Chaudière, cheminée, insert, poêle : tous ces appareils doivent se raccorder à un conduit de cheminée adapté à leurs caractéristiques. Condition indispensable pour qu’ils fonctionnent en toute sécurité, au mieux de leurs possibilités.

De façon générale, le rôle d'un conduit de cheminée est d'évacuer les produits de combustioncombustion, sans surchauffer, en assurant un tirage régulier. Il doit être en bon état, mécaniquement stable, étanche aux gazgaz, résistant à la corrosioncorrosion et à la température des fumées... Plus précisément, le conduit de cheminéecheminée doit être adapté aux caractéristiques techniques de l'appareil à raccorder. Ces informations figurent sur la plaque d'identification de tous les modèles vendus sur le marché.

Respecter la réglementation : elle ne laisse rien au hasard

La norme NF, DTU 24.1 « Travaux de fumisterie », définit les règles d'installation des conduits desservant les appareils de combustion suivants :

  • chaudières ;
  • cheminées à foyerfoyer ouvert ;
  • cuisinières ;
  • inserts ;
  • poêles.

Elle s'applique à tous les types de combustibles usuels : gazeux (gaz naturelgaz naturel), liquidesliquides (GPLGPL, fioulfioul) ou solidessolides (bûches de bois, briquettes, granulés de boisgranulés de bois, ou pellets, plaquettes forestières) sans limite de puissance. Elle désigne les composants des conduits maçonnés ou métalliques. Elle désigne les composants des conduits maçonnés ou métalliques et les classifie suivant plusieurs critères : température de fumée à prendre en compte, pressionpression liée au tirage, résistancerésistance aux condensats, à la corrosion et au feufeu de cheminée. Ce dernier point inclut la distance de sécurité à respecter (exemple : écart au feu) par rapport aux matières combustiblescombustibles les plus proches.

Pas de bon conduit sans une sortie de toit assurant un bon tirage, avec une protection de l’embouchure contre les intempéries et tout risque d’obstruction.© Poujalat
Pas de bon conduit sans une sortie de toit assurant un bon tirage, avec une protection de l’embouchure contre les intempéries et tout risque d’obstruction.© Poujalat

Des solutions adaptées à chaque situation

Les conduits métalliques sont flexibles ou rigides, à simple paroi, double paroi ou bien triple paroi. Les versions simple paroi s'utilisent surtout en chaufferie ou pour le tubage de conduits maçonnés non conformes aux règles d'installation. Les conduits simple paroi permettent d'effectuer le raccordement de l'appareil jusqu'au plafond.

Les versions double paroi sont soit isolées (un matériaumatériau isolant est intégré entre les deux parois métalliques), soit concentriques (les deux conduits sont séparés par une lame d'airlame d'air annulaire).

Les versions triple paroi sont concentriques, elles réunissent dans une seule et même solution deux flux d'air (les fumées évacuées dans le conduit intérieur isolé, et l'air entrant dans la lame d'air annulaire). Les conduits concentriques conviennent aux appareils étanches. En double et triple paroi, le montage intérieur peut s'effectuer en inoxinox ou alu, et acieracier galvanisé, le montage extérieur, tout inox.

Les conduits maçonnés normalisés se construisent en boisseaux de terreterre cuite réfractaireréfractaire, en bétonbéton de pouzzolanepouzzolane... Il existe différents modèles : à parois alvéolaires ou pleines, avec ou sans incorporation d'isolantisolant. Les boisseaux isolés s'utilisent principalement en montage extérieur à la maison ou pour les parties de conduit traversant des volumesvolumes non chauffés (cave, comblescombles perdus). Un conduit métallique est alors inséré dans l'ancien conduit. Les conduits maçonnés conformes peuvent être rénovés avec un tubage.

À retenir

Dans une habitation, une installation énergétiquement efficace se compose d'un appareil à haut rendement, fonctionnant avec un combustible de qualité (idéalement renouvelable), et d'un bon conduit de cheminée.

Bon plan

Economisez avec un code promo Castorama