Prix, système de transmission, autonomie, batterie : comment choisir un vélo électrique ? © Jean-Louis Zimmermann, Flickr, CC by 2.0
Tech

Vidéo : comment choisir un vélo électrique ?

Question/RéponseClassé sous :Vélo électrique , choisir un vélo électrique , type de vélo électrique

[EN VIDÉO] Comment choisir un vélo électrique ?  Les vélos à assistance électrique (VAE) offrent un moyen de transport alternatif et écologique pour les courtes et moyennes distances. Prix, autonomie, confort d’utilisation, type de batterie… Voici les critères à prendre en compte avant un achat. 

Les vélos à assistance électrique (VAE) offrent un moyen de transport alternatif et écologique pour les courtes et moyennes distances. Prix, autonomie, confort d'utilisation, type de batterie... Voici les critères à prendre en compte avant un achat.

Comme son nom l'indique, le vélo à assistance électrique (VAE) ne dispense pas de pédaler : l'assistance du moteur s'arrête dès que l'on s'arrête ou que l'on dépasse les 25 km/h. Mais le vélo électrique facilite l'effort et permet de parcourir de plus longues distances. Il existe de très nombreux modèles avec des prix allant de 500 à plus de 3.000 euros. Comment choisir le plus adapté à votre usage ?

Type de vélo

Comme pour les vélos classiques, on trouve des vélos électriques de ville, des VTC, des VTT, ou des vélos pliables. Pour un usage exclusivement urbain ou sur piste cyclable, optez pour un vélo de ville, qui permet en outre d'être équipé de plus d'accessoires (panier de transport, porte-bagages, éclairage...). Pour un usage mixte (ville et randonnée sur chemin aménagé), préférez les VTC et pour un usage sportif, un VTT. Quel que soit le type de vélo choisi, le surcoût est conséquent par rapport à un vélo classique. N'espérez pas obtenir de la bonne qualité au-dessous de 1.200 euros.

L’autonomie

Les vélos à assistance électrique disposent d'une autonomie allant de 30 à 120 kilomètres. Généralement, plus la capacité de la batterie est élevée, plus l'autonomie est grande. Mais cela dépend aussi de nombreux autres facteurs, comme la force de pédalage, le vent, la pression des pneus, le poids du cycliste ou le dénivelé. Attention : choisissez bien la capacité dès le départ, car changer de batterie pour une autre de plus grande capacité vous reviendra au bas mot à 400 euros.

Le mode d’assistance

La plupart des vélos électriques d'entrée de gamme ont un système d’assistance « tout ou rien », qui se déclenche dès que l'on pédale et reste constant quelle que soit la force de pédalage. Ce type de vélo est parfaitement adapté à un usage quotidien domicile-travail. Pour une utilisation plus étendue ou avec beaucoup de montées et descentes, optez pour un vélo à assistance électrique proportionnelle (ou progressive), où le moteur est alimenté en fonction de la pression que vous exercez sur les pédales. L'assistance est alors plus forte au démarrage et dans les côtes.

Batterie amovible ou pas ?

La plupart des modèles de vélos électriques ont une batterie amovible, située sous la selle, sous le porte-bagage ou encore dans le cadre. Cela permet de la recharger facilement chez soi sans devoir transporter le vélo en entier. Optez de préférence pour une batterie fixée sur le tube diagonal, qui abaisse le centre de gravité et rend l'utilisation plus agréable. Vérifiez que vous arrivez facilement à l'enlever et la remettre, car vous devrez effectuer ce geste très souvent ! Les batteries non amovibles, généralement intégrées dans le tube, sont plus discrètes et esthétiques. Mais il faut disposer d'une prise de recharge dans son garage.

Le moteur

D'après la réglementation européenne, le moteur d'un VAE ne peut pas dépasser 250 W. Le moteur se situe soit au niveau du pédalier, soit dans le moyeu de la roue avant ou arrière. Les VAE avec moteur moyeu sont les plus courants, mais ils déséquilibrent un peu le vélo et donnent une impression d'être « tiré » ou « propulsé » selon leur emplacement. Les moteurs situés dans le pédalier offrent le plus souvent une assistance proportionnelle et une meilleure autonomie.

Un système de transmission intégré au moyeu permet de changer de vitesse même à l'arrêt. © patrikslezak, Adobe Stock

Le système de transmission

Pour un usage urbain, privilégiez un changement de vitesse intégré au moyeu, qui permet de changer de vitesse à l'arrêt et nécessite peu d'entretien. Le dérailleur classique, avec une chaîne est, lui, plus adapté aux fréquents changements de vitesse, en montagne par exemple. Il est plus léger et offre un meilleur rendement.

Les accessoires et la connectivité

Certains modèles de vélo électrique sont équipés d'une console indiquant le mode d'assistance, le niveau de charge de la batterie ou l'autonomie restante. Sur le haut de gamme, on bénéficie aussi d'un GPS et du pilotage de l'éclairage. D'autres fabricants développent des applications mobiles, dont la qualité est très variable. Pour un usage sportif, il peut par exemple être intéressant d'avoir une indication du niveau de performance, des kilomètres parcourus, etc.

Le poids

Un vélo à assistance électrique est plus lourd qu'un vélo classique : 24 kg en moyenne contre 15 kg pour un VTT classique. Attention car certains fabricants indiquent le poids du vélo sans la batterie, alors qu'au final vous devez rouler avec ! Si le poids n'est pas un critère déterminant lorsqu'on roule du fait de l'assistance électrique, songez que vous serez peut-être amené à transporter le vélo pour le passage d'un escalier par exemple. De plus, une fois la batterie déchargée, un vélo électrique devient pénible à piloter.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !