Maison

L'intérêt d’un puits canadien, ou puits provençal

Dossier - De la pompe à chaleur au puits canadien
DossierClassé sous :chauffage , Maison , Pompe à chaleur

Découvrez, dans ce dossier introductif, les différents types de pompes à chaleur, de la pompe à chaleur aérothermique à la pompe à chaleur géothermique.

  
DossiersDe la pompe à chaleur au puits canadien
 

Le puits canadien, ou puits provençal (système de ventilation, dit de surface), utilise de manière passive l'énergie géothermique (dans son sens commun).

En hiver, il s'agit d'apporter de l'air doux dans l'habitation et de réaliser ainsi des économies en ménageant l'installation de chauffage : on parle de puits canadien. Le principe, très ancien, nous vient en effet des pays froids où il permet de récupérer efficacement la chaleur du sol sous des températures largement en dessous de 0 °C (-10/-15).

Détail d'un panneau de pompe à chaleur. © Budimir Jevtic, Shutterstock

Il peut également remplacer une mise hors gel, lorsque l'habitation est inoccupée. L'été, dès qu'on approche des 30 °C, c'est de l'air frais qui est insufflé à bon compte : le puits devient alors provençal. Logique !

Comment fonctionne un puits canadien, ou puits provençal ? © www.fiabitat.com

Principe et fonctionnement d'un puits canadien

En France, la température extérieure varie de - 15 à + 35 °C selon la saison et la région, avec des pics possibles lors d'années exceptionnellement froides ou chaudes. La température du sol, elle, reste d'une remarquable stabilité quel que soit le climat : entre 10 et 18 °C à 2 m de profondeur.

Schéma expliquant le principe du puits canadien.

Le puits canadien-provençal exploite cette stabilité en faisant transiter l'air extérieur par un collecteur enterré entre 1,50 et 2 m, suivant une pente de 2 à 3 %. Ce gros tube de Ø 20 cm alimente les pièces de la maison par un réseau de gaines de distribution.

L'entrée d'air, qui pointe dans le jardin, est équipée d'un filtre très efficace et de grilles interdisant l'entrée aux petits rongeurs et insectes. Un ventilateur centrifuge, enterré ou placé dans la maison, assure une aspiration régulière de l'air tandis qu'un regard étanche ou un siphon évacue les condensats.

Trois options pour un puits canadien

De gauche à droite et de haut en bas : un collecteur géothermique (PE, Ø 200 mm, L. 50 m. réf. EWT-E 200 L50), la borne de prise d’air Ø 200 en acier galvanisé (à peindre) avec triple filtre G. (réf. EWT-A 200 GALVA), la régulation double T en tôle d’acier galvanisé Ø 200 mm, avec trappe de visite (nettoyage) et évacuation des condensats (réf. EWT-F SIPHON 200), et le manchon de liaison Ø 200 mm, avec 2 joints d’étanchéité adaptés (réf. EWT-M 200.) Modèle puits canadien-provençal Econologique (env. 2.040 euros). © Helios

Le procédé traditionnel associe le puits canadien à une ventilation naturelle. Ses versions modernes, sous forme de kit, proposent un flexible coextrudé en polyéthylène de qualité alimentaire, annelé à l'extérieur, lisse à l'intérieur. Le tube est complété d'un manchon de liaison, d'une borne de prise d'air extérieure et d'un dispositif de régulation permettant le nettoyage et l'évacuation des condensats.

Le procédé traditionnel associe le puits canadien à une ventilation naturelle.© Atlantic

Pour obtenir une efficacité optimale, notamment dans la construction basse énergie ou passive, le puits canadien est couplé avec une VMC simple ou (mieux) double flux. L'air n'étant pas directement aspiré par les bouches d'aération des menuiseries, on réalise des économies de chauffage en hiver et d'électricité en été.

Le puits canadien est couplé avec une VMC simple ou (mieux) double flux.© Helios

Autre concept, le système géothermique utilise un échangeur d'air à eau glycolée. Exit le gros collecteur d'air, il est remplacé par un circuit (toujours enterré) rempli d'eau additionnée d'antigel. Celui-ci peut faire le tour de la maison et le système s'applique dans toutes les configurations où la pose d'un collecteur est difficilement réalisable.

Précautions d’usage

À l'instar d'une VMC, le puits canadien demande un entretien régulier pour éviter des nuisances d'ordre sanitaire : humidité, pollution de l'air, prolifération de bactéries... On doit veiller à laisser la trappe de visible et l'entrée d'air aisément accessibles pour le nettoyage. L'étanchéité de l'installation doit être parfaite et l'évacuation des condensats en bon état de fonctionnement.