Sciences

Missions passées : les Martiens attendent…

Dossier - Phoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
DossierClassé sous :Astronautique , phoenix , mars

-

Plus qu'une nouvelle sonde, c'est une nouvelle famille d'atterrisseurs et de robots que la Nasa entreprend d'envoyer vers la Planète rouge avec Phoenix. Avec, en ligne de mire, une réponse possible à la plus grande question que s'est posée l'humanité : la vie existe-t-elle ailleurs ?

  
DossiersPhoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
 

Mariner 8 décolle le 8 mai 1971, mais s'écrase dans l'Atlantique à 560 km de Porto-Rico suite à une défaillance du deuxième étage du lanceur Atlas-Centaur. Le 30 mai, son jumeau Mariner 9 prend bien la route de Mars, et le 14 novembre, se place en orbite. La Planète rouge possède maintenant son premier satellite artificiel.

La sonde arrive en pleine tempête globale. Les vents soufflent sur Mars à une vitesse de 180 à 250 km/h. Excepté la calotte polaire nord, seules quatre taches apparaissent en formant un vague triangle. Les scientifiques constatent que chacune de ces taches est en fait un volcan géant dont le sommet troue la couche de nuages. L'enthousiasme, mais aussi l'impatience, est à son comble et soudain, Mars redevient une planète à la fois changeante et vivante.

Mariner 9

A partir du 17 décembre, de nombreux détails apparaissent. Les astronomes iront alors de découverte en découverte. On constate que les terrains chaotiques repérés par Mariner 6 et 7 appartiennent à une gigantesque formation, vaste ensemble de canyons long de 5000 km et atteignant 120 km de largeur. Elle sera baptisée Valles Marineris.

La mission cartographique débutera en janvier 1972, après apaisement complet de la tempête. Jusqu'au 27 octobre, Mariner 9 prendra 7329 photos de la surface, révélant une Nouvelle Mars totalement ignorée des astronomes. Cette moisson d'images sera abondamment exploitée pour déterminer les points d'atterrissage des Viking.

Les Viking à la conquête de Mars

Les résultats engrangés par les missions précédentes autorisant à nouveau l'espoir d'une présence de vie, priorité est donnée à la recherche de traces d'eau, présente ou passée. L'album photographique de Mariner 9 sert de référence, et le 7 mai 1973, les ingénieurs sélectionnent plusieurs sites possibles. Ce sera Chryse Planitia pour Viking 1, et Utopia Planitia pour Viking 2.

Le 20 juillet 1976, Viking 1 se pose sans encombre sur le sol de la Planète rouge. Viking 2 atterrira le 3 septembre suivant, avec le même succès.

Panorama d'Utopia Planitia transmis par Viking 2

Les missions Viking seront largement rentabilisées puisque, prévues pour une espérance de vie de 3 mois, elles se poursuivront jusqu'en 1980 pour Viking 2, et 1983 pour Viking 2. Mais désormais la machine est lancée, et Mars à nouveau dans le collimateur des scientifiques.