Planète

Leur rôle dans le sol

Dossier - Recyclage naturel : qui sont les décomposeurs ?
DossierClassé sous :zoologie , décomposeurs , compost

-

Les décomposeurs sont des aides indispensables au recyclage de la matière organique de nos prés, de nos forêts, de nos compost. On les oublie souvent mais sans eux nous serions couverts de débris ! Redonnons leur donc leur place dans ce dossier.

  
DossiersRecyclage naturel : qui sont les décomposeurs ?
 

Ces animaux ont pour rôle principal de fragmenter tous les détritus et ainsi d'augmenter la surface disponible pour l'oxydation chimique qui finira de décomposer les déchets naturels du milieu jusqu'à ce qu'on retrouve des composés minéraux : oxyde de soufre, de phosphore, de carbone et eau qui, eux seront de nouveau assimilables par les plantes, premier maillon de cette chaîne.

Ver © Inra

Un exemple chiffré :

- Considérons une aiguille de pin de 60 mm de long, 1 mm de large et de 0,5 mm d'épaisseur. Elle possède une surface extérieure de 180 mm2.
- Si un lombric la décompose en 60 morceaux d'1 mm d'épaisseur, la surface totale des fragments de l'aiguille sera de 240 mm2.
- Si l' aiguille est attaquée par un acarien capable de débiter des petits cubes de 10 micromètres de côté, les 30 millions de fragments obtenus représentent une surface totale de 18 000 mm2.
- Supposons encore qu'un nématode puisse encore découper cette même aiguille en petits morceaux de 0,1 micromètre de côté, la surface des 3. 1013 fragments sera de 1 800 000 mm2, soit 1,8 m2.
Ceci est très théorique, bien sur, mais on constate une augmentation de surface utile à l'oxydation de 10 000 fois !

Pseudoscorpion (1-5 mm environ)

Leurs régimes alimentaires sont très variés :

  • Saprophage ou détritivore : mange des débris végétaux et animaux
  • Nécrophage : mange des cadavres
  • Coprophage : mange des excréments
  • Carnivore : mange des animaux vivants
Nom de l'animalCe qu'ils mangent
Cloportefeuilles mortes, bois pourri
Collemboledébris organiques, mycélium de champignon, excréments d'invertébrés
Diplouredébris organique, larves d'insectes, collemboles
Larves de coléoptèresbois morts, écorces
Larves de diptèresdébris végétaux et animaux
Oribatesdébris végétaux partiellement décomposés
Pseudo-scorpioncollemboles, acariens
Staphylininsectes, myriapodes
Tysanouredébris végétaux
Lombricdébris organiques du sol
Némapodesfines particules organiques, bactéries
Collembole (2-5mm environ)

1 - Bilan énergétique annuel et transfert d'énergie dans le sol.

Etablir un bilan c'est faire la différence entre les recettes et les dépenses.

Pour nous, ici, il s'agit de faire un calcul (exemplaire, même s'il est schématique) avec l'énergie ingérée (IN), l'énergie non utilisée (NU) et l'énergie assimilée (A), consommée pour la respiration (R) et la construction de l'animal qu'on appelle production secondaire (PS). Voici un schéma représentant les entrées et les sorties d'énergie.

Ce schéma concerne les résultats obtenus pour 58300 acariens oribates soit une masse totale d'animaux de 54 mg, vivant dans 1 mètre carré de sol et sur une profondeur de 12,5 cm.

Schéma énergie dans le sol

Le rendement alimentaire soit la quantité d'acarien "fabriquée" divisée par la quantité de nourriture ingérée PS / IN. Ce rendement est de 7% ce n'est pas énorme mais les animaux concernés consomment une grande partie de l'énergie ingérée pour leur propre fonctionnement.

R + PS n'est pas tout à fait égal à A. De même, A + NU n'est pas tout à fait égal à IN. Ceci est dû aux pertes de chaleur.

On peut calculer un rendement global en prenant comme donnée de départ la quantité de lumière solaire (LS), reçue par mètre carré et par an soit 1 672 000 kJ. On fait le calcul PS / LS et on obtient : 1,6.10-4 c'est évidemment très peu mais c'est suffisant pour que l'épaisseur de litière en voie de décomposition n'envahisse pas tout. Sans eux on serait « enterré » sous les détritus....fussent-ils naturels !

L'évaluation de la production secondaire, comme on vient de la faire ici, peut être très importante dans bien des situations : sauvegarde d'un milieu naturel ou élevage par exemple.