Des chercheurs pensent avoir enfin compris comment fonctionnait le calendrier de Stonehenge. © Terry, Adobe Stock
Sciences

Stonehenge aurait été un calendrier solaire inspiré de celui des Égyptiens

ActualitéClassé sous :histoire , Calendrier , Stonehenge

[EN VIDÉO] L’énigme des solstices de Stonehenge  Traditionnellement, ils sont des milliers à se réunir sur le site de Stonehenge (Grande-Bretagne) pour célébrer le début de l’été. Mais le solstice d’été 2020 ne sera pas tout à faire comme les autres. Si la Terre ne s’est pas arrêtée de tourner, la crise du coronavirus est tout de même passée par là. Cette année, pour des raisons sanitaires, le site restera fermé au public. 

Les scientifiques voient depuis longtemps dans les pierres de Stonehenge, une sorte de calendrier néolithique. Sans pour autant avoir réussi à en comprendre réellement le fonctionnement. Aujourd'hui, des chercheurs pensent avoir enfin compris comment les plus imposantes de ces pierres ont pu marquer les années de manière incroyablement précise.

Les pierres de sarsen. Ce sont des blocs de grès comme on en trouve beaucoup au Royaume-Uni. Sur le site de Stonehenge, notamment. On les trouve dans les mégalithes du cercle dit, justement, « de sarsen ». Et selon des chercheurs de l’université de Bournemouth (Royaume-Uni), ces pierres sont au cœur du mystère de Stonehenge.

Rappelons que c'est d'abord l'alignement du site avec les solstices qui avait mis la puce à l'oreille des scientifiques. Depuis le XVIIIe siècle, ils envisagent ainsi Stonehenge comme une sorte de calendrier. Mais sans jamais vraiment avoir réussi à en percer le secret. Pourtant aujourd'hui, à la lumière de nouvelles données concernant les pierres de sarsen et d'analyses d'autres calendriers anciens, les chercheurs affirment que le site a bien été conçu comme un calendrier basé sur une année solaire de... 365,25 jours !

De récents travaux avaient en effet montré que les pierres qui constituent le cercle de sarsen viennent toutes de la même région. Elles ont été posées sur le site de Stonehenge au cours d'une phase unique de construction située vers 2.500 ans avant notre ère. Et elles n'ont plus jamais été déplacées. De quoi suggérer que la disposition de ces pierres permettait aux habitants de la région de suivre les jours, les semaines et les mois de l'année. « Trouver un calendrier solaire représenté dans l'architecture de Stonehenge ouvre une toute nouvelle façon de voir le monument comme un lieu de vie », souligne Timothy Darvill, professeur à l'université de Bournemouth, dans un communiqué« Un lieu où le calendrier des cérémonies et des festivals était lié au tissu même de l'univers aux mouvements célestes dans les cieux. »

Un calendrier peut-être hérité d’une autre culture

Et finalement, ce calendrier fonctionnait de manière très simple - un peu trop simple pour certains chercheurs qui remettent le raisonnement en doute. « Chacune des trente pierres du cercle de sarsen représente un jour dans un mois, lui-même divisé en trois semaines de dix jours chacune, a déclaré Timothy Darvill, avec des pierres distinctives dans le cercle marquant le début de chaque semaine ».

Pour coller à notre calendrier, un mois intercalaire de cinq jours était nécessaire. Et un jour supplémentaire tous les quatre ans -- comme dans nos années bissextiles« Ce mois intercalaire, probablement dédié aux divinités du site, est représenté par les cinq trilithes -- composés de deux pierres verticales avec une troisième posée dessus horizontalement -- au centre du site, précise le professeur Darvill, les quatre Station Stones à l'extérieur du cercle de Sarsen fournissent des marqueurs à encocher jusqu'au jour supplémentaire ».

L’un des trilithes de Stonehenge encadre le solstice d’hiver, indiquant que c’était peut-être là, le début d’une nouvelle année. © Timothy Darvill, Université de Bournemouth, Antiquity

C'est grâce à ce montage, étonnamment précis pour l'époque, que les solstices -- d'hiver comme d'été -- sont encadrés, chaque année, par les mêmes pierres. Une façon, peut-être aussi, pour les anciens, de s'assurer de ne pas faire d'erreur de comptage dans les jours. Car le soleil se serait alors trouvé au mauvais endroit au moment du solstice.

L'utilisation à Stonehenge d'un calendrier comportant des semaines de dix jours et un mois supplémentaire pourrait marquer -- comme le suggérait peut-être déjà la découverte de l'origine alpine de l'archer d'Amesbury -- l'influence d'une culture étrangère. Car ce type de calendrier était par exemple utilisé en Méditerranée orientale dès 3.000 avant J.-C., en Égypte vers 2.700 et dans l'Ancien Empire vers 2.600 avant J.-C. Mais seuls d'autres artefacts archéologiques ou de l'ADN ancien pourraient le confirmer.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !