Planète

Le grès rouge d'Alsace

Dossier - Terre de France : un parcours géologique
DossierClassé sous :géologie , granit , provence

-

Ce voyage dans le temps débute il y a 500 millions d'années en Bretagne, rend visite aux dinosaures du Jurassique en Bourgogne et du Crétacé en Provence, passe par le soulèvement des Alpes, la construction des volcans d'Auvergne et l'assèchement de la Méditerranée, et se termine par l'arrivée d'Homo sapiens sur le littoral français.

  
DossiersTerre de France : un parcours géologique
 

Sautons des centaines de millions d'années et rendons nous en Alsace, haut lieu d'une période appelée Trias, entre 250 et 200 millions d'années avant notre ère. Entre temps, la vie s'est épanouie dans les mers et a pris pied sur la terre ferme, accouchant des amphibiens, puis des reptiles.

Notre pays a la forme d'un grand croissant, encerclant une mer peu profonde qui la baigne à l'Est, entre Brabant au Nord, Armorique à l'Ouest et Massif Central au Sud. Les fleuves qui dévalent ces reliefs émoussés déposent sable et gravier dans de vastes plaines alluviales, sous un soleil de plomb, car la France de l'époque se trouve par 30° de latitude Nord : la latitude du Maroc aujourd'hui.

Pour se transporter 250 millions d'années en arrière, rejoignons Saverne en Alsace, une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Strasbourg. Ce petit village de charme, à la frontière de la Moselle et du Bas-Rhin, est entouré de sept châteaux médiévaux bâtis sur des promontoires de grèsEn sortant du village vers le Sud, par la D102, on atteint au bout de cinq kilomètres le plus célèbre d'entre eux : le château du Haut-Barr. Juché sur son promontoire, le château s'adosse à un piton de grès rouge, dont se détache un pan de trente mètres de haut qui surplombe la plaine comme une tour de guet, relié aux remparts par un vertigineux pont de bois.


Le château du Haut-Barr, en Alsace, est bâti sur piton de grès rouge des Vosges sable charrié par des rivières, il y a 250 millions d'années. 
©  C. Frankel - Tous droits réservés

On voit dans la falaise sous le château les strates de grès entassées en couches horizontales, entrecroisées avec des couches plus obliques. La disposition est typique des plaines alluviales, où des bras d'eau serpentent entre les bancs de sable et couchent leurs sédiments dans des orientations variées. On voit aussi dans la paroi que le courant a changé d'amplitude selon les époques, avec des lits de galets entassés par des torrents, et des sables fins déposés par des eaux plus calmes.
On retrouve le même schéma ailleurs en Alsace et en Allemagne, partout où les roches du début du Trias sont exposées. Ces roches racontent l'histoire d'une immense plaine d'épandage, nourrie par des chenaux descendus des reliefs de l'Ouest, qui divaguaient parmi leurs bancs de sable en un réseau de tresses entrelacées.

Le Trias, c'est aussi l'époque du sel, car lorsque la mer s'infiltre dans le bassin d'Alsace, elle y dépose en s'évaporant des couches de sel et de gypse. Outre son usage alimentaire, pour la salaison des viandes et du poisson, le sel a favorisé l'essor de l'industrie chimique en Alsace et en Lorraine.