Les chercheurs de l’Imbie (Ice Sheet Mass Balance Intercomparison Exercise) révèlent que les calottes polaires fondent de plus en plus vite. © Jan Schuler, Adobe Stock

Planète

Réchauffement climatique : la fonte des glaces aux pôles est six fois plus rapide qu'il ya 30 ans

ActualitéClassé sous :Fonte des glaces , Antarctique , Groenland

Avec le réchauffement climatique, les glaces fondent. Du côté du Groenland et de l'Antarctique, désormais six fois plus vite que dans les années 1990, affirment les chercheurs. Des chiffres malheureusement en phase avec les prévisions du pire des scénarios climatiques envisagés par le Giec.

Améliorer les estimations des quantités de glace présentes du côté des calottes polaires et ainsi mieux comprendre leur impact sur l'élévation du niveau de la mer. C'est l'objectif de l'Imbie (Ice Sheet Mass Balance Intercomparison Exercise). Et aujourd'hui, cette collaboration internationale qui rassemble une petite centaine de chercheurs de quelque 50 organisations différentes révèle qu'entre 1992 et 2017, le Groenland et l'Antarctique ont perdu 6.400 milliards de tonnes de glace.

Grâce aux données recueillies par 11 missions satellites et relatives à la fois aux volumes, aux débits et à la gravité, les chercheurs précisent que cette fonte des glaces a été responsable d'une élévation du niveau de la mer de 17,8 millimètres : 10,6 millimètres -- soit environ 60 % -- sont à imputer au Groenland, et 7,2 millimètres à l'Antarctique.

Sur ce graphique, on peut voir les contributions à l'élévation du niveau de la mer de l'Antarctique et du Groenland. © CPOM

Les chercheurs affirment aussi que dans les années 2010, la glace a fondu près de six fois plus vite que dans les années 1990, passant de 81 milliards de tonnes perdues par an à 475 milliards de tonnes. Ainsi la fonte des calottes polaires est désormais responsable du tiers de l'élévation du niveau de la mer. Des chiffres qui semblent vouloir suivre le scénario le plus pessimiste établi par le Giec, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Un impact fort sur l’élévation du niveau de la mer

« Chaque centimètre d'élévation du niveau de la mer entraîne des inondations et des érosions côtières. Si l'Antarctique et le Groenland continuent de suivre le pire scénario de réchauffement climatique, cela entraînera une élévation supplémentaire de 17 centimètres du niveau de la mer d'ici la fin du siècle -- rapport aux 53 centimètres déjà annoncés par le Giec dans un scénario moyen. Cela signifierait que 400 millions de personnes risquent de subir des inondations côtières annuelles d'ici 2100. Ce ne sont pas des événements improbables avec de petits impacts. Ils sont déjà en cours et seront dévastateurs pour les communautés côtières », alerte Andrew Shepherd, chercheur, dans un communiqué de l’université de Leeds (Royaume-Uni).

En Antarctique, c’est la fonte des glaciers émissaires qui est la principale responsable de la perte de glace. Au Groenland, en plus de la fonte des glaciers émissaires — ici le Mogens Heinesen Fjord — c’est l’augmentation de la température de l’air qui intervient dans 50 % de la fonte des glaces. © Benoit Lecavalier, Imbie
400 millions de personnes risquent de subir des inondations côtières annuelles d’ici 2100.

Les chercheurs remarquent que 2010 a été une année particulièrement noire avec une perte de 552 milliards de tonnes de glace au cours de cette seule année. Une perte qui coïncide avec plusieurs années de fonte intense au niveau de la surface du Groenland. Un constat qui leur fait craindre que la canicule qu'a connue l'Arctique l'été dernier n'entraîne 2019 sur la voie d'un nouveau record.

Alors que le Giec annonce la publication d'un sixième rapport pour 2022, ces travaux semblent arriver à point nommé. Car si les modèles et les simulations permettent de se projeter dans l'avenir, seules les mesures précises par satellite apportent des preuves irréfutables de ce qui se passe sur le terrain. Et permettent d'ajuster les modèles en conséquence.

  • Entre 1992 et 2017, le Groenland et l’Antarctique ont perdu 6,4 billions de tonnes — 6,4 millions de millions de tonnes — de glace.
  • De quoi provoquer une élévation du niveau de la mer de 17,8 millimètres.
  • À noter surtout, une nette accélération du rythme de fonte.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Arctique : 35 ans de fonte de la banquise vue par la Nasa  Alors que l'année 2019 s'annonce lugubre pour le cercle arctique, une nouvelle animation de la Nasa montre l'évolution de la banquise durant les 35 dernières années, entre janvier 1984 et juillet 2019. Le déclin visible de l'étendue et de l'épaisseur de la glace lié au réchauffement climatique donne des frissons.