Planète

Impact de la pêche sur les requins : la chasse aux ailerons

Dossier - Plaidoyer pour les requins
DossierClassé sous :zoologie , requins , prédateurs

-

Au nom de la survie des océans, il faut accepter la présence des requins et les respecter pour ce qu'ils sont et ce qu'ils font au niveau de l'équilibre général.

  
DossiersPlaidoyer pour les requins
 

Les chiffres varient, mais la barre des cent millions d'individus pêchés est franchie depuis plusieurs années... pour récupérer des produits de base, comme la chair, mais aussi pour approcher des paradis culinaires douteux avec les « ailerons » (principal ingrédient d'un potage oriental fort prisé et très cher, de l'ordre de 450 euros le kilo). Philippe Mespoulhé nous explique les enjeux et les dangers de cette pêche.

Ailerons de requins. © P. Mespoulhé

Le paradoxe du non respect des ressources

La façon de s'approprier les nageoires relevant plus d'une boucherie que d'une pêche classique défendable, des voix commencent à s'élever pour une définition de la protection des squales au niveau international, mais au vu du respect des conventions internationales pour les cétacés, je doute fort que l'Homme dans son ensemble, et notamment les pêcheurs se sentent concernés par ces mesures. Depuis que je pratique la mer et les marins, c'est valable dans d'autres domaines, je n'ai toujours pas compris que les principaux intéressés ne voient pas leurs propres avantages dans le respect de leur lieu de travail, c'est-à-dire les océans et de leur équilibre. « Tuer la poule aux oeufs d'or », maxime triviale qui ne fait réfléchir les principaux responsables, qu'après leur période d'exploitation des lieux. Les nouvelles technologies en terme de pêche industrielle ont fait du mal dans toutes les ressources marines. 

La pêche aux requins est souvent pratiquée sans considérations pour l'animal. © P. Mespoulhé

Les relations liant le pêcheur aux requins sont complexes ; je le concède et le respecte pour un des métiers les plus contraignants de notre société. Mais actuellement, les conditions de travail, même si elles restent à mon avis les plus dures qui soient, ont largement évolué au niveau des cadences infernales, des horaires, des risques encourus à l'égard des requins. Même en faisant l'effort, avec ce que les gens pensaient au mépris de l'environnement il y a encore quelques années, la compréhension de tels actes de cruauté envers des animaux, si dangereux soient-ils, est inexplicable.

Pourquoi la pêche aux requins a-t-elle connu une telle expansion ? © Fanouze

Le boum de la pêche aux requins : causes et conséquences

Depuis plus de vingt ans, partout dans le monde, l'exploitation commerciale des requins a enregistré une forte progression. Le boom technologique en terme de navigation a augmenté le nombre de zones de pêche de façon exponentielle. En 1950, environ 272.000 tonnes ont été débarquées. En 1996, les quantités débarquées ont atteint 760.000 tonnes (chiffres FAO). La chair des requins est une source bon marché de protéines pour des millions de petits pêcheurs. Souvent, on coupe les ailerons et on rejette les animaux mutilés dans l'eau. La peau, les dents, les cartilages et l'huile du foie sont également utilisés et vendus selon la nationalité des pêcheurs. La cupidité est au rendez-vous car ces produits de base représentent des valeurs commerciales conséquentes.

L'Homme tue les requins depuis toujours pour différentes raisons : pour manger, pour se procurer des sensations et ramener des photographies-souvenir d'un goût douteux, pour le plaisir de tuer un requin, pour récupérer des substances particulières aux squales (comme le squalène contenu dans l'huile de foie utilisé dans différentes industries)...

Le requin intéresse les industriels... © Fanouze

La pêche excessive est un grave problème pour les pêcheries du monde entier, car elle contribue à réduire les populations de requins et peut entraîner des déséquilibres incommensurables dans les chaînes alimentaires.

Les spécialistes expriment leur inquiétude au sujet des effectifs de populations de nombreuses espèces de requins. Certaines ont un cycle de croissance lent et un taux de fécondité faible. Ceci explique que les requins sont très sensibles à la surexploitation car il faut de nombreuses années pour reconstituer les stocks et encore plus de temps pour rééquilibrer les différents biotopes affectés. La biologie et la physiologie complexes des squales expliquent les fluctuations des populations.