Pour son quatrième lancement de l’année, le troisième avec une Ariane 5, Arianespace emportera trois satellites en orbite de transfert géostationnaire, dont le premier satellite Météosat de troisième génération (MTG) d’Eumetsat. Les deux autres satellites sont les satellites de télécommunications d’Intelsat Galaxy 35 et 36. Le décollage d’Ariane 5 est prévu aujourd’hui, le plus tôt possible entre 21 h 30 et 23 h 16 heure de Paris. Après ce vol, il restera à lancer seulement deux autres Ariane 5.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Combien de temps à l'avance peut-on prévoir la météo ? Dans les années 1980, la fiabilité des prévisions météo ne dépassait pas quelques jours. Aujounull

Le lancement de ce nouveau satellite météorologiquesatellite météorologique ouvre une nouvelle ère dans les prévisions météorologiquesprévisions météorologiques. Cette troisième génération de satellite Météosat d'Eumetsat marque une rupture technologique significative par rapport à la génération précédente. Elle comprend quatre imageurs (MTG-I), dont le premier exemplaire est lancé ce soir, et deux sondeurs (MTG-S). Le premier satellite sondeur doit être lancé en 2024. Tous ces satellites sont stabilisés suivant les 3 axes et non plus par rotation comme le sont les précédents. Il s'agit là d'une réelle avancée et d'une amélioration importante par rapport aux capacités actuelles des satellites Météosat de deuxième génération.

Une fois déployée, cette nouvelle constellationconstellation fonctionnera avec trois satellites -- deux imageurs et un sondeur -- en orbite géostationnaire à 36 000 km au-dessus de la Terre. Comme deux exemplaires de chaque satellite sont prévus, la continuité du service est garantie jusqu'en 2044 pour les satellites Imageurs et 2043 pour les satellites Sondeurs.

Une révolution dans les prévisions météorologiques des phénomènes les plus violents

Comme l'explique Phil Evans, directeur général d'Eumetsat, « cette constellation MTG est le système de satellites météorologiques en orbite géostationnaire le plus complexe et innovant jamais construit ». Cette constellation, réalisée sous la maitrise d'œuvre de Thales Alenia Space en partenariat avec OHB, renforcera la position dominante de l'Europe dans le domaine de la donnée météorologique depuis l'espace.

 

Voir aussi

Les futurs satellites météorologiques d'Eumetsat se dévoilent

Alors que le changement climatiquechangement climatique induit des phénomènes métrologiques de plus en plus extrêmes, fréquents et difficiles à prévoir plusieurs jours à l'avance, MTG aura un impact plus que significatif sur nos capacités à prévoir le temps à l'avance. Concrètement, MTG permettra pour la première fois aux météorologuesmétéorologues européens de surveiller le cycle complet d'une cellule orageuse, de la perturbation atmosphérique, où l'on ne voit rien, aux premiers éclairséclairs.

Les satellites sondeurs infrarougesinfrarouges reconstitueront les profils de températures et d'humidité dans l'atmosphèreatmosphère et y détecteront ses instabilités avant même la formation des nuagesnuages tandis que l'instrument de détection des éclairs (Lightning Imager, LI), à bord des satellites imageurs, observera en permanence l'activité électrique sur l'ensemble du disque, entre les nuages et des nuages au sol. Cet instrument inédit en Europe, réalisé par Leonardo, est composé de quatre caméras. Il cartographiera en continu les éclairs entre les nuages, ainsi qu'entre les nuages et le sol. Sa conception n'a pas été une mince affaire quand on sait que la durée de vie d'un éclair est extrêmement courte, moins de 0,6 seconde. L'Intelligence artificielleIntelligence artificielle sera utilisée pour repérer ces éclairs.

On gagne un jour de prévision tous les 10 ans

Si l'amélioration des prévisions sera importante, il est néanmoins difficile de la quantifier. En effet, il faut savoir que ce ne sont pas les satellites qui font les prévisions. Ils se « contentent » d'observer la machine climatique et météorologique et ne sont que des satellites d'observation. Ce n'est pas directement à partir des données qu'ils récupèrent que les prévisions se font mais à partir des modèles numériquesmodèles numériques d'évolution du temps que ces données vont alimenter. Ces modèles vont simuler en temps réel l'évolution de l'atmosphère, dont l'analyse par des prévisionnistes du temps, et vont permettre de prévoir le temps qu'il fera les minutes, heures et jours suivants.

Météosat, c'est aussi l'iconique image météorologique du disque terrestre (Europe et Afrique) qui illustre quotidiennement de nombreux bulletins météo partout sur ces deux continents. Depuis le premier Météosat en 1977 qui obtenait une image de ce disque toutes les 30 minutes, puis une toutes les 15 minutes avec Météosat de seconde génération dès 2002, MTG fera mieux avec un télescopetélescope plus petit ! Les satellites imageurs (MTG-I), qui fonctionneront dans 16 bandes spectrales avec une résolutionrésolution de 500 mètres (ce qui est 2 fois mieux que la génération précédente), réaliseront une image du disque terrestre toutes les 10 minutes. Ils produiront également une image du continent européen toutes les 2 minutes et demie (5 minutes avec les satellites MSG en service).

Une image du disque terrestre toutes les 10 minutes, une image du continent européen toutes les 2 minutes et demie

Sans surprise, avec des images plus fréquentes et plus précises, on aura de meilleures prévisions sur le temps qu'il fait à un instant T, de sorte que les prévisions du temps à venir les minutes et les heures suivantes seront plus précises.

L'altitude à laquelle évolueront ces satellites MTG contribue également à l'amélioration des prévisions à 10 jours. Alors que les satellites des deux précédentes générations se situaient bien plus bas, ceux de la troisième génération se situent à 36 000 kilomètres d'altitude.

À Cannes, dans l'usine de Thales Alenia Space, fin de la construction du premier satellite imageur de la la constellation de satellites MTG qui consistera en trois satellites — deux imageurs et un sondeur. © Rémy Decourt
À Cannes, dans l'usine de Thales Alenia Space, fin de la construction du premier satellite imageur de la la constellation de satellites MTG qui consistera en trois satellites — deux imageurs et un sondeur. © Rémy Decourt

Des bénéficies sociaux et économiques loin d’être anodins

La prévision météorologique, c'est aussi sauver des vies et limiter les dégâts sur les biens et les infrastructures économiques. Les populations européennes et leurs économies vont donc être les bénéficiaires directes de ces prévisions météorologiques améliorées.

L'Agence européenne pour l'Environnement estime que les événements liés à la météorologiemétéorologie et au climatclimat ont entraîné des pertes économiques pouvant se chiffrer à 520 milliards d'euros dans l'Espace économique européen entre 1980 et 2020. Ce sont quelque 145 000 vies qui ont été perdues au cours de cette même période.

Dans un climat en mutation, les phénomènes météorologiques violents qui touchent l'Europe et le reste du monde « sont et seront de plus en plus fréquents », précise Phil Evans. Et de rappeler que le « but de cet investissement de plusieurs milliards d'euros (1,4 md fournis par l'ESAESA et 2,4 par Eumetsat) » n'est pas seulement scientifique, mais de « mettre à disposition des services météorologiques de nos États membres un volumevolume bien plus important d'informations plus précises qui les aideront à préserver des vies, des biens et des infrastructures. Ce système va en effet littéralement sauver des vies ».