Deux procédés sont envisageables pour un captage sur nappe. Découvrez ces techniques plus en détail.

Captage sur nappe à plusieurs forages. © Slavo Valigursky, Shutterstock

Captage sur nappe à plusieurs forages. © Slavo Valigursky, Shutterstock

Captage sur nappe phréatique

Il existe deux procédés pour un captage sur nappe :

  • L'un, le plus écologique, implique de creuser deux trous profonds de 8 à 50 m, selon les régions :
    • Le premier, ou puits d'aspiration, se situe en amont de l'écoulement de la nappe : la pompe à chaleur (PACPAC) y puise les caloriescalories de l'eau et les valorise.
    • Le second puits, dit de restitution, rejette l'eau refroidie dans son milieu naturel en aval de l'écoulement, sans altérer sa qualité.
  • Moins coûteux, le système à un seul forage présente l'inconvénient de rejeter l'eau refroidie dans une rivière, un lac, un réseau d'eaux pluviales... D'où un gaspillage certain. Dans la mesure du possible, il est à éviter.
Forage pour captage sur nappe. © Nature & Énergie

Forage pour captage sur nappe. © Nature & Énergie

Le captage sur nappe phréatiquenappe phréatique est la technique la plus rentable en termes de consommation d'énergieénergie. Même en cas d'hiverhiver rigoureux, la température de l'eau est constante, entre + 8 et 12 °C. Son COPCOP est le plus élevé de la filière géothermique : + 5 en moyenne annuelle, contre 3 à 4 pour les dispositifs précédents. Le procédé est assujetti aux mêmes obligations que le captage vertical.