L’Homme a-t-il réellement posé le pied sur la Lune en 1969 ? Face aux « nombreuses incohérences » soulevées par certains, les preuves scientifiques peinent à convaincre. © Project Apollo Archive, Flickr, Domaine public

Sciences

L’Homme a bien posé le pied sur la Lune : la preuve !

Question/RéponseClassé sous :lune , homme sur la Lune , premier pas de l'homme sur la Lune

« Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité. » Il est exactement 2 heures 56 minutes et 20 secondes UTC, ce lundi 21 juillet 1969, lorsque Neil Armstrong pose pour la toute première fois un pied humain sur la Lune. Onze autres hommes lui ont rapidement succédé. Et puis plus rien. De quoi semer le doute. Les Américains ont-ils bien posé des hommes sur la Lune ?

Le 21 juillet 1969, l'astronaute américain Neil Armstrong est le premier Homme à poser le pied sur la Lune. Quelques années plus tard seulement, alors que le programme Apollo prend fin, apparaissent les premières théories dites du « moon hoax », comprenez « canular lunaire ». Et si tout cela n'était que poudre aux yeux ? Et si ces missions d'exploration de la Lune n'étaient qu'une fiction créée de toute pièce par les États-Unis pour marquer leur suprématie face à l'Union soviétique ? Ils sont nombreux à y croire, aujourd'hui. Près de 20 % des Américains, paraît-il. Et pas loin de 16 % des Français ! D'autant qu'internet donne à ces thèses conspirationnistes une belle visibilité.

La vraie histoire commence au milieu des années 1970, avec l'ouvrage de Bill Kaysing intitulé « Nous ne sommes jamais allés sur la Lune : l'escroquerie à trente milliards de dollars ». Il met en avant ce qu'il qualifie de « nombreuses incohérences » qui apparaîtraient sur les images de la Nasa.

Des incohérences devenues célèbres comme l'absence d'étoiles dans le ciel ou ce drapeau américain qui semble flotter dans le vent. Des incohérences qui mènent à la conclusion que les alunissages des missions Apollo ont en réalité été filmés dans une base militaire reconvertie en studio de cinéma. Peut-être par Stanley Kubrick à qui l'on doit les effets spéciaux de « 2001 : l'Odysée de l'espace » ?

En 2001, un documentaire suivi par 15 millions d’Américains sur Fox TV posait très sérieusement la question : avons-nous marché sur la Lune ? Reprenant les arguments conspirationnistes de Bill Kaysing, il a convaincu bon nombre de téléspectateurs que… non ! © Project Apollo Archive, Flickr, Domaine public

Preuves scientifiques contre arguments conspirationnistes

Mais dès que l'on pose sur ces « incohérences », un véritable regard scientifique, force est de constater que les arguments des conspirationnistes ne tiennent pas longtemps la route.

Comment un drapeau peut-il flotter sur la Lune alors que notre satellite artificiel est dépourvu d'atmosphère ? Il ne le peut pas !

  • Et le drapeau planté dans le sol lunaire en juillet 1969, en réalité, ne flotte pas. Il a simplement été spécialement conçu par la Nasa -- consciente du fait qu'il serait impossible à ses astronautes de faire flotter le drapeau américain sur la Lune -- avec des renforts pour lui permettre de tenir droit. Mais les astronautes ne sont pas parvenus à le déployer comme prévu avec pour résultat de donner finalement l'illusion d'un drapeau battant au vent. Et voilà l'argument numéro 1 de la théorie du moon hoax qui tombe à l'eau.

Mais il en reste bien d'autres, affirment les conspirationnistes. Pourquoi ne peut-on pas voir d'étoiles dans le ciel sur les images véhiculées par la Nasa ?

  • Parce qu'Apollo 11 a atterri en courant de matinée lunaire : le Soleil brillait fort et son éclat masquait forcément celui beaucoup plus faible des étoiles.

Concernant de nouveau le fameux drapeau, certains alertent sur le fait que, sur une photo, l'ombre qu'il projette au sol tombe du mauvais côté.

  • Or les autres photos de la série révèlent que ce que ceux-ci désignent comme l'ombre du drapeau n'est en réalité que l'ombre du collecteur de vent solaire situé en dehors du champ de la photo incriminée. Quant à d'autres ombres orientées de manière un peu surprenante, la Nasa les explique très tranquillement par le paysage accidenté.
Pas d’étoile non plus dans le fond des photos prises par Elon Musk de sa Tesla envoyée dans l’espace. © SpaceX

Pourquoi, en alunissant, le module lunaire n'a-t-il pas formé un cratère à la surface de la Lune alors même que les astronautes ont bien laissé des traces de pas sur la Lune ?

  • La Nasa explique, d'une part, que le réacteur du module n'était pas assez puissant pour brûler un sol particulièrement dur et, d'autre part que la couche de poussière manquait de profondeur à l'endroit de l'alunissage. Toutefois, l'opération a soulevé de la poussière. Suffisamment pour que les astronautes qui ont marché dessus y laissent des empreintes, à la faveur justement d'une absence de vent et malgré la faible gravité lunaire.

Des empreintes qui ne correspondent pas au-dessous du pied du costume spatial, ironisent les complotistes, jamais à court d'arguments.

  • Évidemment, répondent les astronautes, car ceux-ci portaient, lors des sorties lunaires, des surchaussures aux semelles rainurées.

Mais, comment un module peut-il décoller sans qu'apparaissent quelques flammes à sa base ?

  • Tout simplement parce que celui d'Apollo 11 utilisait un fuel à base d'hydrazine et de peroxyde d'azote dont la combustion provoque des flammes... invisibles.

Alors, comment les astronautes ont-ils pu survivre aux radiations ?

Finalement, si tout cela était aussi simple, pourquoi toutes les missions Apollo ont-elles été menées sous la présidence de Richard Nixon, un président déjà impliqué dans l'affaire du Watergate notamment ? Pourquoi ne pas être retourné sur la Lune depuis ?

  • Tout simplement parce qu'après avoir devancé les Russes, les Américains n'ont plus souhaité injecter dans l'exploration lunaire le budget nécessaire à la poursuite de missions humaines. Jusqu'à l'élection récente de Donald Trump.
En 2002, la théorie du canular lunaire fait l’objet d’un nouveau documentaire, « Opération Lune » diffusé sur Arte, cette fois. Un faux documentaire, en réalité. Qui montre qu’il ne faut pas croire tout ce que l'on nous raconte, que l’on peut faire mentir les témoins, truquer les archives, détourner n’importe quel sujet par un faux sous-titrage ou un faux doublage. Objectif : montrer qu’il est aisé pour quelques conspirationnistes de manipuler les faits par les images. © Project Apollo Archive, Flickr, Domaine public

Les roches lunaires comme preuve ultime

Pour achever de convaincre, la Nasa a pour coutume d'avancer les échantillons de sol lunaire : 382 kilogrammes de cailloux ramenés par ses astronautes du programme Apollo. Ils ont été analysés par des scientifiques du monde entier. Et ces roches sont uniques, caractéristiques d'une planète « sans » atmosphère. Elles sont en effet criblées de minuscules cratères dus à des impacts de météorites.

Finalement, même les responsables de l'Union soviétique n'ont jamais soulevé de doute quant à l'authenticité de l'exploit réalisé par la Nasa. Les scientifiques soviétiques ont eux-mêmes suivi les missions Apollo dans leurs orbites lunaires. Ils ont même capté les transmissions des astronautes venant de la Lune. Et ce n'est qu'en 2015, touchés par un scandale de corruption pour l'attribution de la dernière Coupe du monde de football, que les Russes ont souhaité, non pas remettre en cause l'événement du 21 juillet 1969, mais enquêter pour comprendre ce qu'étaient devenus certains documents -- parmi lesquels l'originale de la vidéo de l'alunissage d'Apollo 11 -- et échantillons.

Mais, comme le pensait le journaliste et écrivain, François de Closets, « toute théorie du complot perdure en dépit des preuves concrètes qui sont apportées. Contre la volonté de croire, il n'y a pas grand-chose qui soit efficace ». Ainsi les images rapportées par de récentes missions -- comme celles prises par la sonde LRO -- et montrant notamment des traces de pas laissées par les hommes qui ont marché sur la Lune n'ont-elles fait que réactiver les théories les plus folles. Et il ne fait pas de doute que même un retour d'astronautes de la Nasa sur notre mystérieux satellite naturel ne convaincrait pas plus.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

La Lune comme vous ne l'avez jamais vue !  Découvrez la Lune en 4K à travers les yeux de la sonde LRO. Cette dernière, qui vient de fêter ses 10 ans, nous livre des images très détaillées de plusieurs régions de notre satellite. Ici, le cratère Tycho et les pentes de sa montagne centrale surmontée d’un rocher solitaire ; là, le vaste réseau de cratères au pôle sud, à l’intérieur du plus ancien bassin d’impact de la Lune. Un régal pour les yeux. Une balade à savourer en plein écran.