La RATP veut lutter plus encore contre les particules fines avec le dispositif Green Friction. © art_zzz, Adobe Stock
Planète

La réduction des particules fines en bonne voie pour la RATP

ActualitéClassé sous :particules fines , RATP , transport en commun

-

La RATP accélère en faveur de la qualité de l'air avec une solution de freinage innovante pour réduire drastiquement l'émission de particules fines. Elle s'est associée pour cela avec l'équipementier ferroviaire Faiveley Wabtec et sa solution Green Friction.

Quitte à lutter contre les particules fines, autant s'attaquer au problème à la source. Le sujet est sur les rails de la RATP depuis une vingtaine d'années, mais pourrait connaître une nette accélération depuis qu'elle s'est aiguillée vers l'équipementier ferroviaire Faiveley Wabtec et sa solution de freinage baptisée Green Friction.

90 % de particules fines en moins

Ce dispositif présenté comme révolutionnaire est censé réduire de 90 % l'émission de particules au moment du freinage de tout type de matériel roulant, voiture, bus, mais surtout métro ou RER car le plus souvent situés dans des espaces souterrains.

En attendant, la solution est en cours de test à Avellino, près de Naples, depuis la fin octobre 2020. Selon la RATP, « ces tests dynamométriques permettent de reproduire les conditions réelles d'exploitation du train pour les matériaux de friction des freins à disque. Ils se composent d'équipements de laboratoire pour compter et mesurer avec précision la taille et le nombre des particules générées par le frein à friction ». L'expérimentation est menée sur un frein à disque de matériel roulant ferré de type MI09, comme celui du RER A en circulation sur le réseau de la compagnie de transport public parisienne.

Le credo écologique de la RATP avec Faiveley Wabtec : réduire de 90 % le taux d'émission de particules fines lors du freinage de tout type de matériel roulant. © Studio Laure, Adobe Stock

Les particules fines

Plusieurs types de particules sont dans le viseur de cette innovation : PM1, PM2,5 ou encore PM10. Chaque chiffre correspond au diamètre des particules exprimé en micron (µm), qui équivaut à 0,001 millimètre. Ainsi, derrière PM 10, il faut comprendre une particule fine (ou particulate matter, ou PM, en anglais) d'un diamètre inférieur à 10 µm, soit 5 à 7 fois moins que celui d'un cheveu humain.

Le problème, c'est que selon leur diamètre, les particules peuvent être inhalées et affecter nos voies respiratoires. Si au-delà de 10 µm, elles sont retenues par le nez ou la bouche, les PM10 peuvent pénétrer dans les bronches, les PM2,5 ou particules fines, jusqu'aux alvéoles pulmonaires et les PM1,0, ou particules très fines, peuvent même passer la barrière alvéolo-capillaire. En résultent des possibles inflammations, des maladies cardio-vasculaires, voire même le cancer du poumon. Selon l'OMS, les PM2,5 causent la mort de quatre millions de personnes par an.

Le plan d’actions pour la qualité de l’air

La diminution des émissions de particules, déjà en bonne voie avec la généralisation progressive des freinages électriques, fait d'ailleurs partie d'un plan d'actions plus global de la RATP. L'amélioration de la qualité de l'air dans les stations et gares est aussi visée, notamment par le traitement de l'air par ionisation positive avec le dispositif IP’AIR, mais aussi le renouvellement de 340 ventilateurs en tunnel.

La RATP tient aussi à impliquer le public avec des informations disponibles dans certaines stations mais aussi sur un site dédié. Plusieurs paramètres sont étudiés : paramètres climatiques (température, humidité relative), dioxyde de carbone, oxydes d'azote, particules fines... Toutes les informations collectées sont accessibles en open data pour des usages non commerciaux sur open.data.ratp.fr.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !