La plus vieille forêt du monde pourrait bien avoir été découverte dans l'État de New York. Les caractéristiques de ces traces d'arbres primitifs aideront les scientifiques à comprendre comment les forêts se sont « modernisées » et comment elles se sont adaptées aux variations climatiques. 


au sommaire


    Des scientifiques ont indiqué avoir découvert dans l'État de New York ce qui pourrait être la plus vieille forêt du monde, potentiellement riche en enseignements sur les liens entre la forêt et le climat, selon une étude parue jeudi dans le journal Current Biology.

    Le titre de plus vieille forêt fossile revenait jusqu'ici à un site de Gilboa, dans la région des Catskills dans le nord de l'État de New York, remontant à environ 385 millions d'années. Le nouveau site est une vieille carrière située dans la même région, à une quarantaine de kilomètres plus à l'est, près de la petite ville de Cairo.

    Reconstitutions d'un <em>Eospermatopteris</em> et d'un <em>Archaeopteris</em>, plantes fossiles. © Falconaumanni, <em>Wikimedia Commons</em>, CC by-sa 3.0, Futura 
    Reconstitutions d'un Eospermatopteris et d'un Archaeopteris, plantes fossiles. © Falconaumanni, Wikimedia Commons, CC by-sa 3.0, Futura 

    Mieux comprendre l'adaptation des forêts à l'évolution du climat

    Après 10 ans de prélèvements et d'études, une équipe internationale de 11 scientifiques est arrivée à la conclusion qu'il a abrité une forêt « de 2 à 3 millions d'années plus ancienne » et plus riche en variétés d'arbres. Car s'ils ont retrouvé, comme à Gilboa, des traces d'arbres primitifs de type Eospermatopteris, un peu comme des palmiers, avec un gros pied et une couronne de branches mais sans feuilles, ils ont aussi trouvé des plantes de type Archaeopteris.

    Voir aussi

    Le plus vieil arbre fossile du monde vient de parler

    es dernières présentent des caractéristiques « beaucoup plus modernes », avec des feuilles et des systèmes de racines comparables à des épicéas ou des pins, a expliqué à l'AFP William Stein, l'un des auteurs de l'étude et professeur de biologie à l'université de Binghamton (New York).

    Ces arbres « plus avancés » pourraient aider à comprendre comment les forêts se sont modernisées, à une époque où « le niveau de CO2 dans l'atmosphère diminuait et où les températures étaient en baisse », dit-il. En étudiant ce processus de refroidissement, les liens entre le réchauffement actuel et la déforestation seront-ils peut-être mieux compris. 

    Voir aussi

    Les forêts vierges des Carpates doivent être protégées, prévient le WWF


       La plus vieille forêt fossile du monde découverte en Chine

      Article de Céline DeluzarcheCéline Deluzarche, publié le 16 août 219

      D'une superficie de 250.000 mètres carrés, une forêt primitive datant de 360 millions d'années vient d'être découverte dans l'est de la Chine. Peuplée d'une unique espèce, elle n'avait pas grand chose à voir avec nos forêts actuelles mais a joué un rôle biologique important.

      Ne vous imaginez pas une jungle tropicale ou des rangées de magnifiques chênes-lièges : la forêt primitive découverte dans une mine à côté du village de Jianchuan dans le Xinhang (est de la Chine) ressemblait davantage à un marécage herbeux qu'à nos forêts actuelles. Décrite dans la revue Current Biology, cette forêt fossile datant du DévonienDévonien supérieur (entre 360 et 375 millions d'années), était constituée de lycophytes, les plus anciennes plantes vasculaires connues. Ces dernières, qui ne possèdent ni graines ni fruits, se reproduisent via des spores. Aujourd'hui réduites à des herbes de quelques centimètres de haut, les lycophytes pouvaient autrefois mesurer jusqu'à plusieurs mètres, à l'instar de Guangdedendron micrum, l'unique espèce de la forêt de Xinhang, dont la taille variait entre 1 et 7 mètres.

      Les traces fossilisées de <i>Guangdedendron micrum</i>, l’unique espèce qu peuplait cette forêt du Dévonien. <i>© </i>Deming Wang<i> et al.</i>,<i> Current Biology</i>, 2019
      Les traces fossilisées de Guangdedendron micrum, l’unique espèce qu peuplait cette forêt du Dévonien. © Deming Wang et al., Current Biology, 2019

      De petits arbres très denses en bord de littoral

      « Avec une grande densité et une petite taille des arbres, la forêt de Xinhang devait être très semblable à un champ de canne à sucresucre », suggère Deming Wang, professeur à l'université de Pékin et principal auteur de l'étude. Située près de la ligne de l'équateuréquateur de l'époque, la forêt a poussé dans un milieu côtier. Avec son système racinaire avancé, Guangdedendron micrum a pu jouer un rôle de stabilisation du littoral à la manière de mangrovesmangroves actuelles. D'après les auteurs, l'existence de forêts de cette taille pourrait expliquer la chute du niveau de CO2 atmosphérique observée à cette époque.

      Deux autres forêts fossiles datant du Dévonien ont déjà été découvertes aux États-Unis et en Norvège, mais celle-ci les dépasse de loin en superficie (250.000 mètres carrés) et en nombre d'arbres.