Planète

En images : un requin gris sauvé par une opération chirurgicale

ActualitéClassé sous :zoologie , Nausicaa , sélacien

Comment extraire un hameçon du ventre d'un requin sans blesser ni l'animal ni les intervenants ? A Nausicaa, le Centre de la mer installé à Boulogne-sur-mer, on a trouvé la réponse. Il faut des clous de girofle.

Le requin gris après l'opération. En pleine forme, il a retrouvé ses habitudes. © Nausicaa

Dans ce monde troublé, il est des événements passant facilement inaperçus mais qui apportent un peu de miel parmi les actualités. Celui-ci, médiatisé, a fait l'objet d'une présentation filmée qui a illustré la Semaine européenne du requin, organisée au Centre de la mer Nausicaa, à Boulogne-sur-mer. Un sélacien de 20 ans, vieux pensionnaire des aquariums boulonnais, avait avalé un gros hameçon et a pu en être libéré par une intervention chirurgicale.

Ce sont les soigneurs qui ont remarqué une protubérance sous le ventre de l'animal, un requin gris (Carcharhinus plumbeus, plus précisément), de deux mètres de longueur, qui maigrissait anormalement. L'animal a été endormi pour lui faire passer une radiographie et une échographie. Ces examens ont permis de repérer l'hameçon de bonne taille coincé au niveau du tube digestif, et provenant probablement d'un morceau de poisson ayant servi de nourriture.

Echographie et chirurgie pour un sélacien endormi. (Cliquez sur l'image pour agrandir.) © Nausicaa

Remis dans l'aquarium de quarantaine, le requin s'est réveillé doucement tandis que les humains mettaient au point une stratégie salvatrice au sein d'une équipe réunie autour d'Alexis Leccu, vétérinaire spécialisé du zoo de Vincennes.

Une intervention chirurgicale a été décidée et, quelques jours plus tard, l'animal a été anesthésié une seconde fois. Au fait, comment fait-on pour endormir un requin de deux mètres ? L'équipe a utilisé de l'huile de clou de girofle, ce qui ne doit pas surprendre. Ces boutons séchés du giroflier sont connus depuis toujours comme un antalgique efficace et même comme un antiseptique. Ils ont calmé bien des maux de dents chez les générations qui ont précédé la nôtre. Aujourd'hui, aquariophiles et aquaculteurs utilisent l'huile de clou de girofle comme anesthésique pour les poissons.

L'hameçon indigeste, même pour un requin. © Nausicaa

Respiration artificielle

Le produit a fait son office sur le requin gris, qui s'est endormi et a pu être transporté sur la table d'opération, installée sous quelques dizaines de centimètres d'eau. Par des tuyaux souples enfoncés dans la gorge, une circulation d'eau vers les branchies, enrichie en oxygène, évitait l'asphyxie de cet animal qui a l'habitude de respirer en nageant la gueule ouverte.

L'intervention de près d'une heure a permis d'extraire l'hameçon de plusieurs centimètres de longueur. Mais il a fallu trois heures en salle de réanimation (pardon, en aquarium de quarantaine...) pour que le sélacien retrouve ses esprits et ses congénères. L'animal, qui a semble-t-il parfaitement récupéré, est devenu la vedette de Nausicaa, dont les visiteurs sont invités à contempler la cicatrice ventrale.

L'intervention est terminée. On recoud. © Nausicaa

Ce sauvetage offre aussi l'occasion de rappeler que les requins, à l'allure si redoutable, forment surtout un groupe dont de nombreuses espèces sont en danger d'extinction. On estime à cent millions le nombre d'individus tués chaque année, notamment pour les ailerons en Asie mais aussi pour leur chair ou par pêche accidentelle. L'Europe est un gros consommateur de requins et particulièrement la France. En Méditerranée, 40% des espèces de sélaciens (requins et raies) sont menacées d'extinction d'après l'UICN et sa Liste rouge.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi