Planète

Pécari à collier

DéfinitionClassé sous :zoologie , Suidé , porc
Pécari à collier au zoo de Madrid. © Johnny Tirita, Flickr, cc by nc nd 2.0

Pécari à collier (Linnaeus, 1758) – Pecari tajacu

  • Ordre : Artiodactyla
  • Famille : Tayassuidae (Grubb, 2005)
  • Genre : Pecari 
  • Taille : 0,80 à 1,05 m, hauteur au garrot 0,30 à 0,50 m, longueur de la queue 4 cm
  • Poids : 14 à 30 kg
  • Longévité : 20 à 24 ans

Statut de conservation UICN : LC, Préoccupation mineure

La famille des pécaris est répartie en trois genres et en quatre espèces :

  • Catagonus, qui ne compte que le pécari du Chaco (Catagonus wagneri) ;
  • Pecari, qui englobe le pécari à collier (Pecari tajacu) et dont il existe 16 sous-espèces, et le pécari géant (Pecari maximus), dont le statut n'a été validé qu'en 2007 ;
  • Tayassu, qui implique uniquement le pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari) qui regroupe six sous-espèces.

Description du pécari à collier

Le pécari à collier ressemble à un petit sanglier. C'est un animal de taille réduite au poil rêche de couleur grisâtre à brune, rayé ou moucheté selon les sous-espèces. Un collier de poils blanchâtres lui orne le cou. Il possède une tête forte (et peut être également une forte tête) munie de petites oreilles et de défenses supérieures à peine visibles pointant vers le bas. Le groin n'est pas ossifié et ne permet pas le fouissage. Les pattes prolongées de sabots sont courtes et fines. La queue est insignifiante.

Pécari à collier. © Cburnett, Wikipédia, GNU 1.2

La distribution géographique du pécari à collier englobe la partie sud-ouest de l'Amérique du Nord, la totalité de l'Amérique centrale et du Sud. En effet, on le trouve depuis le sud des États-Unis jusque dans le nord de l'Argentine, dans des habitats très variés. Il occupe aussi bien les savanes xériques que les prairies humides, les forêts sèches ou tropicales. Des petites populations identifiées vivent dans les banlieues des villes de Phoenix et de Tucson, en Arizona. Ce qui dénote sa faculté d'adaptation.

Comportement du pécari à collier

Le pécari à collier est un animal sociable qui vit en troupes familiales généralement composées de 6 à 9 individus, mais les groupes de 20 ne sont pas rares. Il est actif en journée, et se repose la nuit dans des dépressions creusées entre les racines des arbres. Bien qu'il évite l'Homme, il peut s'avérer dangereux lorsqu'il se sent menacé, et n'hésite pas à charger en formation serrée en claquant des dents. Ses canines effilées sont alors capables de prodiguer de sévères morsures. Son agilité et sa rapidité lui permettent de se protéger des attaques de certains prédateurs tels les chiens, les coyotes et les lynx roux.

Le territoire d'une petite troupe de pécaris à collier ne semble pas excéder 5 km2. Les hardes ne paraissent pas non plus être menées par un dominant. Les individus d'une même troupe pratiquant le toilettage mutuel, les animaux frottent la gorge et les épaules contre la glande odoriférante d'un congénère. Le musc est également dispersé sur les branches basses le long des sentes que suivent les animaux. Ce serait donc ce « partage » des odeurs qui permettrait à un individu d'identifier un membre de sa troupe familiale et son territoire. Le pécari à collier a une vue plutôt basse et une ouïe peu fine, mais pour compenser, il possède un odorat très développé.

Pécari à collier dans sa bauge. © Chrumps, Wikipédia, GNU 1.2

Reproduction du pécari à collier

Chez le pécari à collier, la gestation varie de 140 à 150 jours. Au terme de cette période, la femelle met bas deux ou trois petits à l'abri d'une tanière creusée par un autre animal ou d'un creux d'arbre. Les jeunes sont capables de courir quelques jours après leur naissance, et sont sevrés au bout de six à huit semaines. Les mâles peuvent se reproduire vers le 11e mois, tandis que les aptitudes reproductrices des femelles apparaissent entre 8 et 14 mois.

Le pécari à collier est essentiellement végétarien. Il se nourrit surtout de racines, de tubercules, de baies, de noix et de graminées, mais il complète son alimentation avec des invertébrés et de petits vertébrés. Dans les zones d'habitation, il s'attaque aux cultures céréalières ou maraîchères.

Menaces sur le pécari à collier

Bien qu'il soit chassé pour servir de viande de brousse ou pour fournir l'industrie du cuir (sa peau est utilisée dans la fabrication de gants et de chaussures haut de gamme), et qu'il subisse une grande pression du fait de la déforestation et de la disparition de certains de ses habitats, le pécari à collier n'est pas véritablement menacé sur l'ensemble de sa distribution géographique. Seules quelques sous-espèces sont en danger, mais il est délicat de les recenser avec précision. La législation des différents pays dans lesquels il évolue est changeante.     

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi