Commençons par évoquer l'animal lui-même. Dire que le chat domestique est un mammifère carnivorecarnivore de la famille des félidés, voilà qui est banal... Ajouter que le mot chat vient du bas-latin cattus, ce qui signifie chat sauvage, est un peu moins connu, et si je vous dis que cattus dérive du verbe cattare, qui signifie guetter, alors je vois vos moustachesmoustaches se dresser.

Qui est le chat ? © Tatglad, Pixbay, DP
Qui est le chat ? © Tatglad, Pixbay, DP

Le chat est un prédateur crépusculaire. S'il accepte l'appétissante écuelle de saumonsaumon rouge du Pacifique à l'aneth nappée de sauce cocktail (j'exagère à peine), c'est bien pour faire plaisir à son hôtehôte. Car un bon petit rongeurrongeur fraîchement délogé lui plairait bien plus, on ne peut tout avoir. Au cours de l'évolution, il a acquis des sens qui lui font percevoir l'universunivers autrement que les humains, au point que ceux-ci lui ont souvent attribué des pouvoirs surnaturels. De fait, son sens de l'ouïe est particulièrement développé.

<em>Felis silvestris bieti,</em> Chine.
Felis silvestris bieti, Chine.

Alors qu'un jeune être humain perçoit les sons jusqu'à une fréquencefréquence de 20.000 hertzhertz, l'oreille du chat grimpe jusqu'à 30.000 et plus. Vingt-sept muscles orientent son pavillon avec une grande précision, ce qui lui fournit une véritable vision sonore et trois dimensions. Le plus faible frémissement est ainsi immédiatement localisé dans l'espace.

<em>Felis silvestris cafra,</em> Afrique australe.
Felis silvestris cafra, Afrique australe.

Le sens de la vision présente aussi certaines particularités intéressantes. L'angle de vision, 287° contre 180° chez l'homme, est non seulement supérieur mais aussi beaucoup plus performant que le nôtre en faible lumièrelumière. Mais il ne perçoit ni les couleurscouleurs ni les mouvementsmouvements de la même façon que nous. Il semblerait que le rouge lui soit inconnu, et que sa vision granuleuse ne rende compte que très imparfaitement des détails immobiles, comme d'ailleurs de nombreux autres prédateurs-chasseurs. Son odoratodorat, par contre, compense cette lacune en étant quarante fois plus développé que le nôtre (ce qui lui fera refuser avec dédain une nourriture légèrement avariée), mais son sens du goût est près de cinq fois moins développé que chez l'humain. Le goût du sucré lui est totalement inconnu, inutile d'en ajouter dans son thé...

Ce fond d'écran sera en ligne prochainement. © Georges Tarsi, Futura-Sciences, tous droits réservés
Ce fond d'écran sera en ligne prochainement. © Georges Tarsi, Futura-Sciences, tous droits réservés

L'organe de Jacobson : le sixième sens du chat

Le chat possède par contre un organe de Jacobson, tout comme le chienchien et le cheval. Deux petits canaux prenant naissance derrière les incisives conduisent les odeurs jusqu'à deux sacs remplis de fluide situés dans les cavités nasales. En cas de doute sur un aliment ou toute autre substance inconnue, il retrousse ses babines et les particules odorantes sont aspirées vers ces deux glandesglandes, qui lui permettent de goûter les odeurs.

Image du site Futura Sciences

L'apesanteur et le réflexe du chat

Notre félinfélin d'appartement possède aussi un don très particulier, celui de modifier l'orientation de son corps en état d'apesanteur. Cela peut surprendre... et pourtant, qui ignore qu'un chat retombe toujours sur ses pattes ?

Lorsqu'il effectue une chute sur le dosdos de plus de deux mètres (de moins haut, ça ne marche pas...), le chat effectue toute une gymnastique, se cambrant entièrement ventre en l'airair, roulant sur lui-même, puis se retournant à nouveau en rassemblant ses pattes sous lui ce qui amortit l'atterrissage... jusqu'à un certain point. Il est à noter que l'homme est capable lui aussi de modifier l'orientation de son corps dans l'espace, selon une technique mise au point... dans la station spatialestation spatiale Skylab, en 1973. Le chat, lui, s'est passé de station spatiale. Il n'a d'ailleurs jamais effectué de vol spatial.

D'où provient le ronronnement ?

Le ronronnement du chat est produit par un mouvement synchronisé du pharynxpharynx, du larynxlarynx et de toute une série de muscles intéressant tout le corps. Sa raison est toujours un mystère, mais les chercheurs pensent qu'il pourrait s'agit d'un mouvement réparateur pour l'organisme, un rôle similaire à celui du rêve pour le cerveaucerveau. Le ronronnement stimule aussi la production d'endorphinesendorphines (substances calmantes), ce qui expliquerait pourquoi un chat peut ronronner non seulement de plaisir, mais aussi lorsqu'il est souffrant, blessé ou même mourant. Enfin, le mot ronronnement provient lui-même du mot chat en arabe : (arhi-rone.

 Chat perché ! © Kris Miller, Wikipedia
 Chat perché ! © Kris Miller, Wikipedia

Les besoins alimentaires du chat

Comme décrit plus haut, le chat est un chasseur et une alimentation similaire à la nôtre ne pourrait lui suffire. Il a en effet besoin de taurine, un dérivé d'acide aminéacide aminé (acide 2-aminoethanesulfonique) que son organisme synthétise, mais en quantité insuffisante et qu'il trouve en compensation dans la viande. La carencecarence en taurine entraîne chez l'animal des troubles oculairesoculaires, cardiaques, un grave déficit immunitaire et des problèmes de reproduction.

Notons au passage que si la taurine (qui doit son nom à la bilebile du taureau où elle a été détectée pour la première fois en 1950) est synthétisée chez l'homme, son ajout dans l'alimentation humaine est interdit en raison des troubles neuro-comportementaux indésirables dont elle est accusée, notamment par le biais de certaines boissons dites « énergisantes ». Utilisée expérimentalement pour augmenter la vigilance mentale des GI's durant la guerre de Corée et la guerre du Vietnam, elle a été abandonnée en raison de maux de tête et d'hémorragies cérébrales...

L'alimentation préparée du chat par contre (croquettes ou conserves) en contient généralement à titre de complément alimentaire indispensable.