Comment économiser du carburant ? © zahar2000, Fotolia

Planète

Carburant : 10 astuces pour économiser au volant

Question/RéponseClassé sous :Automobile , Eco-consommation , Consommation d'essence

Alors que le prix du diesel et de l'essence augmente, il est possible d'économiser 10 à 20 % de carburant en adoptant quelques gestes très simples. Et moins de consommation, c'est aussi moins de pollution. Ces 10 gestes méconnus peuvent vous aider.

La facture à la pompe ne dépend pas seulement des taxes et du prix du pétrole : elle provient aussi de vous ! En effet, l'écoconduite permet de réduire sa consommation de 10 à 20 % et gagner ainsi jusqu'à 335 euros par an (calcul pour une Peugeot 3008 consommant 8 l/100 km et parcourant 13.000 km/an). Les idées reçues et mauvaises habitudes sont pourtant encore fréquentes. Nos conseils pour réduire la facture d'essence et limiter la pollution.

1. Réduire sa vitesse

10 km/h en moins, c'est une économie de trois à cinq litres de carburant sur 500 km et 12 kg de CO2 en moins dans l'atmosphère. Et ce n'est pas tellement plus long : on ne perd que quatre minutes sur un trajet de 100 kilomètres sur autoroute. Il faut savoir en effet que la consommation augmente de manière exponentielle : elle double en passant de 40 à 80 km/h.

Réduire sa vitesse de 10 km/h économise jusqu’à cinq litres de carburant sur 500 kilomètres. © Zac Ong, Unsplash

2. Anticiper le freinage

De nombreux automobilistes ont encore tendance à accélérer vivement en voyant un feu vert, quitte à piler devant s'il passe au rouge. Absurde, car cela génère une surconsommation inutile. Il faut d'ailleurs savoir que de nombreuses communes ont adopté un système « d'onde verte modérante » de telle façon que réduire sa vitesse à 35 km/h ou 40 km/h permet de passer tous les feux verts sans s'arrêter. De même, inutile de « coller » la voiture qui vous précède dans un embouteillage dès que la file avance un peu. On peut tout simplement laisser rouler sa voiture en levant le pied de l'accélérateur... ce qui consomme zéro carburant. 

3. Limiter les petits déplacements

40 % des trajets en voiture font moins de deux kilomètres. Or, ce sont justement ces deux premiers kilomètres qui sont les plus polluants et les plus coûteux : la surconsommation atteint 45 % sur le premier kilomètre, 25 % sur le second. Les pots catalytiques ne fonctionnant pas de manière optimale à froid, on accroît aussi ses émissions de CO2 et d'oxydes d'azote.

Les deux premiers kilomètres sont ceux qui consomment proportionnellement le plus d’essence. © kichigin19, Fotolia

4. Se garer à l’ombre

Même à l'arrêt, votre voiture peut vous faire consommer plus ! En effet, un véhicule garé en plein soleil va être plus long à refroidir et on aura tendance à mettre la climatisation à fond en démarrant. De plus, une partie du carburant peut s'évaporer sous l'effet de la chaleur. En principe, une cartouche de charbon actif est censée récupérer la vapeur d'essence, mais une partie peut s'échapper par l'évent du réservoir, la tuyauterie ou les pièces en plastique du système d'alimentation. Au démarrage, de l'essence froide qui pénètre dans un moteur ayant été chauffé au soleil va aussi s'évaporer plus rapidement et entraîner une surconsommation.

5. Utiliser le régulateur de vitesse… à bon escient

Outre le confort et la tranquillité d'esprit qu'il procure (pas de crainte de se faire flasher par un radar), le régulateur de vitesse permet d'éviter les accélérations et ralentissements inutiles et donc de diminuer la consommation. Il augmente aussi la sécurité, puisque le conducteur n'a plus l'œil rivé sur le compteur. Ces avantages valent surtout pour des parcours réguliers. En montagne ou sur des routes sinueuses, le régulateur de vitesse va obliger la voiture à accélérer pour maintenir la vitesse. Pour consommer le moins possible en parcours vallonné, il faut réduire sa vitesse dans les montées et lâcher l'accélérateur en descente, tout en restant sur le plus grand rapport possible.

Sur une route de montagne, le régulateur de vitesse est moins efficace pour économiser le carburant. © Kees Streefkerk, Unsplash

6. Passer les vitesses supérieures dès que possible

De nombreux automobilistes ont pris la mauvaise habitude de laisser leur véhicule augmenter progressivement l'allure sur le rapport supérieur, puis de rétrograder et d'appuyer fortement sur l'accélérateur pour jouir de bonnes reprises. Or, c'est le régime moteur qui détermine la consommation : pour une conduite la plus économique possible, le rapport supérieur doit être engagé avant 2.500 tours sur une voiture essence et 2.000 tours sur les voitures diesel.

7. Bien choisir ses pneus et vérifier la pression

Des pneus sous-gonflés entraînent une augmentation de la résistance au roulement et donc une surconsommation de carburant de 2,4 % par 0,5 bar. Ils sont également dangereux car ils dégradent la qualité de tenue de route et peuvent même exploser. Pour de longs trajets, il est d'ailleurs recommandé de surgonfler ses pneus de 0,2 bar, surtout si la voiture est chargée. À savoir qu'il existe des pneus « basse consommation » réduisant la résistance de roulement. Le pneu Energy Saver de Michelin permet ainsi d'économiser un litre de carburant tous les 200 kilomètres. 

Avec les pneus écologiques, on parcourt plus de distance avec son plein d’essence. © Michelin

8. Alléger le véhicule et ne pas faire le plein

À méditer avant l'achat de sa voiture : la consommation de carburant augmente de 7 % quand le véhicule s'alourdit de 100 kg. Même si vous avez une voiture légère, pensez à la débarrasser de tous les objets inutiles. Autre astuce, ne faites pas le plein systématiquement car chaque litre de carburant représente autant de kilogrammes à transporter. De même, débarrassez la voiture des coffres et galeries de toit, porte-vélos et porte-skis quand ils ne servent pas : ils entraînent une surconsommation de 10 à 20 % en raison de la perte d'aérodynamisme. Il est d'ailleurs préférable de privilégier les remorques et les porte-vélos à l'arrière.

9. Mettre la climatisation seulement sur autoroute

Pratiquement toutes les voitures disposent aujourd'hui de la climatisation, et c'est devenu quasiment un réflexe dès qu'il fait chaud. Or, la climatisation consomme jusqu'à un litre supplémentaire aux 100 km/h. Quand on roule à faible vitesse, il est donc préférable d'ouvrir les fenêtres pour se rafraîchir. En revanche, lorsqu'on dépasse une certaine vitesse, la surconsommation entraînée par la traînée aérodynamique des vitres ouvertes dépasse celle de la climatisation.

La climatisation entraîne une surconsommation d’essence d’un litre aux 100 kilomètres. © bizoo_n, Fotolia

10. Couper le moteur à l’arrêt

Le système Stop and Start, qui commande la coupure de l'allumage dès que la vitesse tombe sous les 5 km/h, se généralise sur les véhicules neufs. Selon les constructeurs, il permet de réaliser jusqu'à 8 % d'économies. En réalité, ce chiffre ne vaut que si l'on roule principalement en ville avec beaucoup d'embouteillages ; en conditions réelles, on est plutôt autour de 3 %. Ceci étant, le principe reste valable d'autant plus que les démarreurs et les batteries modernes supportent parfaitement les démarrages fréquents. 

Rappelons enfin que la meilleure façon de faire des économies, c'est de laisser sa voiture au garage. Ayez le réflexe covoiturage, que ce soit pour les longs trajets ou pour se rendre au travail : vous ferez non seulement des économies mais vous contribuerez à fluidifier le trafic et à diminuer la pollution.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi