La photo choquante du Groenland transformé en lac par la fonte des glaces

Classé sous :Réchauffement climatique , Groenland , Glace

Températures record, fonte prématurée : avant même l'arrivée de l'été, tous les feux du réchauffement climatique sont au rouge au Groenland, cet immense glaçon qui menace d'immersion les régions côtières de la planète. Les scientifiques n'excluent pas que 2019 soit un nouvel annus horribilis pour le Groenland et il est possible que les records de 2012 soient battus.

« L'hiver a été sec et récemment il y a eu des courants d'air chaud, un ciel dégagé et du soleil, toutes les préconditions pour une fonte précoce », avance Ruth Mottram, climatologue de l'Institut danois de météorologie (DMI). Cette année, les météorologues danois ont annoncé le début de la période de fonte début mai, avec quasiment un mois d'avance. Une précocité dépassée une seule fois, en 2016, depuis la publication de ces données en 1980.

Le 17 juin 2019, en une seule journée, le Groenland a perdu 3,7 milliards de tonnes de glace, d'après des estimations du DMI. Depuis début juin, la perte s'élève à 37 milliards de tonnes, indique sur son compte Twitter Xavier Fettweis, climatologue de l'université de Liège. « Il devient de plus en plus probable qu'un record de perte de masse sera battu pour un mois de juin en 2019 », écrit-il.

Cette photo prise la semaine dernière dans le nord-ouest du territoire a fait le tour du monde. Alors qu’il recherchait des balises océanographiques et une station météo, Steffen Olsen fixe sur la pellicule ses chiens de traîneau progressant péniblement dans un fjord dont la banquise est recouverte par cinq ou six centimètres de glace fondue. Sous un ciel désespérément bleu, face aux montagnes déneigées, l’attelage semble marcher sur l’eau. © Steffen Olsen, Institut danois de météorologie
Cela vous intéressera aussi

Le Groenland fond en 3D  À partir des données altimétriques du satellite IceSat, une équipe de chercheurs a estimé le taux de fonte annuel de la calotte du Groenland. Voici en animation une reconstitution 3D des variations de la masse au pôle entre 2003 et 2008.