Le Grand Télescope des Canaries, ou Great Canary Telescope (GTC) se prépare à tourner son immense objectif vers le ciel pour la première fois, et on imagine sans peine l'impatience des astronomes qui imaginent déjà les découvertes fabuleuses qu'il permettra vraisemblablement d'obtenir.
Cela vous intéressera aussi

Vendredi prochain, lorsque ses capteurscapteurs et ses moteurs de poursuite seront activés et que pour la première fois le ciel apparaîtra sur les moniteursmoniteurs de la salle de contrôle, le record du plus grand télescope optique, actuellement détenu par les 10 mètres de diamètre de chacun des instruments jumeaux de l'ensemble KeckKeck à Mauna Kea, à Hawaii, tombera. Car le miroirmiroir du GTC mesure exactement 10,4 mètres en moyenne, mais progrès scientifiques aidant, sa constructionconstruction autorise des performances encore accrues.

Vue d'ensemble du GTC. Crédit GTC.

Vue d'ensemble du GTC. Crédit GTC.

Constitué de 36 segments hexagonaux indépendants adjacents mesurant chacun 936 mm pour 3 mm d'épaisseur, cette immense surface collectrice forme un ensemble d'optique active. Chacun des éléments repose sur trois pistons qui assurent une correction en temps réel selon six degrés de liberté de la turbulenceturbulence du ciel, mais aussi des phénomènes de dilatationdilatation ou de déformation de l'instrument lui-même. En outre, les positions relatives des segments seront mesurées en permanence à l'aide de capteurs situés dans leur épaisseur même.

Segmentation du miroir principal. Crédit GTC.

Segmentation du miroir principal. Crédit GTC.

Le miroir secondaire de ce télescope de type Ritchey-Chrétien mesure 1176 mm de diamètre, et est aussi équipé d'un dispositif d'optique active à cinq degrés de liberté. Quant au miroir tertiaire, ovale et orientable, il accuse 1062 x 1510 mm.

Installé sur une colline de l'Île de La Palma aux Canaries, l'instrument géant ouvrira son œilœil pour la première fois ce vendredi 20 juillet. Après plusieurs mois d'étalonnages et de réglages, il entrera définitivement en service en 2008.

Armature du support du miroir principal en cours d'achèvement en 2001. Crédit GTC.

Armature du support du miroir principal en cours d'achèvement en 2001. Crédit GTC.

Le coût de l'ensemble, qui s'élève à 180 millions de dollars, a été financé essentiellement par le gouvernement espagnol, avec des fonds supplémentaires fournis par le Mexique et l'université de Floride.

Mais une nouvelle génération de télescopes géants se profile à l'horizon. Le Great Magellan Telescope (GMTGMT) américano-australien sera doté d'un miroir de 21 mètres. Le Thirty Meter Telescope (TMT) construit par les Américains et les Canadiens renfermera un miroir de 30 mètres. Les Européens ne sont pas en reste, puisqu'ils ont opté pour le European Extremely Large Telescope (EELT), équipé d'un miroir de 42 mètres formé de plus de mille segments dont la construction devrait débuter en 2010.