Sciences

Un partenariat européen pour progresser vers l'économie de l'hydrogène

ActualitéClassé sous :recherche , hydrogène , énergies

Crédits : General Motors Concept car à hydrogène

Le Président de la Commission européenne, Romano Prodi, a lancé récemment, lors de sa première assemblée à Bruxelles, la « Plate-forme européenne pour les technologies de l'hydrogène et des piles à combustible », dont le comité consultatif comprend des acteurs clés du secteur européen de l'hydrogène.
La plate-forme a pour mission d'élaborer un projet de texte destiné à faciliter le passage de l'UE d'une économie fondée sur les combustibles fossiles à une économie fondée sur l'hydrogène.
La création de cette plate-forme fait suite à la présentation, le 16 juin 2003, d'un rapport établi par un groupe d'experts de l'UE à haut niveau, et à l'inclusion d'une initiative sur l'hydrogène et les piles à combustible dans la liste de projets de recherche et de transports relevant du programme Quick-start.
Cette liste a été présentée par la Commission le 11 novembre 2003 dans le cadre de "l'initiative européenne pour la croissance ». La demande énergétique mondiale va doubler dans les 50 prochaines années, alors que les ressources intérieures de l'Europe sont très limitées. L'UE importe actuellement 50% de ses besoins en pétrole, et si rien n'est fait, ce chiffre passera à 70% au cours des 20 à 30 prochaines années.
Les technologies de l'hydrogène et des piles à combustible pourraient faire partie intégrante de futurs systèmes énergétiques durables. Cela contribuera à améliorer la sécurité énergétique et la qualité de l'air en Europe, tout en atténuant le changement climatique. Développer une nouvelle société de l'hydrogène en s'assurant une première place au plan mondial nécessitera au niveau de l'UE une stratégie cohérente, dont la conception sera facilitée par la plate-forme pour les technologies européennes de l'hydrogène et des piles à combustible.

"Au rythme actuel, la dépendance de l'Europe envers les importations de pétrole va passer d'environ 50% aujourd'hui à 70% vers 2025. Ces tendances ne sont à l'évidence pas durables. Nous devons agir maintenant pour les infléchir" a déclaré le Président de la Commission, Romano Prodi.
"Notre objectif est de passer progressivement, d'ici au milieu du siècle, à une économie de l'hydrogène pleinement intégrée, fondée sur des sources d'énergie renouvelables. Pour concrétiser cette vision, l'Europe doit intensifier ses efforts de recherche, réaliser des projets de démonstration et de déploiement à plus grande échelle, et adopter des règlements et des normes adaptées à la future économie de l'hydrogène. Ces efforts ne porteront leurs fruits que si les ressources nationales et européennes, tant publiques que privées, sont utilisées de manière coordonnée. C'est pourquoi nous lançons un partenariat européen pour l'économie de l'hydrogène."

La création de la plate-forme européenne pour les technologies de l'hydrogène et des piles à combustible est parrainée par le Président Prodi, la Vice-Présidente et Commissaire à l'énergie et aux transports, Loyola de Palacio, et le Commissaire chargé de la recherche, Philippe Busquin.

Pourquoi une plate-forme technologique?

Les efforts de l'UE en vue du développement et de la consolidation de ces technologies sont fragmentaires et éparpillés dans plusieurs États membres, avec de nombreux chevauchements. C'est pourquoi la Commission a décidé l'année dernière de créer un groupe à haut niveau. Le rapport prospectif établi par le groupe a été largement approuvé lors de la grande conférence européenne "L'économie de l'hydrogène: une passerelle vers l'énergie durable".

Une des principales recommandations du groupe était d'établir un « Partenariat européen pour les technologies de l'hydrogène et des piles à combustible » guidé par un comité consultatif.

Le résultat escompté de cette plate-forme technologique est l'élaboration, au niveau de l'UE, d'une stratégie à larges vues concernant l'hydrogène et les piles à combustible. L'objectif est d'assurer la présence de l'UE parmi les principaux acteurs mondiaux pour la fourniture et la mise en œuvre des technologies de l'hydrogène. Le comité consultatif de la plate-forme technologique comprend 35 membres représentant les parties prenantes, et qui sont tous des leaders du secteur.

La première assemblée de cette plate-forme technologique, prévue pour les 20 et 21 janvier à Bruxelles et ouverte par le Président de la Commission, Romano Prodi, a abordé les trois pierres angulaires de la mise en oeuvre de la nouvelle économie de l'hydrogène en Europe : les applications dans les transports (en 2020, 5% des carburants pourraient être à base d'hydrogène, comme proposé dans la communication de l'UE sur les carburants de substitution) ; les applications fixes et l'infrastructure de l'hydrogène.
Cette assemblée stimulera la constitution de groupes de travail à l'appui des opérations et des objectifs de la plate-forme.

La plate-forme technologique aura l'occasion d'établir un consensus et de relancer la dynamique en faveur d'une stratégie de recherche et de déploiement européenne cohérente dans le secteur de l'hydrogène et des piles à combustible, comprenant notamment des partenariats public-privé, des projets phares, des normes et des règlements. Elle constituera ainsi une masse critique et rassemblera les parties prenantes pour faire de l'Europe un acteur de premier plan et un partenaire plus puissant au niveau international.

Hydrogène: un vecteur énergétique propre

L'hydrogène, comme l'électricité, est un vecteur énergétique propre. Elle peut être obtenue à partir d'un large éventail de sources primaires.
Il est ainsi possible de décarboner les combustibles fossiles par piégeage du carbone, ce qui permet ensuite d'obtenir de l'hydrogène à partir de ces combustibles classiques, avec des émissions de carbone négligeables. Mais surtout, l'hydrogène peut être produite à partir de diverses sources d'énergie primaire renouvelable, telles que le vent, la biomasse et l'énergie solaire, ce qui est idéal pour remplacer les énergies fossiles, le pétrole en particulier.

Une application concrète : les piles à combustible

Le principe de la conversion énergétique dans une pile à combustible est propre et silencieux : l'hydrogène se combine à l'oxygène de l'air dans la pile et produit de l'eau et de l'électricité. Les processus de conversion électrochimique ne sont pas limités par les lois physiques de la thermodynamique, qui régissent les processus de combustion, et offrent par conséquent un rendement supérieur. Les piles à combustible utilisent généralement l'hydrogène, mais d'autres combustibles sont possibles, notamment le gaz naturel et le méthanol.

À long terme, les piles à combustible sont susceptibles de remplacer une très large part des systèmes énergétiques actuels dans tous les domaines, depuis les batteries de téléphones mobiles jusqu'à la propulsion de véhicules, en passant par la production électrique centralisée ou décentralisée. Elles représentent également une révolution potentielle dans nos modes de production et de consommation de l'énergie.

L'Union européenne soutient la recherche sur les piles à combustible depuis 1989, et l'importance croissante que revêt ce domaine transparaît dans la hausse considérable de l'aide financière à la recherche, passée de 8 millions d'euros dans le programme 1988-1992 à 150 millions pour 1999-2002. Actuellement, après un premier appel à propositions au titre du 6e programme cadre de recherche (6ePC 2002-2006), la contribution de l'UE à ces activités s'élève à 95 millions d'euros; deux autres appels à propositions sont prévus d'ici 2006. Environ 300 millions d'euros devraient être alloués à la recherche sur l'hydrogène et les piles à combustible au titre du 6ePC.

L'initiative européenne pour la croissance et le programme Quick-start

La Commission a également lancé en novembre 2003 l'initiative européenne pour la croissance, afin d'accélérer la reprise économique de l'UE. L'initiative de croissance englobe un « programme Quick-start » pour des projets d'investissement public et privé dans les infrastructures, les réseaux et la connaissance. L'objectif est d'encourager la création de partenariats public-privé, en coopération avec la Banque européenne d'investissement, afin de lever des fonds.

Ce programme prévoit une initiative majeure sur dix ans en faveur de la recherche liée à l'hydrogène, à sa production et à son utilisation, pour un budget total de 2,8 milliards d'euros de fonds publics et privé. La plate-forme technologique peut contribuer à concrétiser cette initiative, qui a déjà reçu le soutien politique des États membres au plus haut niveau.

Le cadre international

En juin 2003, l'hydrogène a été abordée au cours du sommet UE-Etats-Unis. Dans une déclaration commune avec les E.U., l'UE s'est engagée à collaborer à l'échelle mondiale pour accélérer le développement de l'économie de l'hydrogène. Cette collaboration vise à renforcer la sécurité d'approvisionnement énergétique, à diversifier les sources d'énergie et à améliorer la qualité locale et globale de l'air.

L'engagement croissant dans le développement d'une économie mondiale de l'hydrogène a été conforté en novembre 2003 à Washington, par le lancement du partenariat international pour l'économie de l'hydrogène, avec la participation des Etats-Unis, de quatorze pays et de l'Union européenne.

Ce partenariat international englobe notamment l'Inde et la Chine, qui vont devenir de gros consommateurs d'énergie, car leurs économies sont en croissance rapide. Il représente un pas vers l'établissement d'une coopération internationale sur les questions techniques, réglementaires et politiques.

Cela vous intéressera aussi