La Chine accusée par la Nasa de vouloir « prendre le contrôle » de la Lune !

Classé sous :exploration spatiale , lune , agence spatiale chinoise
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'atterrissage de Chang'e 5 sur la Lune  L'Agence spatiale chinoise nous invite à revivre l'atterrissage de Chang'e 5 sur face visible de la Lune du 1er décembre 2020. L'atterrisseur s'est posé dans l'océan des Tempêtes pour une mission express de prélèvements d'échantillons. C'est la première fois depuis plus de 40 ans que des roches lunaires seront rapportées sur Terre. 

La rumeur court depuis quelques jours et la publication d'une interview de Bill Nelson, administrateur de la Nasa, dans un journal allemand à la réputation un peu sulfureuse. La Chine voudrait « prendre le contrôle » de la Lune dans le cadre d'un programme militaire. Le pays n'aurait, dans cette optique, pas hésité à voler des idées et des technologies à d'autres.

Une déclaration que l'on doit, probablement, à l'accélération du rythme du programme spatial chinois au cours de cette dernière décennie. Un programme qui met l'accent sur la Lune. Après un premier atterrissage sans équipage en 2013, la Chine avait été la première à poser un rover sur la face cachée de la Lune. Et elle espère envoyer des astronautes sur notre satellite naturel avant la fin de la décennie. Tout cela semble inquiéter les responsables de la Nasa.

Mais ce lundi, le ministère des affaires étrangères chinois a clairement répondu à Bill Nelson. « Ce n'est pas la première fois qu'un chef de la Nasa tient des propos irresponsables à l'encontre de la Chine. Lorsqu'il est question de notre programme spatial, qui est tout à fait normal et raisonnable, notre pays est constamment victime de campagnes de diffamation. Alors même que nous avons toujours appelé à la construction d'une communauté des nations dans l'espace et que nous nous sommes toujours fermement opposés à sa militarisation. »

La Chine se défend des accusations de Bill Nelson, administrateur de la Nasa. Il n’est absolument pas dans ses plans de « prendre le contrôle » de la Lune. © r-tee, Adobe Stock