Sciences

Premier bilan de Phoenix

Dossier - Phoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
DossierClassé sous :Astronautique , phoenix , mars

-

Plus qu'une nouvelle sonde, c'est une nouvelle famille d'atterrisseurs et de robots que la Nasa entreprend d'envoyer vers la Planète rouge avec Phoenix. Avec, en ligne de mire, une réponse possible à la plus grande question que s'est posée l'humanité : la vie existe-t-elle ailleurs ?

  
DossiersPhoenix : l'oiseau de feu arrive sur Mars
 

La sonde est désormais silencieuse : elle s'est tue en novembre 2008, cinq mois après son arrivée sur Mars alors qu'elle était conçue pour fonctionner seulement 90 jours en raison des rigueurs de l'hiver martien (la sonde s'est posée à de hautes latitudes).

Le bilan scientifique de la mission est très positif. Tout d'abord Phoenix a pu photographier et même ramasser à l'aide de son bras mécanique cette eau gelée que tout le monde espère trouver depuis si longtemps sur Mars.

Autre découverte, assez inattendue, celle de perchlorate qui pourrait agir en tant que source d'énergie pour d'éventuels micro-organismes. Ce perchlorate a une autre propriété intéressante : il permet de maintenir l'eau à l'état liquide jusqu'à -70 °Celsius. Ceci expliquerait la présence éphémère de gouttelettes visibles sur les jambes d'atterrissage de Phoenix.

Des plaques de glace sont visibles sur les pieds de Phoenix juste après son atterrissage sur Mars. Crédits : NASA / JPL

L'hypothèse de la possibilité d'une vie martienne est donc relancée à nouveau : la courte mais fructueuse mission Phoenix ouvre la voie à de nouvelles perspectives qui s'offriront aux prochains robots équipés de nouveaux instruments de détection biologiques. Comme sur Terre où des formes de vie prospèrent dans des environnements hostiles pour l'homme, il est possible que le perchlorate martien offre une opportunité intéressante à une biologie qui nous est inconnue...