A l’heure où les astronomes commencent à imager directement les exoplanètes, la surface et l’environnement proche des étoiles deviennent de plus en plus accessibles aux techniques d’optique adaptative et d’interférométrie. Bételgeuse en est un exemple parmi d’autres.
Cela vous intéressera aussi

Nous sommes probablement en train de vivre un nouvel âge d'or de l'astronomie et de l'astrophysiqueastrophysique et pas seulement parce que des télescopestélescopes en orbiteorbite comme Planck et Herschel entament leur mission et que Kepler se prépare à nous livrer une liste d'exoterresexoterres dans notre banlieue proche.

Les télescopes au sol, comme ceux du Very Large Telescope (VLTVLT) de l'ESOESO, au Chili, lorsqu'ils sont équipés d'une optique adaptative et de dispositifs d'interférométrieinterférométrie, comme Amber, fournissent sur les objets astrophysiques des détails spectaculaires, qui auraient semblé sortir d'un ouvrage de science-fiction il y a seulement une génération.

Prenons par exemple le cas de l'étoile Bételgeuse. Cette supergéante rougesupergéante rouge est mille fois plus grosse que le SoleilSoleil et elle est aussi cent mille fois plus lumineuse, ce qui fait d'elle tout à la fois l'une des étoilesétoiles les plus grandes connues et la deuxième la plus brillante de la constellation d'Orionconstellation d'Orion. Elle intéresse beaucoup les astrophysiciensastrophysiciens car elle est susceptible de nous donner des clés pour comprendre plus précisément comment de telles étoiles très massives terminent leur vie, au bout de seulement quelques millions d'années.

En effet, on sait depuis des dizaines d'années qu'il existe une relation entre la massemasse d'une étoile, sa luminositéluminosité et son temps de vie. Plus une étoile est massive plus la température en son centre est élevée. Il en résulte que certaines réactions de fusionfusion thermonucléaire sont possibles, qui dégagent les énormes quantités d'énergieénergie nécessaires pour produire une pressionpression capable de s'opposer à celle résultant de la propre gravitégravité de l'étoile.

Ce faisant, elle consomme son carburant thermonucléaire à un rythme si rapide que son temps de vie se compte en quelques millions d'années plutôt qu'en milliards d'années, comme c'est le cas pour le Soleil (pour lequel on en espère même une dizaine).


Cliquer pour agrandir. Trois images montrant l'étoile Bételgeuse de plus en près en partant de sa position dans la constellation d'Orion. Un montage vidéo a même été réalisé. Crédit : ESO, P. Kervella, Digitized Sky Survey 2, A. Fujii

Un panache de gaz de la taille de notre système solaire

Dans quelques milliers d'années, Bételgeuse explosera en supernovasupernova et comme elle n'est située qu'à 640 années-lumièreannées-lumière environ, l'explosion produira sur TerreTerre un spectacle impressionnant, visible en plein jour.

Or, avant d'exploser, de telles étoiles géantesétoiles géantes perdent une grande quantité de masse en un temps très court, c'est-à-dire à un rythme d'environ la masse du Soleil en seulement 10.000 ans. Les astrophysiciens ne comprennent pas encore très bien comment et des informations supplémentaires issues de l'observation sont nécessaires.

Justement, un groupe international d'astronomesastronomes mené par Pierre Kervella, du Laboratoire d'Etudes Spatiales et d'Instrumentation en Astrophysique (Lesia), à l'Observatoire de Paris, vient de réaliser une série d'observations à l'aide de l'instrument d'optique adaptative Naco équipant le VLT. Ce sont à ce jour les images les plus détaillées jamais réalisées de Bételgeuse. Elles montrent clairement un panache de gazgaz de la taille du système solairesystème solaire qui s'échappe de la surface de l'étoile.

Cliquer pour agrandir. Sur cette image d'artiste, Bételgeuse présente un vaste panache de gaz, dont la taille est quasiment égale à celle de notre Système solaire, ainsi qu’une gigantesque bulle bouillonnante à sa surface. Crédit : ESO / L. Calçada-Observatoire de Paris

Cliquer pour agrandir. Sur cette image d'artiste, Bételgeuse présente un vaste panache de gaz, dont la taille est quasiment égale à celle de notre Système solaire, ainsi qu’une gigantesque bulle bouillonnante à sa surface. Crédit : ESO / L. Calçada-Observatoire de Paris

Pour obtenir ce résultat, les chercheurs ont employé une nouvelle technique dite d'imagerie sélective. Dans la technique d’optique adaptative, le miroirmiroir principal du télescope est formé d'une multitude de petits miroirs mobiles montés sur vérins, pilotés en permanence par un ordinateurordinateur. Cette déformation continue de la surface globale permet de corriger les effets de la turbulenceturbulence atmosphérique.

De plus, dans le cas présent, au lieu d'une pose longue, les astronomes sélectionnent une série d'images obtenues lors de pauses courtes et les combinent ensuite. Il devient alors possible de réduire encore plus les effets de la turbulence et l'on atteint presque la limite théorique de résolutionrésolution d'un télescope de 8 mètres. En l'occurrence, elle correspond à la performance qui consisterait à observer depuis le sol des détails de la taille d'une balle de tennis sur la Station Spatiale InternationaleStation Spatiale Internationale (ISS).

En joignant leurs observations avec celles d'un autre groupe de chercheurs utilisant le dispositif Amber et menées par Keiichi Ohnaka, de l'Institut Max PlanckPlanck pour la Radioastronomie-MPIfR (Bonn), les astronomes ont pu réaliser cette superbe image de Bételgeuse. Ce double travail fait l'objet de deux publications sur Arxive.

Il y a d'abord, on l'a dit, l'éjection asymétriqueasymétrique par l'étoile d'un panache de gaz et de plasmaplasma sur une distance égale à celle qui sépare le Soleil de NeptuneNeptune. La seconde équipe a montré que d'impressionnants mouvementsmouvements de convectionconvection, similaires à ceux que l'on peut observer dans une casserole d'eau chauffée, agite la surface de Bételgeuse. En particulier les astronomes ont détecté à sa surface une énorme bulle de gaz et c'est d'elle que semble émaner le panache.