Le télescope Hubble est encore bien vivant, même si plus aucune navette spatiale ne peut aller le réparer. Chaque année, on fête sa mise en orbite et pour ses 31 ans, Hubble a tiré le portrait d'une des étoiles les plus rares et les plus brillantes du Groupe local de galaxies.

C'est de tradition depuis quelque temps déjà, la NasaNasa et l'ESA fêtent chaque année l’anniversaire de l’arrivée dans l’espace du télescope spatial Hubble, le 24 avril 1990. La mise en orbiteorbite de cet œilœil de la noosphère avait été effectuée à l'époque par la navette spatiale américainenavette spatiale américaine Discovery. Comme d'habitude, ce sont des images prises avec Hubble qui sont mises à l'honneur et elles concernent l'un des 48.000 objets célestes, environ, ayant fait l'objet de quelques-unes des plus de 1,5 million d'observations au cours de plus de 181.000 révolutions de Hubble autour de notre Planète bleue.

Cette année, c'est un des monstres du bestiaire cosmique qui est présenté : AGAG Carinae. Dans la Voie lactée à environ 20.000 années-lumièreannées-lumière de la Terre, c'est une étoile plus d'un million de fois plus lumineuse que le SoleilSoleil et contenant au moins 70 massesmasses solaires. Elle est située dans la constellationconstellation de la Carène. Mais malgré sa forte brillance, on ne peut généralement pas la voir à l'œil nu car sa grande distance signifie que bien des nuages interstellairesnuages interstellaires s'interposent entre nous et elle. Or c'est une étoile variableétoile variable, ce qui au final fait que sa magnitude apparentemagnitude apparente varie de façon erratique entre les magnitudes 5,7 et 9,0.


La durée de vie prévue de l'étoile AG Carinae est comprise entre 5 millions et 6 millions d'années. Elle est dans un équilibre instable depuis des milliers d'années et en constant combat entre la pression de sa gravité, qui tend à la comprimer, et le flux de rayonnement produit dans son cœur par les réactions thermonucléaires qui tend à la souffler. Parfois, le flux gagne et il se crée une éruption de matière générant une nébuleuse autour de l'étoile. Elle est à l'honneur dans cette vidéo pour les 31 ans de Hubble en orbite terrestre. Les images ont été prises en lumière visible et ultraviolette. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l'écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». © Nasa, ESA Hubble Space Telescope

AG Carinae, une très rare variable lumineuse bleue

Une de ses particularités, qui justifie sa présentation pour les 31 ans de Hubble, est qu'elle est entourée d'une nébuleuse de quelques années-lumière de rayon et dont on estime qu'elle contient environ 10 à 15 masses solaires. Cette nébuleuse est clairement le produit d'une forte instabilité ayant conduit à l'éjection massive et rapide des couches supérieures de AG Carinae. Un modèle simple de cette éjection et la mesure des vitessesvitesses de la matièrematière dans la nébuleuse conduisent à penser que l'éruption colossale à son origine s'est produite il y a environ 10.000 ans.

Ce comportement n'est pas surprenant car on sait que AG Carinae est une variable lumineuse bleue (en anglais, Luminous blue variable ou LBV), une représentante des étoilesétoiles variables de type S Doradus ou variables de Hubble-Sandage. S Doradus est située dans la galaxie nainegalaxie naine de Kinman, à environ 75 millions d'années-lumière dans la constellation du Verseau. Elle a servi à définir la classe de ces étoiles variables hypergéantes bleues et très lumineuses extrêmement rares, observées et cataloguées pour la première fois par Edwin Hubble et Allan Sandage en 1953, dans la galaxie d'Andromèdegalaxie d'Andromède. Et rares elles le sont vraiment car une cinquantaine tout au plus sont connues parmi les galaxiesgalaxies de notre Groupe localGroupe local de galaxies voisines (il en existe sans doute bien plus mais elles restent incontestablement très minoritaires).

Comme AG Carinae est une étoile très massive, elle brûle son carburant thermonucléaire à une vitesse folle et bien que n'étant âgée que de quelques millions d'années, elle n'en a plus pour très longtemps avant d'exploser en donnant une spectaculaire supernovasupernova. En attendant, sa nébuleuse est façonnée par les ventsvents stellaires que peut émettre AG Carinae et dont certains peuvent atteindre la vitesse du million de kilomètres par heure.