Cette illustration montre un astronaute sur Mars vu à travers la fenêtre d'un vaisseau spatial. © NASA, JPL-Caltech
Sciences

La planétologue Lucia Mandon nous raconte le déroulement des recherches sur Mars

ActualitéClassé sous :mars , planétologie comparée , géologie de Mars

Lucia Mandon est une planétologue, spécialiste de la géologie martienne. Elle a notamment contribué à caractériser les sites d'atterrissage des missions Mars 2020 et Exomars 2022. Elle nous raconte son parcours universitaire et son quotidien dans l'équipe de la mission Mars 2020 (Nasa), chargée de l'instrument SuperCam, à bord du rover Perseverance.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Vie sur Mars : retour sur les grandes étapes de l'exploration martienne  La quête de la vie sur Mars est une histoire fascinante et pleine de rebondissements, témoignant de l'attrait inéluctable que nous possédons pour cette planète aux mille visages. Retour sur quelques grandes étapes de l'exploration martienne. 

Actuellement postdoctorante au Laboratoire d'Études Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique (Lesia) à l'Observatoire de Paris, Lucia Mandon étudie les planètes. Pendant sa thèse, elle a jeté son dévolu sur Mars pour comprendre son histoire géologique. Avec son équipe, elle a donc cherché quels seraient les sites à explorer, ayant le plus de potentiels, pour la Mission ExoMars 2022. Aujourd'hui, membre de la mission Mars 2020, elle fait partie de ceux qui analysent les données récoltées par l'instrument franco-américain SuperCam à bord du rover Perseverance. Son objectif : caractériser la composition des roches martiennes et peut-être découvrir, des traces de vie ancienne. Rencontre.

La géologue et planétologue Lucia Mandon, postdoctorante au Lesia. © Lucia Mandon

À la conquête des planètes

Comme beaucoup d'enfants, Lucia était fascinée par l'espace. Elle souhaitait devenir astrophysicienne. Mais les préjugés autour du métier ont fini par semer le doute. « Tu vas passer ton temps à regarder des chiffres devant des ordinateurs », prévenait son entourage. Quelques années plus tard, toujours hésitante, elle finit par s'orienter vers la géologie, en intégrant une Licence en Géosciences, à l'Université de Lyon -- un diplôme co-accrédité avec l'École normale supérieure de Lyon. Au programme, elle étudie les reliefs terrestres et ses secrets internes comprenant différentes enveloppes, un manteau et un noyau. À l'époque, Lucia ne connaissait pas encore la planétologie. En découvrant cette discipline, elle décide d'approfondir ce champ d'étude, dès sa troisième année de Licence, puis en Master.

La suite se déroule sur Mars. Avec l'équipe e-Planets du Laboratoire de géologie de Lyon, elle participe, pendant sa thèse, à la proposition d'un site d'atterrissage pour la mission ExoMars 2022 : Oxia Planum. Une très ancienne région, âgée d'environ quatre milliards d'années (ère noachienne), contenant des dépôts argileux et abritant vraisemblablement un bassin, d'une centaine de kilomètres de large, dans lequel de l'eau liquide était autrefois abondante. En 2018, le projet est sélectionné.

Parallèlement, elle contribue aussi à l'analyse de Nili Fossae. Une région unique, susceptible de révéler des signes de vie passée, en particulier au niveau du cratère Jezero, terrain de jeu actuel de Perseverance. En effet, ce lieu présente de grandes quantités d'olivine, des minéraux hydratés, ainsi qu'un ancien delta. La présence de ce dernier étant une preuve que l'eau y coulait aussi autrefois sous la forme d’un lac. Mais, pour savoir si la vie a pu exister, les scientifiques devront être patients, et attendre que les premiers échantillons martiens soient ramenés sur Terre.

Le quotidien d'une spécialiste de la géologie martienne

La mission Mars 2020 a débuté il y a maintenant quelques mois. À l'heure actuelle, une myriade de scientifiques et d'ingénieurs, notamment français et américains, s'attachent au bon fonctionnement du rover Perseverance. Parmi eux, Lucia Mandon et plusieurs dizaines de chercheurs s'occupent spécifiquement de l'instrument SuperCam. Une machine complexe, considérée comme la tête et les yeux du rover.

Sur celle-ci, s'y trouve une caméra haute résolution qui permet aussi bien de « regarder des roches à quelques mètres, de façon très détaillée, que d'observer l'horizon lointain en zoomant à l'autre bout du cratère Jezero », précise Lucia ; embarquée aussi la technologie Libs (Laser Induced Breakdown Spectroscopy) qui pulvérise des petites surfaces de roches à l'aide d'un laser afin d'en tirer des informations sur leurs compositions chimiques, en regardant la lumière émise lors de cette attaque furtive. Par ailleurs, la technique du Raman, une spectroscopie de diffusion, est également intégrée à la structure de SuperCam. Mais celle-ci est non destructive. Elle consiste à envoyer une lumière monochromatique sur l'échantillon et à analyser la lumière diffusée.

La fonction principale de l’instrument franco-américain SuperCam est d’identifier à distance la composition chimique et minéralogique des roches et des sols. © Cnes

Lucia Mandon, quant à elle, utilise la spectroscopie de réflectance pour ses recherches. Une autre technique de spectroscopie consistant à analyser la réflexion de la lumière du Soleil sur les surfaces planétaires ou d'autres objets célestes, afin d'en déterminer leur minéralogie. Enfin, il y a un microphone. Celui-ci permet, en premier lieu, d'enregistrer l'ambiance sonore martienne (notamment le vent) et, d'après Lucia, « on entend moins bien sur Mars, en raison de la faible densité de son atmosphère ». Mais il a aussi une autre fonction insoupçonnée : celle d'étudier le bruit des roches lorsque celles-ci sont vaporisées par le fameux laser, ceci dans le but de connaître leur dureté.

Chaque jour, les données capturées par les instruments du rover martien, sont envoyées aux Terriens à une heure précise. À partir de ce moment, le rush commence. En seulement quelques heures, « il faut analyser les données, produire un premier rapport et une interprétation rapides », explique la chercheuse. Une tâche qui se complique étant donné que les chercheurs français doivent se calibrer sur l'heure américaine. Ainsi, pendant certaines périodes, ils travaillent de nuit. « Cependant, le début de la mission fut plus difficile, prévient Lucia. Nous devions tous suivre l'heure martienne, ce qui signifie qu'il fallait se décaler de 40 minutes tous les jours ! » -- un jour sur Mars équivaut à 24 heures et 39 minutes. Mais elle ne s'en plaint pas, car les découvertes quotidiennes trépidantes la tiennent éveillée, comme pour toute l'armada de scientifiques qui travaille à ses côtés.

En attendant les prochaines découvertes, l'aventure martienne continue ! 


Vous aimez nos articles et le travail de vulgarisation scientifique réalisé par nos journalistes ? Vous pouvez aujourd'hui nous soutenir en rejoignant nos abonnements sur Patreon

Deux formules d'abonnement vous sont proposées avec les avantages suivants : 

  •  « Futura sans publicité » : cet abonnement vous permet d'avoir un accès garanti sans publicités sur tout le site et à ses services pour 3,29 € par mois (+TVA). 
  • « Je participe à la vie de Futura » : en plus de l'accès sans publicité, cet abonnement vous donne la possibilité de participer à la vie de notre média indépendant (votes, contenu inédit, sondages, etc.) pour 6,29 € par mois (+TVA).

Voici la liste simple des étapes à franchir pour souscrire à l'abonnement qui vous plaît :

  • Rendez-vous sur notre compte Patreon pour découvrir nos abonnements
  • Choisissez l'abonnement qui vous convient
  • Créez-vous un compte sur Patreon pour débloquer cet abonnement et ses avantages
  • Vous recevrez ensuite un mail de confirmation pour votre inscription
  • Maintenant, vous pouvez avoir accès à toutes nos publications sur la plateforme Patreon, ainsi qu'aux articles sans publicité ! 
Rejoignez-nous sur Patreon !
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !