Planète

En bref : la pêche « no kill » peut tout de même tuer les requins

ActualitéClassé sous :zoologie , pêche , no kill

Consistant à relâcher les poissons inutiles, la pêche no kill est-elle sans conséquence sur les requins ? Non, nous dit une nouvelle étude. Après tout, l'épreuve subie par l'animal est pour le moins stressante. Ainsi, les requins-marteaux seraient particulièrement affectés par leurs rencontres avec des pêcheurs, parfois au point d'en mourir prématurément après leur libération.

Austin Gallagher prélève le sang d’un requin qui sera libéré pour déterminer son niveau de stress à la suite de sa capture. © Christine Shepard

Dans le monde, de nombreux pêcheurs pratiquent le no kill. Autrement dit, leurs proies sont relâchées après avoir été débarrassées de l'hameçon fiché dans leur cavité buccale. Reste à savoir si cette pratique est réellement sans conséquence sur les populations de poissons. Après tout, il n'est pas agréable de sentir un objet se planter dans sa chair, avant d'être tiré de force, parfois durant longtemps, pour au final se retrouver hors de l'eau.L'animal a de quoi stresser...

Des chercheurs états-uniens menés par Austin Gallagher (université de Miami) viennent d'étudier le stress provoqué par la pêche chez cinq espèces de requins vivant le long des côtes de la Floride et aux Bahamas. Pour ce faire, ils ont prélevé des échantillons de sang sur leurs proies, avant de leur faire subir des tests de réflexe, puis de les relâcher une fois équipées d'une balise satellite. Le niveau de stress a été caractérisé au moyen des échantillons de sang, grâce à l'étude de leur pH, de leur concentration en CO2 et de leur taux de lactate. Publiés dans les Marine Ecology Progress Series, les résultats montrent que chaque espèce réagit différemment face au stress subi.

Le plus haut taux de lactate, une molécule produite lors d'un effort intense et mortelle chez plusieurs espèces de poissons au-delà d'un certain seuil, a été décelé chez les requins-marteaux. Or, les données satellites ont montré que ces animaux étaient enclins à mourir plus jeunes après avoir été relâchés. À l'opposé, le requin-tigre n'est que peu perturbé par ses rencontres avec des pêcheurs. Entre les deux se trouvent, du plus au moins stressé : le requin à pointes noires, le requin-bouledogue et le requin-citron. Ainsi, quand un squale repart en nageant après avoir été capturé, cela ne signifie pas obligatoirement qu'il va survivre à sa mauvaise expérience. Les programmes de conservation devraient dorénavant en tenir compte.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi