Sciences

Le présent : comment orienter la recherche ?

Dossier - Phoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
DossierClassé sous :Astronautique , phoenix , mars

-

Plus qu'une nouvelle sonde, c'est une nouvelle famille d'atterrisseurs et de robots que la Nasa entreprend d'envoyer vers la Planète rouge avec Phoenix. Avec, en ligne de mire, une réponse possible à la plus grande question que s'est posée l'humanité : la vie existe-t-elle ailleurs ?

  
DossiersPhoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
 

Depuis Viking, l'agence spatiale américaine a décidé de faire de la recherche de l'eau l'objectif essentiel de son programme scientifique martien. Spirit et Opportunity explorent la surface en étudiant le passé aquatique de Mars autour de leur site d'atterrissage.

Mais ces deux "astromobiles", ainsi que Pathfinder, étaient plus consacrés à la géologie qu'à l'exobiologie alors qu'au vu des résultats récents, on revient progressivement à l'hypothèse d'une vie microbienne ayant su profiter de la présence d'eau liquide dans le passé. Les deux atterrisseurs Viking prospectaient bien en ce sens, mais les connaissances de l'époque au sujet des formes que pouvait prendre le vivant était particulièrement lacunaires. Alors qu'il est maintenant établi que certaines bactéries extrêmophiles pourraient survivre sur Mars, ce type d'organisme était alors inconnu des biologistes et les instruments des sondes, mal calibrés, étaient incapables de les mettre en évidence même s'ils en avaient recueilli dans leurs chambres à échantillons.

Les procédures de recherches envisageables

Il existe en effet deux voies de recherche possibles pour déterminer si une forme de vie est présente, ou a jadis existé dans un milieu totalement étranger, a fortiori extraterrestre.

La procédure par orientation brute : où l'on recherche des traces évidentes de vie par examen direct ou analyse, le système de référence étant la vie terrestre. Mais dans l'ignorance totale des aspects que peuvent revêtir ces formes de vie, on ne sait pas exactement ce que l'on cherche et on risque de passer à côté de l'évidence.

Bactéries extrêmophiles, les Archaea ont été identifiées en 1977, et n'auraient pu être mises en évidence par les instruments embarqués sur les sondes antérieures à cette date comme les Viking. Certaines d'entre elles vivent sous le point de congélation de l'eau, d'autres se multiplient jusqu'à une température de 113°C. Licence Commons.

La procédure par orientation systématique et raisonnée, ou l'on recherche des indices, et tente d'abord de déterminer si l'environnement immédiat permet la conservation et l'entretien d'une forme de vie. Dans l'état des connaissances actuelles, il semble qu'une des conditions indispensables à l'apparition de toute forme vitale soit la présence d'eau, ce solvant naturellement répandu sur Terre et sans lequel les composés carbonés n'auraient pu s'animer ni mettre en œuvre les réactions chimiques à la base de la vie. Cette quête qui s'effectue progressivement, chaque expérience travaillant sur base des acquis des précédentes, est la plus lente pais aussi la plus sûre et permet de définir progressivement les bons paramètres de recherche.

D'où le désir des scientifiques d'aborder de nouveau cette question et de réitérer la mission Mars Polar Lander, dont le but était justement de se poser à proximité de la calotte polaire nord, où de vastes étendues de glace ont été signalées juste au-dessous de la surface. Or, la Nasa dispose encore de nombreux instruments réalisés pour la sonde Mars Surveyor, qui aurait dû succéder à la malheureuse Mars Polar Lander, et qui ne demandent qu'à servir. Un nouvel atterrisseur, construit en grande partie sur la base de ces éléments "sur étagères", prend alors forme et est baptisé Phoenix, du nom de l'oiseau fabuleux qui renaît de ses cendres...

Physionomie de Phoenix

L'atterrisseur de Phoenix a été élaboré autour de la plate-forme initialement prévue pour Mars Surveyor 2001, dont il reprend les caractéristiques essentielles et une grande partie de l'instrumentation. D'une masse de 55 kilogrammes, il présente un diamètre de 1,50 mètre, pour 5,50 mètres d'envergure, panneaux solaires entièrement déployés.


Lancement de Phoenix le 4 août 2007 depuis Cap Canaveral par une fusée Delta II - Crédits NASA