Le rapport du Giec promet un futur climat moins doux. © mimadeo, Adobe Stock
Planète

Réchauffement climatique : le monde qui nous attend si rien ne change, selon le Giec

ActualitéClassé sous :GIEC , Réchauffement climatique , océan

[EN VIDÉO] L'histoire du réchauffement climatique en 35 secondes  En intégrant graphiquement les mesures de températures dans presque tous les pays du Globe entre 1900 et 2016, cette animation montre de façon saisissante l’augmentation du nombre d'« anomalies de température », donc des écarts par rapport à une moyenne. On constate qu'en un peu plus d'un siècle, la proportion vire au rouge. 

Inondations d'un côté, canicule et incendies de l'autre, les nouvelles mondiales n'annoncent pas que du bon ces dernières années. La situation semble presque s'empirer... Le tout nouveau rapport alarmant du Giec, sorti le 9 août, fait le point sur l'état du réchauffement climatique. Il décrit également à quoi pourraient ressembler les conditions climatiques futures sur notre Planète.

D'après le dernier rapport du Giec, tous les scénarios mènent inévitablement à la même conclusion : la température planétaire globale continuera d'augmenter jusqu'au moins la moitié de ce siècle. Le verdict est tranchant et sans appel : si l'humanité ne coupe pas considérablement ses émissions de CO2 et de gaz à effet de serre dans les années à venir, le réchauffement climatique dépassera la barre des +2 ºC au cours du XXIe siècle.

Variation simulée de la température annuelle moyenne (en Cº). © IPCC.

Changements pour les températures et les précipitations

Au fur et à mesure que la Terre se réchauffe, les variations climatiques planétaires augmentent en nombre et en intensité. Les figures du rapport montrent des projections pour le futur.

Ces cartes représentent les changements de température dans trois scénarios différents, à des réchauffements de +1,5 ºC, +2 ºC, et +4 ºC à la surface de la planète sur 20 ans par rapport à 1850-1900. Les surfaces terrestres et les pôles chaufferont plus que les océans et les zones équatoriales. En effet, l'Arctique monte en température deux fois plus vite que la moyenne globale.  Peu de fraîcheur est attendue au menu des années à venir, qui réservent des vagues de chaleur de plus en plus intenses et fréquentes.

Variation simulée des précipitations annuelles moyennes (en %). © IPCC.

Les précipitations ne prévoient pas de varier dans le même sens partout : elles projettent d'augmenter à haute latitude, dans le Pacifique au niveau équatorial et dans certaines zones de mousson, mettant ces endroits à un risque plus élevé d'inondation. D'un autre côté, au niveau tropical et subtropical, les scientifiques estiment que les pluies diminueront. Cela amènera des sécheresses, d'autant plus accentuées par les températures plus chaudes sur Terre. 

À noter également que le cycle de l’eau et sa variabilité vont s'intensifier. La Terre risque de subir plus d'épisodes très humides et très secs, accentuant les sécheresses et les inondations. Ces dernières risquent de causer d'importants dégâts du sud jusqu'à l'est de l'Asie, et en Afrique de l'Ouest, à cause des précipitations de la mousson. Des évènements climatiques extrêmes tels que des cyclones tropicaux menaceront aussi certains pays.

Absorption des émissions anthropiques cumulées de CO2 par les puits terrestres et océaniques d’ici 2100 selon les cinq scénarios illustratifs. © IPCC.

Une atmosphère chargée en dioxyde de carbone

Le graphique se base sur cinq scénarios futurs possibles, en fonction de l'intensité des émissions de gaz à effet de serre (de gauche à droite se trouvent les plus faibles jusqu'aux plus importants). Avec le réchauffement climatique, le CO2 s'accumulera davantage dans l'atmosphère car les puits de carbone océanique et terrestre seront moins efficaces. 

Des conséquences inévitables

D'après les auteurs du rapport, plusieurs des conséquences du réchauffement sont irréversibles pour des siècles ou même des millénaires. Parmi les victimes, les océans, qui continueront à subir une acidification, une désoxygénation et une variation globale de température. Les zones de neige et de glace peuvent difficilement être sauvées. Les glaciers continueront inévitablement de fondre durant des dizaines ou des centaines d'années, le permafrost et les calottes glaciaires également. Les eaux continueront leur montée et l'Homme, comment agira-t-'il ?

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !