Alors que SpaceX se prépare à tester en vol son Starship et que la Nasa et Boeing ont fait voler avec succès le SLS, la Chine développe un lanceur super-lourd. Bien que son premier vol ne soit pas prévu avant 2030, le CZ-9 est le signe d'ambitions très élevées dans l'exploration habitée.

En février 2021, la Chine annonçait le développement du lanceurlanceur super-lourd CZ-9 (Long March 9), capable d'envoyer des humains sur la LuneLune et sur Mars. Il y a quelques jours, Gu Mingkun, responsable des lanceurs à l'Académie chinoise de technologie des véhicules de lancement, le principal fabricant de fuséesfusées du pays, a dévoilé de nouvelles informations et précise qu'il « s'agira d'un lanceur partiellement réutilisable à trois étages de 10 mètres de diamètre et haut de 110 mètres ». Une fois ce lanceur en service, sa capacité de transport sera plus de cinq fois supérieure à celle de Long March 5, la fusée actuellement la plus puissante de Chine. Son premier vol est prévu dès 2030.

Voir aussi

L'ambitieux programme spatial chinois en 2023

Côté performance, Gu Mingkun a confirmé que le CZ-9 sera capable d'envoyer quelque 50 tonnes de charge utile pour des missions lunaires telles que la constructionconstruction d'un avant-poste habitable ou l'infrastructure nécessaire à l'exploitation minière. Sans surprise, ce lanceur sera utilisé pour envoyer des hommes sur Mars au cours de la décennie 2030, avec une capacité d'emport de plus de 40 tonnes. Dans ce domaine, la Chine est particulièrement ambitieuse puisse qu'elle prévoit une première mission habitée dès 2033 suivie de trois autres au rythme d'une tous les 26 mois (2035, 2037 et 2041).

Famille de lanceurs CZ-9. © CNSA
Famille de lanceurs CZ-9. © CNSA

Le lanceur de l'exploration habitée

Gu Mingkun a profité de cette sortie médiatique pour dévoiler un nouveau lanceur dérivé du CZ-9 et conçu pour les vols habitésvols habités en orbiteorbite basse et le transport de charges lourdes. Ce lanceur à deux étages serait capable d'emporter de 50 à 150 tonnes en orbite basse selon son équipement en boosters d'appoints ou pas. Ces deux lanceurs auront en commun l'étage principal qui sera réutilisable. Au total, le CZ-9 pourrait donner naissance à une famille de quatre lanceurs de très fortes capacités. Des études tendent également à penser que la Chine pourrait envisager de réaliser un lanceur à l'architecture similaire au Falcon Heavy de SpaceXSpaceX et au Delta IV HeavyDelta IV Heavy de United Launch Alliance dont l'étage principal sera constitué de trois étages principaux du CZ-9.

Avec ces deux lanceurs, la Chine conforte ses ambitions dans le domaine de l'exploration habitée, de l'orbite basse à la Lune et d'avant-postes lunairesavant-postes lunaires à Mars. Avec de nouvelles technologies à acquérir (réutilisation, matériaux composites, électroniques...), la Chine travaille à rattraper ou égaler son retard technologique sur les États-Unis, voire à dépasser certaines capacités américaines dans l'espace.


La Chine dévoile le nouveau design de sa mégafusée pour aller sur la Lune

Article de Daniel ChrétienDaniel Chrétien publié le 27/11/2022

C'était jusqu'à présent de nature spéculative, désormais c'est officiel. La Chine a opté pour un nouveau design de sa fusée lunaire Long March 9, incluant de la réutilisation. Un premier modèle a été exposé en maquette lors du grand salon de l'airair et de l'espace de Zhuhai, au sud du pays, il y a une dizaine de jours.

La fusée qui emmènera les premiers astronautes chinois sur la Lune sera donc réutilisable. Son design a été confirmé par un officiel de la CALT, China Academy of Launch vehicle Technology, à la télévision chinoise le 7 novembre.

L'ancien design correspondait à celui de la Long March 5, mais en géant. La LM-5 est la plus puissante fusée chinoise en exercice. C'est elle qui a envoyé dans l'espace la mission de récupération d'échantillons lunaires Chang'e 5Chang'e 5, la mission martiennemission martienne Tianwen-1, ou encore les modules de la nouvelle station spatiale chinoisestation spatiale chinoise. L'ancienne version comptait un corps central équipé de nouveaux moteurs, accompagné de plusieurs boosters latéraux à propulsion liquide qui étaient seulement des corps centraux de la Long March 5 ! Le nouveau design réutilisable adopté est radicalement différent.

Maquette de la Long March 9 (en gris) exposée à côté d'autres fusées de la CALT, dont la Long March 5 (à droite). © Zhuhai Airshow
Maquette de la Long March 9 (en gris) exposée à côté d'autres fusées de la CALT, dont la Long March 5 (à droite). © Zhuhai Airshow

Le design retenu est une mégafusée de trois étages, mesurant 108 mètres de haut et 10 mètres de diamètre ! Le lanceur super-lourd pèserait 4 180 tonnes et serait ainsi plus puissant que le SLS Block 1. Il pourrait emporter en charge utile :

  • 150 tonnes pour l'orbite basse ;
  • 50 tonnes pour l'orbite de transfert vers la Lune ;
  • 35 tonnes pour l'orbite de transfert vers Mars.
Maquette de la LM-9. © Zhuhai Airshow
Maquette de la LM-9. © Zhuhai Airshow

La maquette exposée à Zhuhai suggère que seul le premier étage serait réutilisable, à la différence du Starship de SpaceX. On le voit équipé de grid fins, des grilles de guidage aérodynamique indispensables pour contrôler la rentrée atmosphérique.

Fiche technique de la Long March 9. © CALT
Fiche technique de la Long March 9. © CALT

La faible expérience chinoise du réutilisable

Le choix peut surprendre. Pour l'instant, aucune fusée chinoise réutilisable n'a volé. Il existe une myriademyriade de projets. La CALT a déjà fait voler plusieurs fois la fusée Long March 8, version « réutilisable » de la LM-7, fusée notamment utilisée pour envoyer des cargos vers la station chinoise. Seulement, la version actuelle de la LM-8 n'est pas réutilisable et sert juste à tester l'architecture du lanceur. De plus, la Chine manque d'expérience en rentrée atmosphérique.

La Long March 9 devrait décoller en 2030, année au cours de laquelle doit avoir lieu le premier vol lunaire chinois selon un calendrier officiel, qui n'est actuellement pas mis à jour. Si les essais moteurs de la LM-9 viennent de débuter, un changement de design aussi radical entraînera forcément des retards.

Long March 9, la fusée lunaire chinoise. © YouTube