Chaque année en France, plus d'un million de tonnes de nourriture encore consommable sont jetées, selon les estimations du ministère de l'Agriculture. Une partie de ce gaspillage pourrait être évitée en apprenant à distinguer les aliments périmés qui peuvent être consommés sans danger pour notre santé.


au sommaire


    Généralement, les aliments secs peuvent facilement être consommés après - parfois même bien après - la date de péremption indiquée sur leur emballage. D'autant que la date qui figure après « à consommer de préférence avant le... » correspond à une date de durabilitédurabilité minimale. Car rien n'interdit de consommer un produit au-delà de cette date. À condition que son emballage ne soit pas abîmé. Ainsi une boîte de conserve bombée -- même avant la date de péremption -- peut-être le signe d'une contamination bactérienne.

    Si un aliment est tombé par terre moins de 5 secondes, peut-on encore le manger ? La réponse avec Melissa Lepoureau dans Science ou Fiction. © Futura

    Longue conservation : miel, épices, pâtes, riz, etc.

    Les aliments en conserve et surtout les aliments secs peuvent se conserver longtemps :

    • Le miel -- tout comme le sucre d'ailleurs -- se conserve ad vitam aeternam. C'est un aliment extrêmement stable. Même s'il peut subir quelques transformations -- liquideliquide/|34c49b96455b82a9abeff23470f05771| ou inversement -- il reste consommable sans risque.
    • Il en va de même pour les épices. Dans le pire des cas, vous risquez qu'elles perdent de leur saveur.
    • Les boîtes de conserve -- d'où leur nom -- ou les produits tels que les pâtes ou le riz peuvent être conservés sans problème plusieurs années après leur date de péremption. Si leurs conditions de conservation ont été bonnes toutefois : absence d'humidité, pas de rouillerouille ou de gonflement de la boîte, etc.
    • Idem pour les produits lyophilisés comme les soupes en sachet et les biscuits secs.
    L’huile peut également être consommée après sa date indiquée de péremption. Si elle risque de prendre un goût ou une odeur désagréable, elle ne présentera pas malgré tout de risque pour la santé. © rawpixel.com, Unsplash
    L’huile peut également être consommée après sa date indiquée de péremption. Si elle risque de prendre un goût ou une odeur désagréable, elle ne présentera pas malgré tout de risque pour la santé. © rawpixel.com, Unsplash

    Chocolat, surgelés, lait et yaourts

    • Le chocolat peut également être consommé jusqu'à deux ans après sa date de péremption. Notamment si l'on parle de chocolat artisanal contenant peu de matièrematière grasse ajoutée. Lorsqu'une pellicule blanche commence à se déposer à sa surface, c'est que le chocolat commence à perdre de son goût. Cela ne signifiant toujours pas qu'il y ait un risque pour la santé.
    • Les produits surgelés peuvent -- à condition que la chaîne du froid n'ait pas été brisée -- se consommer des mois après leur date de péremption. Le seul risque : qu'ils perdent de leurs qualités gustatives.
    • Les yaourts en général peuvent être mangés sans risque jusqu'à trois semaines après la date indiquée sur l'emballage. Toujours partant du principe qu'ils ont été conservés au frais.
    • Et le lait UHT. Il a été pasteurisé et peut donc être bu jusqu'à deux mois au-delà de la date de péremption. Il se peut simplement qu'il ait perdu en vitamines et en minérauxminéraux et pris un peu en acidité.

    Aliments périmés : Et le reste alors ?

    Concernant les œufs, tant que leur coquille n'est pas abîmée -- et qu'ils n'ont pas été lavés, car l'opération rend la coquille poreuse --, ils peuvent être consommés même jusqu'à 4 semaines au-delà de leur date de péremption. Mais il faut être sûr sans quoi, on risque l'infection bactérienne. Pour vérifier, plongez l'œuf dans de l'eau froide. S'il tombe au fond, c'est qu'il est toujours bon à consommer.

    Pour d'autres produits comme la charcuterie ou la viande, le poissonpoisson ou encore les plats cuisinés, mieux vaut respecter la date de péremption si l'on ne veut pas être exposé à des germesgermes potentiellement pathogènes.