On n'avait jamais vu d'aussi loin des molécules organiques ! Celles qui viennent d'être détectées dans une galaxie lointaine, de la méthanimine et du cyanure d'hydrogène, sont des précurseurs des acides aminés. Les conditions pour l'apparition de la vie sont donc bien présentes dans des galaxies lointaines et les quantités détectées sont surprenantes...
Cela vous intéressera aussi

Le radiotélescoperadiotélescope d'Arecibo est célèbre pour son rôle dans la découverte d'un pulsar binairebinaire par Hulse et Taylor et surtout pour le programme Seti. Bien qu'en service depuis plus de 40 ans, il continue d'être à la source de découvertes, comme celle, toute récente, de la présence à 250 millions d'années-lumièreannées-lumière de deux moléculesmolécules permettant la synthèse d'une acide aminé.

Le cyanure d'hydrogènehydrogène est  un liquideliquide ou un gazgaz incolore à des températures normales sur  TerreTerre, et qui a probablement joué un rôle central dans la synthèse prébiotiqueprébiotique des acides aminésacides aminés et des purinespurines. Le fait qu'on le trouve en abondance dans les comètescomètes a nourri les spéculations sur l'importance des collisions cométaires dans l'apparition de la vie sur Terre. C'est une molécule simple, de formule HCN, mais en présence d'eau, elle conduit facilement à la synthèse de la glycineglycine, l'un des acides aminés essentielsacides aminés essentiels des organismes vivants.

L'acide aminé le plus simple : la glycine : Crédit : <em>Open University</em>

L'acide aminé le plus simple : la glycine : Crédit : Open University

Composés organiques et formation d'étoiles au même endroit

La méthanimine est aussi une molécule organique qui conduit à la glycine en solution dans de l'eau. Sa formule est H2CNH.

Or, un groupe d'astronomesastronomes, mené par Christopher Salter et utilisant le radiotélescope d'Arecibo à Porto Rico, a découvert la présence de ces deux molécules importantes pour l'apparition de la vie dans la galaxie Arp 220, à 250 millions d'années-lumière. Cette galaxiegalaxie est connue pour être le lieu d'une formation stellaire considérable et le fait que ces molécules soient détectables à une telle distance indique qu'elles doivent y être présentes en quantités énormes.

Comme l'explique l'un des radioastronomes de l'équipe, Emmanuel Momjian : « Il est intrigant de constater que ces molécules centrales pour l'apparition de la vie sont fabriquées en de telles quantités précisément en relation avec la formation d'étoilesétoiles et probablement aussi de planètes ».