À 600 années-lumière de la Terre, cette étoile n'a que la taille de Saturne. C’est la plus petite connue et, pensent ses découvreurs, ils ne pourraient pas en trouver de plus petites. L’astre fait partie d’un système binaire à éclipses.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Exoplanètes : découvrez la vue depuis la planète Trappist-1 h Nous voici près de Trappist-1 h, la plus éloignée des sept planètes de tailles terrestres qui null

Une équipe d'astronomesastronomes de l'université de Cambridge a débusqué la plus petite étoileétoile connue de la Voie lactéeVoie lactée. D'après leurs mesures, EBLM J0555-57Ab (son nom fait référence au Project EBLM qui a permis sa découverte) est aussi grande que SaturneSaturne.

Est-ce vraiment une étoile ? ou est-ce une planète ? La réponse se trouve dans sa massemasse. En effet, celle-ci est encore suffisante pour que la pressionpression dans son cœur entraîne la fusionfusion de l'hydrogènehydrogène en héliumhélium. Avec un tout petit peu moins de matièrematière, cela n'aurait pas fonctionné et elle serait alors considérée comme une naine brune, un astreastre encore plus sombre. Pour les chercheurs, c'est probablement la plus petite taille pour une étoile. « Notre découverte révèle comment les petites étoiles peuvent être » indique Alexander Boetticher, le principal auteur de ces recherches à paraître dans Astronomy & Astrophysics (disponible sur arXiv).

Comparaison de EBLM J0555-57Ab avec Saturne. De part et d’autre, grisées, les tailles relatives de Jupiter (à gauche) et Trappist-1 (à droite). © Université de Cambridge

Comparaison de EBLM J0555-57Ab avec Saturne. De part et d’autre, grisées, les tailles relatives de Jupiter (à gauche) et Trappist-1 (à droite). © Université de Cambridge

La petite étoile se cache dans un système binaire à éclipses

Détecter une étoile aussi petite et pâle n'est pas une tâche très aisée, assurent les chercheurs, « [cela] peut parfois être plus difficile que de trouver une planète ». C'est d'ailleurs grâce au programme de recherche d'exoplanètesexoplanètes par transittransit Wasp (Wide Angle Search for Planets) que EBLM J0555-57Ab a été remarquée. En effet, elle se cache autour d'une étoile (comparable au SoleilSoleil), située à 600 années-lumièreannées-lumière de la TerreTerre, qui est plus massive et lumineuse. Voir cet astre entre 2 et 3.000 fois moins brillante, « c'était comme d'essayer de trouver une bougie cachée derrière un phare », déclare Amaury Triaud, coauteur de l'étude.

Toutes les deux forment un couple dont la configuration est appelée binaire à éclipseséclipses. Quand la plus petite passe devant la plus grande, les observateurs terrestres repèrent une diminution sensible de la luminositéluminosité. Un transit donc, une méthode devenue célèbre pour avoir permis d'identifier de nombreux nouveaux mondes autour d'autres étoiles (voir notamment les découvertes de Kepler). Enfin, grâce au spectroscopespectroscope Coralie, l'équipe a pu inférer avec précision la masse et la taille de ce petit compagnon.

Bien que 30 % plus petite que Trappist-1, cette étoile affiche une masse comparable à celle de cette fameuse naine rouge ultrafroide autour de laquelle ont été découvertes récemment pas moins de sept planètes rocheusesplanètes rocheuses. Pour les chercheurs, cette famille d'étoile qui compte d'innombrables membres dans toute la GalaxieGalaxie (elles seraient au moins 200 milliards !) est très prometteuse pour la recherche de planètes habitables. Néanmoins, souligne Amaury Triaud, même si « elles fournissent des conditions optimales pour la découverte de planètes terrestres et pour l'exploration à distance de leurs atmosphèresatmosphères, avant d'étudier les planètes, nous devons absolument comprendre leur étoile. C'est fondamental ».

Voir aussi

Des dizaines de milliards d'exoterres dans la Voie lactée ?