Santé

Après la chute de l'astéroïde, le canard était toujours vivant

ActualitéClassé sous :vie , oiseaux , limite C/T

-

Les oiseaux seraient apparus à l'ère secondaire, bien avant l'extinction massive qui a eu raison des dinosaures. Ils auraient donc survécu à la catastrophe...

Cherchez le canard… En 1992, une équipe de scientifiques argentins l'avait raté. En 2005, Julia Clarke et ses collègues l'ont trouvé. Pourtant, ce squelette date du Maastrichtien, dernière période du Crétacé, juste avant qu'un voile noir s'abatte sur la T

Un ancêtre des ansériformes, les actuels oies, cygnes et canards, vivait déjà 66 à 68 millions d'années en arrière, donc avant la période d'extinction massive de la fin de l'ère secondaire, il y a 65 millions d'années. Jusqu'ici, les paléontologues étaient persuadés que les oiseaux modernes, descendants de certains dinosaures, ne s'étaient diversifiés qu'au début de l'ère tertiaire, lorsque les autres dinosaures avaient tiré leur révérence, exterminés comme plus de la moitié de la faune et de la flore du secondaire par une catastrophe planétaire, probablement la chute d'un astéroïde.

© Ydel - Gueules d'Humour pour Futura-Sciences

Mais les biologistes moléculaires ont toujours douté de ce scénario. Leurs horloges génétiques, basées sur le rythme des mutations, leur indiquaient que les lignées actuelles d'oiseaux étaient apparues bien avant la "limite Crétacé-Tertiaire", marquée par cette extinction massive.

Survivance massive

Aujourd'hui, c'est une équipe de paléontologues, menée par Julia Clarke (Université de Caroline du nord), qui leur donne raison. Exhumé en 1992 sur l'île de Vega, en Antarctique, le squelette de Vegavis iaai, avait d'abord été attribué à un reptile. L'équipe de scientifiques américains l'a réexaminé à l'aide de moyens plus modernes. Une tomographie à rayons X a mis en évidence des os restés jusque là invisibles. Verdict : Vegavis iaai ressemble fort à un canard...

© Wayne - Gueules d'Humour pour Futura-Sciences

L'histoire des oiseaux est donc à réécrire. Si les biologistes moléculaires ont vu juste, les ancêtres des palmipèdes n'auraient pas été les seuls oiseaux à sillonner les cieux du Crétacé.
L'équipe de Julia Clarke parle maintenant d'une période de "survivance massive" pour décrire la limite Crétacé-tertiaire. Alors que les dinosaures, les ammonites, les fougères et le plancton marin étaient décimés, les oiseaux, comme les mammifères, s'en tiraient...

© Delucq - Gueules d'Humour pour Futura-Sciences
Cela vous intéressera aussi