Planète

À la pleine lune, le requin gris de récif fuit en eau profonde...

ActualitéClassé sous :zoologie , requin , requin gris de récif

Le requin gris de récif fuit le clair de lune. Bien que fidèle à son habitat, il plonge plus profondément les nuits de pleine lune. Il fuit aussi les eaux peu profondes lorsque le soleil est au zénith, mais il les rejoint au crépuscule...

Tel le requin mako, le requin gris de récif fuit la pleine lune. Il plonge en profondeur lorsque le soleil est au zénith, et s’enfonce deux fois plus profondément quand le printemps arrive. © bonacherajf, Flickr, cc by nc nd 2.0

En haute mer, les poissons prédateurs utilisent pleinement la 3D. Leur déplacement sur plan horizontal peut être immense : dans l'Atlantique, le requin longimane est capable de parcourir près de 4.000 km durant le cycle de reproduction. Mais le déplacement vertical est tout aussi important, il rend compte des changements environnementaux physiques (comme la température de l'eau) et de la distribution de la nourriture. Les poissons pélagiques tels que l'espadon (Xiphias gladius), l'albacore (Thunnus albacares) et le thon obèse (Thunnus obesus) affichent par exemple des migrations verticales journalières. Ils descendent vers les eaux profondes en journée et remontent en zones relativement peu profondes la nuit.

La majorité des études sur les requins des récifs coralliens se focalise sur leurs mouvements horizontaux. Elles contribuent à développer la compréhension des préférences d'habitats des requins, et sont notamment utiles pour la création des aires marines protégées. Ces études sont primordiales, mais il y a une absence presque totale de données sur leurs mouvements verticaux. Pour compléter la connaissance de l'écologie des requins gris de récif (Carcharhinus amblyrhynchos), des chercheurs australiens ont suivi le comportement de 39 individus sur la pente externe du récif de Palau, en Micronésie.

Le requin gris de récif est le requin le plus commun dans la bande équatoriale de l'Indo-Pacifique. Il peut vivre 32 ans et mesure en moyenne 1,9 m. Comme son nom l'indique, il vit dans les récifs coralliens. © NOAA

Le requin gris de récif est le requin le plus commun dans la bande équatoriale de l'Indo-Pacifique. Il peut vivre 32 ans et mesure en moyenne 1,9 m. Comme son nom l'indique, il vit dans les récifs coralliens. © NOAA

Durant presque trois ans, les membres de l'Australian Institute of Marine Science (AIMS) de Perth ont enregistré les déplacements des requins gris de récif. Ils se sont focalisés sur la fidélité au site que manifestent ces poissons prédateurs d'année en année, ainsi qu'à leurs mouvements verticaux. Leurs résultats, publiés dans le journal Plos One indiquent que ces gros poissons de récif sont attachés à leur habitat. Mais leur résidence a une variabilité saisonnière et journalière. Chaque année, sur la pente du récif de Palau, plus de requins ont été observés en été qu'en hiver, et plus d'individus ont été repérés en journée que de nuit.

Les requins gris fuient la pleine lune

En hiver, les requins plongent jusqu'à 35 m de profondeur, mais au printemps, ils atteignent jusqu'à 60 m. Leur plongée dépend aussi du cycle lunaire. Quand arrive la pleine lune, les requins sont davantage attirés par les profondeurs. De même, quelle que soit la saison, ils plongent systématiquement plus profond lorsque le soleil est au zénith. Le déplacement vertical du requin gris est donc gouverné par les cycles solaire, lunaire et saisonnier.

Ce comportement aux allures vampiriques est probablement une stratégie d'optimisation d'énergie et de chasse. Le requin suit les proies, elles-mêmes influencées par le cycle lunaire. Dans les climats tempérés, certaines espèces côtières, comme le requin-léopard (Triakis semifasciata), montrent également des migrations verticales quotidiennes. Ce dernier utilise activement des eaux chaudes et peu profondes en fin de journée au crépuscule, pour augmenter la température centrale du corps afin d'optimiser sa digestion, sa croissance et la gestation.

L'étude, pour le moins inédite, contribue à une meilleure compréhension de l'écologie du requin gris de récif. Ces informations, importantes, sont à prendre en compte pour améliorer la gestion de la conservation de ces poissons prédateurs.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi