Le service de navigation guidée Google Maps suggère des itinéraires en voiture à la fois économes en carburant et moins polluants. Ses algorithmes ont été entrainés à prendre en compte le type de motorisation.

 

 

 

Cela vous intéressera aussi

Déjà disponible aux Etats-Unis, Canada et Allemagne, la suggestion d'itinéraires écoresponsables et plus économes en carburant dans Google Maps est désormais activée en France ainsi que dans 40 pays d'Europe. Outre le trajet le plus rapide, le service de navigation guidée de Google proposera également l'itinéraire le moins gourmand en carburant lorsqu'un déplacement en voiturevoiture s'impose par rapport aux autres alternatives. L'automobiliste pourra comparer les deux options et préférer le trajet lui permettant d'économiser du carburant et de réduire ses émissionsémissions de CO2CO2.

Pour optimiser cette suggestion, Google Maps tiendra compte du type de motorisation du véhicule (essence, diesel, hybridehybride ou électrique). D'ici quelques semaines, les usagers pourront ajouter cette information et ainsi bénéficier d'une estimation la plus précise possible du gain attendu en termes de consommation de carburant et d'énergieénergie.

La sélection d'un itinéraire plus économe en carburant et écoresponsable dans Google Maps. © Google
La sélection d'un itinéraire plus économe en carburant et écoresponsable dans Google Maps. © Google

L’intelligence artificielle au service de l’écologie

« Depuis son lancement aux États-Unis et au Canada, nous estimons que cette fonctionnalité aurait déjà entraîné une réduction de plus de 500 000 tonnes des émissions CO2, soit l'équivalent de 100 000 voitures à moteur thermiquemoteur thermique retirées de la circulation », déclare Google. Avec l'introduction des itinéraires économes en carburant à travers l'Europe, le géant de l'Internet pense pouvoir viser une réduction d'un million de tonnes de CO2.

« En 2020, le transport routier était la principale source d'émissions de CO2 dans toute l'Union européenne (y compris le Royaume-Uni et l'Islande), représentant 26 % des émissions totales de CO2 », rappelle Google. L'entreprise explique avoir développé des algorithmes d'apprentissage automatique en combinant les modèles de circulation issus de Google Maps, les types de moteurs les plus courants par régions avec les données du Laboratoire national des énergies renouvelablesénergies renouvelables du Département américain de l'énergie (NREL) et celles de l'Agence européenne pour l'environnement.


Google Maps indique les zones à faibles émissions dans plusieurs villes européennes

Article de ETX Daily Up, le 28/07/2021

Le service de cartographie Google Maps s'enrichit d'une nouvelle fonctionnalité qui signale la présence d'une zone urbaine régulée où s'appliquent des restrictions envers les véhicules les plus polluants. Les automobilistes pourront alors opter pour un autre mode de transport ou changer d'itinéraire.

Si vous circulez en voiture dans la capitale française, vous pourrez désormais connaître les zones dites « à faibles émissions mobilité » et adapter votre trajectoire en fonction, voire opter pour autre mode de transport. Pour recevoir ces alertes, rendez-vous sur Google Maps. Le géant américain vient en effet de lancer cette nouvelle fonctionnalité à Paris, ainsi que dans d'autres grandes villes européennes.

Les automobilistes n'ignorent sans doute pas que de nombreuses villes ont mis des mesures en applicationapplication visant à réduire la pollution et améliorer la qualité de l'airair en zone urbaine. Depuis le 1er juin 2021, la circulation est par exemple interdite aux véhicules catégorisés non classés (Crit'Air 5 et Crit'Air 4) sur l'ensemble du territoire parisien, à des jours et des horaires précis.

Pour faciliter l'expérience du conducteur et l'inciter à utiliser d'autres modes de transport, Google Maps lance la fonctionnalité « alerte des zones régulées ». « Les conducteurs pourront notamment savoir si leur véhicule est autorisé dans une zone spécifique et, si besoin, ils pourront se replier sur un autre mode de transport ou un autre itinéraire », explique l'entreprise américaine.

Des zones à faibles émissions dans 250 villes à travers le monde

Paris n'est pas l'unique ville où les utilisateurs pourront tester cette nouvelle fonctionnalité : ces alertes sont également déployées à Berlin, Barcelone, Londres et Amsterdam. Et pour cause : d'après un rapport de l'AdemeAdeme publié en septembre 2020, près de 250 villes en Europe et dans d'autres dans le monde ont instauré des zones à faibles émissions mobilités. Toutes visent le même objectif : limiter l'accès des véhicules les plus polluants dans les agglomérations.

Ces nouvelles alertes s'inscrivent dans une série de nouvelles fonctionnalités annoncées quelques mois plus tôt par Google, présentées comme des outils pour nous aider à adopter un mode de vie écoresponsable. Par exemple en localisant les points de recyclagerecyclage situés à proximité de chez soi ou encore en repérant les itinéraires qui présentent la plus faible empreinte carbonecarbone (en prenant en compte des indications précises tels que les zones d'embouteillages ou les pentes).