L'Agence européenne du médicament (EMA) enquête sur les cas de thrombose survenues après l'injection du vaccin d'AstraZeneca. © BillionPhotos.com, Adobe Stock
Santé

La cause des thromboses liées au vaccin AstraZeneca et Johnson&Johnson enfin identifiée ?

ActualitéClassé sous :vaccin anti-Covid , Coronavirus , thrombose veineuse

[EN VIDÉO] Coronavirus : 5 questions pour un vaccin  Plus de 47 vaccins contre le coronavirus sont en cours d’essai clinique dans le monde. Certains ont déjà avancé des résultats préliminaires encourageants. Alors que peut-on espérer de ces futurs vaccins ? Vont-ils nous permettre de retrouver une vie normale ? Cinq questions pour y voir plus clair. 

Depuis que les thromboses atypiques sont considérées comme un effet secondaire des vaccins d'AstraZeneca et Johnson & Johnson, le mécanisme conduisant à leur formation n'était pas encore élucidé. Les scientifiques de l'université de l'Arizona pensent avoir trouvé l'une des clés du mécanisme. 

La thrombocytopénie thrombotique induite par le vaccin, ou VITT, est un des effets secondaires des formules d'AstraZeneca et Johnson & Johnson qui utilisent toutes les deux un adénovirus modifié. Évènement rarissime, les scientifiques s'interrogent encore sur les mécanismes qui conduisent à la formation des caillots sanguins après la première injection de ces vaccins.

L'étreinte entre PF4 et l'adénovirus

Une équipe de recherche de l'université de l'Arizona a peut-être décrypté une partie de ce mécanisme. En analysant la structure de l'adénovirus contenu dans le vaccin d'AstraZeneca à un niveau de détail très fin, de l'ordre de l'angström. La capside de l'adénovirus, qui sert de véhicule au matériel génétique du SARS-CoV-2, peut se lier physiquement au facteur plaquettaire 4 (PF4), une protéine sanguine présente dans les caillots caractéristiques du VITT. 

Plus précisément, le PF4 peut se fixer sur des zones chargées négativement à la surface de l'adénovirus, appelées hexons. Le PF4 étant chargé positivement, le vecteur agit comme un aimant. Cette interaction est considérée comme anormale par le système immunitaire. Des anticorps s'y fixent dans le but de la neutraliser, entraînant ainsi une cascade de réactions qui se termine par la formation d'un caillot et une thrombose. 

En rouge, les zones de ChadOx1 où le PF4 peut se fixer. © Alexander T. Baker et al., Science Advances

Modifier l'adénovirus dans les vaccins

« Avec une meilleure compréhension du mécanisme par lequel PF4 et les adénovirus interagissent, il y a une opportunité d'améliorer la coquille du vaccin, la capside, pour prévenir l'interaction avec PF4. Modifier ChAdOx1 pour réduire la charge négative peut réduire les risques de causer des thrombocytopénies thrombotiques », explique Alexander Baker, premier auteur de l'étude.

En effet, dans cette approche mécanistique, c'est l'interaction avec certaines zones très électronégatives de l'adénovirus qui serait l'une des causes du VITT. En modifiant les acides aminés auxquels PF4 se fixent, le risque qu'un caillot sanguin se forme in fine est réduit. 

Pour en savoir plus

Vaccin AstraZeneca : les thromboses considérées comme un effet secondaire rare

Article publié le 8 avril 2021 par Julie Kern

Après avoir analysé plusieurs cas de thromboses après l'injection du vaccin Vaxzeria, l'Agence européenne du médicament considère que ces symptômes graves sont une conséquence rare de la vaccination avec la formule mise au point par AstraZeneca.

Un jour après la déclaration de Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale à l'Agence européenne du médicament (EMA), le comité de sécurité de l'institution sanitaire a publié ses conclusions officielles. Selon ces dernières, les caillots sanguins, accompagnés d'un déficit en plaquettes, doivent être considérés comme un effet secondaire rare du vaccin d'AstraZeneca, Vaxzeria. Cette décision se base sur l'étude de 62 cas de thrombose des sinus veineux cérébraux et 24 cas de thrombose veineuse splanchnique (circulation sanguine de l'abdomen), dont 18 se sont avérés mortels, signalés au 21 mars. Depuis, le nombre de cas a augmenté : 169 cas de thrombose cérébrale et 53 cas de thrombose de l'abdomen ont été rapportés à l'EudraVigilance, qui compile les effets secondaires pour les médicaments autorisés en Europe. Au 4 avril 2021, 34 millions de personnes ont été vaccinées avec Vaxveria dans les 27 pays de l'Union européenne.

Pour le moment, il n'y a aucun facteur de risque connu aux thromboses, néanmoins les femmes de moins de 60 ans sont les plus touchées par le phénomène. Ainsi, l'EMA recommande aux professionnels de santé et aux vaccinés d'être conscients que ce risque, bien que très faible, existe dans les deux semaines suivant l'injection. Si des essoufflements, des douleurs thoraciques et abdominales, des gonflements des jambes, des symptômes neurologiques comme des céphalées persistantes ou des troubles de la vision et des petits points rouges autour du site d'injection se manifestent, il faut consulter un médecin. L'EMA réaffirme que la balance bénéfice-risque du vaccin Vaxzeria est toujours en faveur des bénéfices.


AstraZeneca : un lien clair entre le vaccin et les thromboses, selon un responsable de l'EMA

Article publié le 6 avril 2021 par Julie Kern

Dans une interview, un responsable de la stratégie vaccinale à l'Agence européenne du médicament estime qu'il y a un lien clair entre le vaccin d'AstraZeneca et les cas de thrombose. Aucune communication officielle allant dans ce sens n'a été faite pour le moment. 

Depuis sa suspension temporaire, le vaccin anti-Covid d'AstraZeneca (Vaxzeria) est boudé par les personnes éligibles à la vaccination, notamment à cause des effets secondaires provoqués par ce dernier. Ce qui inquiète tout particulièrement la population est l'apparition d'une thrombose des sinus veineux cérébraux, c'est-à-dire la formation d'un caillot dans les vaisseaux sanguins qui irriguent le cerveau. Ces évènements concernent majoritairement des jeunes femmes de moins de 50 ans et s'accompagnent d'une thrombopénie, une quantité de plaquettes inférieure aux valeurs normales.

Dans les cas identifiés de thrombose grave après la vaccination, les patients souffraient d'une thrombose des sinus veineux cérébraux et de thrombopénie, un tableau clinique rare. © Axel Kock, Adobe Stock

Un lien entre thrombose et vaccin établi ?

Dans sa dernière communication sur le sujet, l'Agence européenne du médicament (EMA) indique qu'« un lien de causalité avec le vaccin n'est pas prouvé, mais il est possible, et les analyses se poursuivent ». Mais, le 6 avril 2021, Marco Cavaleri, le responsable de la stratégie vaccinale à l'EMA a déclaré dans le quotidien italien Il Messaggero : « Nous pouvons désormais le dire, il est clair qu'il y a un lien avec le vaccin. Ce qui cause cette réaction, cependant, nous ne le savons pas encore. » Une annonce officielle de l'EMA, qui n'a pas confirmé les dires de Marco Cavaleri, devrait paraître prochainement, car les scientifiques se réunissent autour de la question entre le 6 et le 9 avril 2021. 

Si selon Marco Cavaleri, il y a un lien entre le vaccin et les thromboses, le mécanisme en cause n'a pas encore été décrypté. L'association de thrombose avec la thrombopénie, qui conduit à des troubles hémorragiques, est assez unique. Selon l'Inserm, elle est liée à des altérations du système immunitaire et n'a pas encore été observée suite à une vaccination. Malgré ces suspicions, le rapport bénéfique/risque global du vaccin Vaxzeria est toujours positif, mais il pourrait être réestimé en fonction de l'âge. En France, la Haute Autorité de santé recommande de ne vacciner que les personnes de plus de 55 ans avec le vaccin Vaxzeria.

---

Découvrez Covipod, le podcast dédié à l'actualité du coronavirus

Toutes les deux semaines, rejoignez Julie Kern, journaliste santé diplômée d'un master en infectiologie, pour un tour d'horizon des dernières actualités et des mesures adoptées pour contrer la pandémie.

---

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !