Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'empathie chez les rats Le rat délivre son congénère d'une cage exiguë par empathie : en 5 jours, il réussit à ouvrir null

Un grand nombre d'études scientifiques, particulièrement en biologie et en médecine, sont menées chez des souris. Ces dernières représentent en effet 95 % à 99 % des animaux de laboratoire. Selon une nouvelle étude parue dans Scientific Reports, ce sont ainsi 111,5 millions de rats et de souris qui seraient ainsi sacrifiés pour des expériences scientifiques chaque année aux États-Unis. Curieusement, il n'existe aucun comptage officiel : les rats et les souris sont en grande partie exclus du Animal Welfare Act (AWA), qui protège les animaux de laboratoire des expériences douloureuses et cruelles.

Voir aussi

Enquête : vers la fin de l'expérimentation animale ?

Larry CarboneCarbone, l'auteur de l'étude, a donc extrapolé ce chiffre à partir des 780.070 mammifèresmammifères recensés par l'AWA en 2017-2018. L'estimation est toutefois contestée par d'autres chercheurs. L'organisation Speaking of Research, qui milite pour le bien-être animal dans les laboratoires, estime le nombre de souris utilisées chaque année à 10 ou 25 millions. En 2015, une autre étude avait estimé que 192,1 millions d'animaux avaient été utilisés à l'échelle du monde entier, soit une hausse de 37 % en dix ans. Un chiffre qui inclut les souris sacrifiées pour les expériences, les lignées génétiquement modifiées et les souris élevées à des fins scientifiques mais « gaspillées » sans être utilisées. La même année, l'association Peta avait elle aussi noté une augmentation de 73 % de l’utilisation d’animaux de laboratoire en 15 ans, à partir des données des laboratoires bénéficiant de fonds publics.

Le mythe de la fin de l'expérimentation animale a donc du plombplomb dans l'aile. Et cela ne devrait pas s'arranger avec l'épidémieépidémie de Covid-19Covid-19, dont les études préliminaires passent toutes par des modèles animaux.