Le journal Nature Biotechnology annonce les premiers résultats d'une équipe de chercheurs américains (University of Missouri-Columbia en majorité) qui a créé un porc transgénique produisant une forte quantité d'oméga-3.
Cela vous intéressera aussi

Les oméga-3oméga-3 sont des acides gras polyinsaturésacides gras polyinsaturés connus pour leur actions bénéfiques pour la santé notamment au niveau cardiovasculaire. Naturellement, les poissonspoissons sont la source principale d'oméga-3 mais le risque potentiel de contaminationcontamination au mercuremercure ajouté à un prix élevé et une menace d'épuisement des ressources rend la surconsommation de poissons dangereuse.

En 2005, une équipe allemande est parvenue à augmenter les quantités d'omega-3 contenues dans les céréalescéréales, mais le bétail semble être une alternative plus viable. Actuellement, le seul moyen pour améliorer la teneur de la viande est de jouer sur l'alimentation des animaux.

En effet, les animaux de bétails tels que les porcs et les vachesvaches sont pauvres en oméga-3 et riches en oméga-6oméga-6. Il est connu qu'un rapport oméga-6/oméga-3rapport oméga-6/oméga-3 élevé contribue à l'apparition de maladies telles que le cancercancer, le diabètediabète et l'arthritearthrite.

Les chercheurs se sont penchés sur un moyen de diminuer ce ratio chez le porc. Caenorhabditis elegans est un nématodenématode très bien connu et très utilisé en biologie du développement. Le génomegénome de ce ver possède le gènegène nommé fat-1 dont le produit converti les oméga-6 en oméga-3. L'équipe du Pr Yifan Dai a donc inséré un gène de Caenorhabditis elegansCaenorhabditis elegans dans des fibroblastesfibroblastes de porc puis a transféré le noyau transformé dans un ovocyteovocyte. Ils ont ainsi obtenu 8 porcs.

En moyenne, ces porcs produisent 3 fois plus d'oméga-3 et 23% d'oméga-6 en moins. Le ratio oméga-6/oméga-3 est donc divisé par 5. Pour le Dr Mellon, de l'Union of Concerned Scientists, il s'agit tout simplement d'une excuse pour introduire les aliments OGMOGM et ne pas trouver des solutions aux problèmes de gestion des océans.

Selon Joseph Mendelson du Center for Food Safety, les consommateurs américains ne sont absolument pas prêts à accepter ce genre de produit, puisque certains refusent déjà les OGM végétaux destinés à l'alimentation animale ou humaine. Cependant, rappelons qu'il n'y aucune obligation d'étiquetage pour les produits OGM aux Etats-Unis.

Le débat est ouvert mais l'autorisation de la FDAFDA nécessaire pour commercialiser de la viande de tels porcs transgéniques n'est pas encore à l'ordre du jour : les recherches doivent être poursuivies, en particulier pour démontrer la sécurité et les réels bénéfices pour la santé des oméga 3 produits de cette façon.

Pour l'instant la FDA n'a encore jamais autorisé un seul animal transgéniquetransgénique pour l'alimentation. Un dossier d'agrément pour un poisson transgénique a été déposé il y a bientôt 6 ans sans résultat. Des organisations comme la Pew Initiative réclament que le processus d'autorisation de la FDA devienne plus transparenttransparent afin de répondre aux attentes éthiques des consommateurs : pour l'instant les dossiers sont confidentiels.

Le Dr Randy Prather, co-auteur de l'étude, a cependant déclaré que ces porcs pourraient servir de modèle pour étudier les maladies cardiovasculairesmaladies cardiovasculaires. Il faudra donc attendre de longues années pour voir un bacon enrichi en oméga-3 dans les supermarchés !