Les mégalithes de Stonehenge trônent aujourd'hui au milieu d'une plaine mais quel était le paysage parcouru par les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique, alors que ce monument n'existait pas encore ? © Athip, Adobe Stock
Sciences

À quoi ressemblait Stonehenge avant sa fondation ?

ActualitéClassé sous :homme préhistorique , Ancêtres de l'humain , anthropologie

Qui façonna le paysage connu pour abriter l'impressionnant monument de Stonehenge ? Une équipe de recherche a analysé l'environnement que parcouraient les derniers nomades du sud de l'Angleterre au Mésolithique et a découvert que ces derniers y chassaient de grands herbivores.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Rares gravures de cerfs préhistoriques découvertes en Écosse  Une série de cerfs creusés dans la roche datant de l'Âge du Bronze Ancien ou du Néolithique a été trouvée par hasard sur le site de Kilmartin Glen. 

Stonehenge est un nom bien connu des passionnés de l'évolution humaine. Ce monument mégalithique est situé dans le sud de l'Angleterre et fut érigé à l'Âge du bronze, entre 3.700 ans et 1.600 ans avant J.-C. Le rayonnement international de ce monument provient du fait qu'il est particulièrement visible au milieu d'une plaine et qu'il est à ce jour le cercle de pierre monumental préhistorique le plus sophistiqué au monde, d'un point de vue architectural. Son diamètre total est d'environ 300 mètres mais ce sont les éléments centraux qui constituent sans doute la partie la plus impressionnante pour le public.

Des ossements humains carbonisés y ont été retrouvés dans sa zone la plus externe

Des mégalithes y sont en effet érigés et la pose précise en linteau de certains d'entre eux pesant plusieurs dizaines de tonnes constitue une prouesse architecturale. Ce site a vraisemblablement subi une complexification au cours des deux millénaires pendant lesquels il a été utilisé. Il constituait sans doute un site de cérémonies préhistoriques ainsi qu'un site mortuaire car des ossements humains carbonisés y ont été retrouvés dans sa zone la plus externe.

Une clairière et un lieu d'embuscade

L'histoire du paysage autour de Stonehenge est donc largement occultée par la période qui a suivi la construction de ce monument. Des chercheurs se sont pourtant demandé quelles étaient les activités des Hommes préhistoriques au cours du pré-Néolithique, lorsqu'aucun mégalithe n'avait encore été érigé par les populations d'agriculteurs. Dans une étude publiée dans le journal PLoS One, des chercheurs rappellent qu'un long débat fait rage quant à la nature du paysage qui a précédé l'avènement de Stonehenge.

Ce paysage était-il caractérisé par des forêts inhabitées ou au contraire était-il déjà partiellement ouvert et parcouru par les chasseurs-cueilleurs du Néolithique ? Afin de répondre à cette question, les auteurs ont analysé les données ADN de plantes, les pollens, ainsi que la géologie et la géochimie du complexe de Blick Mead proche de l'actuel Stonehenge et qui était un site occupé par l'un des derniers groupes de chasseurs-cueilleurs de cette zone.

L'environnement de Blick Mead a progressivement été transformé d'un environnement plutôt fermé comportant des conifères à un environnement semi-ouvert composé de clairières et de feuillus, entre 6.000 ans et 4.000 ans avant J.-C. © Hudson et al., 2022

Les auteurs expliquent que le site de Blick Mead se trouvait, à la fin de Mésolithique, dans une clairière entourée de feuillus tels que des pommiers, des tilleuls, des ormes, des cornouillers et des peupliers. Celle-ci était parcourue par des cerfs, des aurochs et des chasseurs-cueilleurs qui l'ont exploitée durant près de 4.000 ans. Il apparaît également que cet environnement semi-ouvert a été important pour la survie des nomades mais également pour celle des premiers bâtisseurs de Stonehenge au Néolithique et qu'une continuité a existé entre les activités de ces deux types d'occupants.

L'ouverture du milieu à Blick Mead a été en partie due à l'activité de broutage de grands herbivores tels que les aurochs. © Wildpix imagery, Adobe Stock

Les auteurs indiquent que l'activité de broutage des grands ongulés a dû entretenir ce milieu semi-ouvert, particulièrement aux abords des cours d'eau. Par ailleurs, des restes d'os d'aurochs coupés attestent de la présence de chasseurs à Blick Mead. Ce site était a en effet été un lieu stratégique pour tendre des embuscades aux aurochs venus se désaltérer durant tout le Mésolithique.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !