales ne présentent pas plus de risques et pourraient permettre de réduire la pression des demandes sur les vaccins de Pfizer et Moderna.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !