Planète

Quand les dinosaures prédateurs se révèlent proches de nos oiseaux chanteurs

ActualitéClassé sous :paléontologie , Appareil respiratoire , dinosaures prédateurs

Le système respiratoire des dinosaures prédateurs et celui des oiseaux chanteurs modernes pourraient avoir été plus proches que ce que les scientifiques pensaient.

T rex Crédit : http://www.btinternet.com

En opposition à l'hypothèse proposée d'une similitude de l'appareil respiratoire des dinosaures prédateurs et de celui des crocodiles et autres reptiles, de nouvelles recherches suggèrent que les animaux éteints étaient dotés d'un système de sacs aériens qui, tout en étant plus complexe et beaucoup plus volumineux, était semblable à celui des oiseaux d'aujourd'hui. Cette nouvelle étude va dans le sens de plusieurs autres menées ces dernières années, tendant à dresser un portrait plus avien des dinosaures carnivores, dont les T. rex. Ceux-ci auraient eu des plumes, incubé leurs œufs, connu une croissance rapide, et peut-être respiré comme des oiseaux.

Les oiseaux ont longtemps fasciné les biologistes à cause de leur système respiratoire particulier. Celui-ci est composé, outre les poumons, de sacs aériens. Il s'agit de sacs dilatables qui communiquent avec les poumons et les os creux. Outre leur fonction respiratoire, ils donnent de la légèreté aux oiseaux. "Ce système est à l'origine de trous dans leur squelette, d'où l'idée populaire selon laquelle ils avaient de l'air dans leurs os", indique Patrick O'Connor, professeur assistant de sciences biomédicales au Collège de Médecine Ostéopathique de l'Université de l'Ohio et principal auteur de l'étude.

La nouvelle étude, qui examine comment le système d'air s'imprime dans le squelette, dans des régions telles que le cou, la poitrine, les hanches, met en évidence des similitudes entre la colonne vertébrale des dinosaures et celle des oiseaux, indiquant une structure de tissu mou commune. Bien que probablement non exactement identique à celle des oiseaux vivants, elle est sans rapport avec celle des crocodiles. "Ce qui était formellement considéré comme propre aux oiseaux, était présent sous quelque forme chez leurs ancêtres," déclare Patrick O'Connor.

Les scientifiques ayant mené l'étude font partie d'un courant de recherche procédant par l'examen des os de dinosaures et par un travail de comparaison de ceux-ci avec ceux des animaux modernes, dans le but de mieux connaître l'anatomie de ces animaux disparus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi