Planète

L'arrivée de l'Homme

Dossier - Terre de France : un parcours géologique
DossierClassé sous :géologie , granit , provence

-

Ce voyage dans le temps débute il y a 500 millions d'années en Bretagne, rend visite aux dinosaures du Jurassique en Bourgogne et du Crétacé en Provence, passe par le soulèvement des Alpes, la construction des volcans d'Auvergne et l'assèchement de la Méditerranée, et se termine par l'arrivée d'Homo sapiens sur le littoral français.

  
DossiersTerre de France : un parcours géologique
 

Après la disparition des dinosaures, la France est devenue le terrain de jeu des mammifères qui se sont diversifiés en de nombreuses branches nouvelles, dont celle des primates qui nous intéresse tout particulièrement : c'est elle qui va enfanter la lignée humaine.

Si on trouve des fossiles de singes dans le Gers et en Haute-Garonne, c'est en Afrique que se développent les ancêtres de l'homme : Australopithèques, puis Homo erectus/ergaster qui émigre en Asie et en Europe. C'est à Tautavel, dans le Languedoc, que l'on trouve le premier crâne de notre ancêtre, daté de 450 000 ans.

Tautavel, c'est un village au pied des Corbières dans les Pyrénées-Orientales, une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Perpignan. Accessible par de petites Départementales qui serpentent à travers les vignes, Tautavel abrite un Centre européen de Préhistoire, où le crâne est fièrement exposé. Son front est fuyant, les orbites écartées surmontées d'un bourrelet que l'on imagine couvert d'épais sourcils, le nez bas et le menton discret. Son volume cérébral accuse 1150 centimètres cubes : une grosse cylindrée pour l'époque, mais qui sera dépassée par les modèles à suivre.


Près de Tautavel, la grotte d'Arago a livré le crâne d'un ancêtre de l'homme, âgé de 450 000 ans. Des fouilles y ont lieu chaque été
© C. Frankel - Tous droits réservés

Le crâne fut découvert dans une grotte la Caune d'Arago à deux kilomètres du village. Prenez la D9 vers le Nord, et après deux kilomètres tournez à gauche sur la route fléchée qui mène à une falaise calcaire, dont débouche un torrent.

Nous voilà sur les lieux mêmes où campait l'Homme de Tautavel : le rebord escarpé des Corbières, avec grotte, terrasse et vue imprenable sur la vallée de la Verdouble. Cette grotte de l'Arago est accessible par un raide sentier qui gravit une centaine de mètres de dénivelé. On peut alors jeter un regard ému dans la grande caverne qui servait d'abri à ces chasseurs primitifs, repérer la lucarne au plafond de la grotte, qui leur permettait de sortir directement sur le plateau, et admirer la vue magnifique depuis son porche tourné vers l'Est.

Il faut gommer les vignes du paysage, taire les grillons et faire tomber une fine neige sur le paysage, imaginer les troupeaux de rennes et de bœufs musqués qui traversaient l'espace. Peut-être venaient-ils s'abreuver dans la rivière, qui sort d'une gorge étroite au pied de la falaise.

Bien après ce premier ressortissant aux traits encore primitifs, l'Homme moderne arrive en France, il y a seulement 35 000 ans, selon le témoignage de deux mandibules découvertes en Charente. Plus au Sud, on trouve dans la vallée de la Vézère en Dordogne, autour du village des Eyzies-de-Tayac, trois squelettes dans un abri-sous-roche qui donne à l'espèce son nom : Cro-Magnon. C'est dans cette même région que l'on trouve les superbes grottes ornées de Lascaux, Combarelles et Font-de-Gaume. L'Homme s'est mis à peindre. Bientôt il se mettra à écrire et à se pencher sur la fabuleuse histoire de son pays d'adoption.