Représentation du champ magnétique terrestre. © vchalup, Fotolia

Sciences

Pourquoi le champ magnétique terrestre s'affaiblit-il au-dessus de l'Atlantique Sud ?

ActualitéClassé sous :Swarm , Observation de la Terre , cartographie du champ magnétique terrestre

Le champ magnétique terrestre s'affaiblit progressivement au sud de l'Atlantique, un phénomène qui confond plus d'un géophysicien. Alors que certains soutiendront qu'il s'agit là de l'œuvre des Atlantes, les scientifiques, eux, font appel au ciel.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vent solaire : la Terre protégée par son champ magnétique  Les tempêtes du Soleil projettent dans l'espace des particules très énergétiques que les astronautes peuvent voir lorsqu'ils ont les yeux fermés. Si elles ne nous atteignent pas, c'est parce que le champ magnétique de la Terre nous protège du vent solaire. Découvrez en vidéo comment fonctionne cet étonnant bouclier. 

Bien qu'invisible à nos yeux, le champ magnétique terrestre joue un rôle essentiel dans la préservation de la vie sur notre Planète bleue. Tout à la fois aimant et bouclier, il dévie les particules mortelles des vents solaires, dont les ultimes vestiges s'épanouissent en aurores boréales et australes aux pôles de la planète. Or, celui-ci est en train de s'amenuiser dans une région s'étendant entre l'Afrique et l'Amérique du Sud, une région si connue pour ses anomalies magnétiques qu'elle fait l'objet de ses propres mythes. Afin de comprendre cet étonnant phénomène, les scientifiques se sont tournés vers Swarm, une constellation de trois minisatellites lancée par l'ESA le 22 novembre 2013 pour étudier notre magnétosphère.

Amas, une anomalie magnétique dans l'Atlantique

Le champ magnétique naît des mouvements de convection du noyau externe terrestre : entourant le noyau interne, solide, cette sphère de métal liquide, principalement composée de fer et de nickel, agit comme une véritable dynamo. Les courants électriques qu'elle engendre sont mouvants et changeants. Ainsi, de récentes études ont permis d'observer les déplacements du pôle Nord magnétique sur plusieurs dizaines de kilomètres par an. Mais l'anomalie magnétique de l'Atlantique sud (ou Amas), elle, est quelque peu différente et questionne les scientifiques depuis bien des décennies déjà.

Bien que l'intensité globale du champ magnétique terrestre ait décru au cours des deux derniers siècles, l'Amas semble suivre son propre cours. Entre 1970 et 2020, l'intensité du champ est tombée de 24.000 à 22.000 nanoteslas dans cette région, tandis que l'anomalie continue de se déplacer vers l'ouest au rythme de 20 kilomètres tous les ans. Plus récemment, au cours des cinq dernières années, un second foyer de faible intensité semble avoir émergé au sud-ouest de l'Afrique, suggérant que l'anomalie pourrait être en train de se séparer en deux cellules distinctes.

Cette visualisation illustre l'évolution de l'anomalie magnétique de l'Atlantique Sud, enregistrée par le Swarm au cours des cinq dernières années. © Swarm, ESA

Inversion des pôles ?

L'existence de l'Amas remet en question la conception réductionniste que l'on pourrait avoir de la mécanique à l'origine du champ magnétique terrestre. Un simple modèle dipolaire, décrivant une Terre agissant comme un aimant, ne suffit pas à expliquer l'émergence de ces anomalies. C'est pourquoi, en novembre 2013, l'ESA a lancé la mission Swarm, destinée à l'exploration de notre magnétosphère. « Nous avons de la chance d'avoir les satellites Swarm en orbite pour étudier le développement de l'anomalie de l'Atlantique Sud, commente Jürgen Matzka, du centre allemand de recherche en géosciences. Le défi, à présent, est de comprendre les processus provoquant ces changements, au cœur de la Terre. »

L'hypothèse prévalant actuellement est celle d'une inversion des pôles, un événement ayant lieu en moyenne tous les 250.000 ans. La dernière étant survenue il y a près de 780.000 ans, peut-être une nouvelle inversion est-elle à l'ordre du jour. Quoi qu'il advienne, les comportements étranges du champ magnétique terrestre ne présagent rien d'alarmant pour nous sur Terre. Les seuls atteints seront les satellites en orbite basse, qui pourront présenter quelques dysfonctionnements lors de leur passage au-dessus de cette mystérieuse zone encore incomprise.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !