Le vélo à assistance électrique Angell revendique une conception inspirée d’Apple. © Angell
Tech

Le vélo électrique connecté français Angell sera fabriqué par SEB

ActualitéClassé sous :Vélo électrique , Vélo à assistance électrique , iPhone

-

Le groupe français SEB ajoute une nouvelle corde à son arc en se lançant dans la fabrication du Angell, un vélo électrique à usage urbain conçu en France qui a semble-t-il rencontré un vif succès.

Bonne nouvelle pour le projet de vélo à assistance électrique (VAE) Angell porté par Marc Simoncini, le fondateur de Meetic. Face au succès du projet, l'entreprise vient d'annoncer une alliance avec le groupe français SEB (Moulinex, Rowenta, Tefal...) qui va non seulement entrer dans son capital mais également prendre en charge la production de ce VAE connecté.

Dévoilé en novembre dernier, Angell ambitionne d'être l'iPhone du vélo électrique grâce à son design épuré et l'intégration de technologies connectées réunies dans un écran couleur et tactile de 2,4 pouces entièrement personnalisable qui peut afficher la météo, l'indice de pollution, le niveau de batterie, le mode d'assistance, le programme de pédalage, la vitesse, les calories consommées et le guidage GPS. Le vélo intègre également des systèmes de sécurité : retour haptique dans les poignées pour indiquer la direction, alerte en cas de chute et alarme anti-vol. Il est équipé d'un moteur électrique 250W et d'une batterie censée assurer 70 km d'autonomie.

Angell a dévoilé une nouvelle version de son vélo électrique baptisé Angell/S, plus petit et plus léger. © Angell

Déjà 2.000 précommandes pour le VAE Angell

« Depuis le confinement, on a multiplié nos volumes de commandes par trois », a déclaré Marc Simoncini à BFMTV, reconnaissant qu'Angell s'était retrouvé « face à un mur industriel ». Dans son communiqué, SEB indique que 2.000 précommandes ont déjà été enregistrées. Le vélo sera fabriqué dans l'usine du groupe située à Is-sur-Tille (Côte d'Or).

Il coute 2.690 euros et il est désormais disponible en deux versions : Angell pour les cyclistes mesurant entre 1,65 et 1,95 mètre et Angell/S plus léger (12,9 kg contre 13,9 kg), plus petit (cyclistes à partir de 1,55 mètre) et doté d'un cadre à enjambement bas. Les premières livraisons sont attendues dans le courant de l'été. Selon nos confrères, Angell compte écouler 10.000 exemplaires durant la première année.

Pour en savoir plus

Angell, le "smartbike" qui veut être l’iPhone du vélo électrique

Article de Marc Zaffagni, le 23/11/2019

Porté par Marc Simoncini, le fondateur de Meetic, Angell est un vélo électrique dédié aux déplacements urbains qui promet un design simple et pratique, une batterie légère à charge rapide et des fonctions connectées pour assister et protéger le cycliste.

« On veut être au vélo ce que l'iPhone a été au téléphone. » Marc Simoncini, entrepreneur et business angel français qui a fondé le site de rencontres Meetic, n'y va pas par quatre chemins pour afficher l'ambition de son nouveau projet : un vélo à assistance électrique pour les déplacements en ville. Baptisé Angell, il veut combiner style et technologie avec un prix de vente de 2.690 euros, relativement abordable pour un vélo électrique. « On fait le pari que dans moins de cinq ans, une grande capitale européenne bannira la voiture thermique individuelle des centres-villes », lance Marc Simoncini dans un entretien avec l'hebdomadaire Le Point, tout en soulignant que trois quarts des déplacements dans une ville font moins de cinq kilomètres. Pour lui, pas de doute, le vélo est LA solution de mobilité douce et propre pour les déplacements en ville.

L'inspiration revendiquée avec l'iPhone n'est pas que rhétorique. La conception d'Angell repose sur une étroite symbiose entre le design matériel et l'ergonomie logicielle, une approche dont Apple est le champion incontestable avec ses produits. Angell a été dessiné par le designer français Ora-ïto qui a joué sur des lignes simples, fluides, toutes en rondeurs qui ne sont d'ailleurs pas sans rappeler le style épuré qu'affectionne la marque à la pomme. À première vue, on n'a pas l'impression d'avoir affaire à un vélo électrique, grâce à une intégration très astucieuse et esthétique de la batterie sous la forme d'un porte-bagage.

Le poste de pilotage du VAE Angell. © Angell

Un poste de pilotage avec écran tactile couleur

Amovible, cette batterie intègre des feux arrière, elle offre jusqu'à 70 kilomètres d'autonomie et peut se recharger en deux heures sur une prise secteur classique. Les ingénieurs qui ont travaillé sur ce vélo ont également tout fait pour le rendre le plus léger possible, avec un cadre en aluminium et une fourche en fibre de carbone. Résultat, Angell pèse « seulement » 13,9 kg, ce qui est plutôt très bien au vu du prix de vente qui reste raisonnable.

Le vélo est assisté par un moteur électrique 250 W intégré au moyeu arrière avec quatre modes d'assistance jusqu'à 25 km/h. Là où la plupart des VAE se contentent d'un module d'affichage rajouté sur le guidon plus ou moins pratique, le poste de pilotage d'Angell est un véritable cockpit qui intègre un écran couleur et tactile de 2,4 pouces entièrement personnalisable qui peut afficher la météo, l'indice de pollution, le niveau de batterie, le mode d'assistance, le programme de pédalage, la vitesse, les calories consommées et le guidage GPS. Les poignées intègrent des clignotants et un système haptique synchronisé avec le GPS qui émet des vibrations afin d'indiquer la direction à suivre. En cas de chute, le vélo envoie un message au contact d'urgence indiqué.

L'application mobile (Android et iOS) fait office de système de déverrouillage par liaison Bluetooth LE du vélo lorsque son propriétaire s'approche à moins de 10 mètres. On peut aussi sécuriser l'accès par un code pin. En cas de tentative de vol, Angell dispose d'une alarme que l'on peut activer à distance dès que l'on est averti que le vélo change de position. Tout semble avoir été bien pensé sur ce vélo à assistance électrique avec lequel Marc Simoncini n'espère rien de moins que « devenir le leader mondial du smart bike urbain ». Angell sera d'abord lancé dans six pays, dont la France au printemps 2020. On attendra tout de même de voir si les essais en conditions réelles confirmeront toutes ces ambitieuses promesses.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !