Le télescope solaire Gregor. © University of Liverpool
Sciences

Regardez la surface de notre étoile, le Soleil, avec des détails sans précédent

ActualitéClassé sous :Astronomie , Canaries , télescope solaire

Gregor, le plus grand télescope solaire en Europe vient de capturer des images sans précédents de la surface du Soleil. Cet exploit est le résultat d'un immense travail d'un an, recoupant des disciplines tels que l'optique, l'ingénierie et l'électronique.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Survolez les fantastiques tempêtes de notre Soleil  L'activité du Soleil durant l'année 2013 racontée en images et en musique, grâce à une compilation des observations de la sonde Soho. Prises dans plusieurs longueurs d'onde (traduites par différentes couleur), ces images montrent des protubérances, des éruptions solaires et des tâches. © Nasa Goddard 

Afin de construire des infrastructures durables sur Terre et d'envoyer des Hommes et des appareils dans l'espace, il nous est crucial d'étudier le fonctionnement du Soleil et les effets que celui-ci produit sur notre planète. C'est dans ce but que les scientifiques ont travaillé d'arrache-pied durant un an sur le perfectionnement du télescope Gregor, capable de capturer la surface solaire avec une résolution de 50 kilomètres. Si l'on calcule le rapport entre cette mesure et le diamètre de 1,4 million de kilomètres de l'étoile, on obtient l'équivalent d'une résolution de 50 mètres sur Terre. « Ce serait comme parfaitement distinguer une aiguille sur un terrain de football à une distance d'un kilomètre », précise un communiqué de presse de l'Institut de physique solaire de Leibniz (KIS).

Magnifiques détails d'une tache solaire. © KIS

Un an pour tout refaire

« C'était un projet très excitant mais également rempli de défis, raconte Lucia Kleint, à la tête du projet. En seulement un an, nous avons complètement recréé l'optique, la mécanique et l'électronique pour obtenir la meilleure qualité d'image possible ». L'une des grandes étapes franchies par l'équipe a eu lieu en mars quand ses membres, confinés à l'observatoire, ont entièrement monté le laboratoire d'optique. Avec la réouverture de l'Espagne en juillet, les premières observations ont pu être menées, révélant d'incroyables résultats. 

Une tâche solaire observée par Gregor à une longueur d'onde de 430 nm. © KIS

« Le projet était assez risqué car de telles améliorations sur un télescope prennent habituellement des années, mais un super travail d'équipe et une organisation méticuleuse ont mené à cette réussite, déclare Svetlana Berdyugnia, directrice du KIS. Désormais, nous avons un puissant instrument pour résoudre les énigmes à la surface du Soleil ». Grâce aux dernières mises à jour optiques, le télescope pourra analyser les champs magnétiques, la convection, la turbulence, les éruptions solaires et les tâches solaires dans les plus menus détails.
 

Les incroyables motifs dessinés par le champ magnétique solaire sont révélés par l'optique puissante de Gregor.© KIS
Pour en savoir plus

Les Canaries accueillent le plus grand télescope solaire d'Europe

Article de Jean-Baptiste Feldmann, publié le 23 avril 2012

Gregor, le nouveau télescope allemand dédié à l'étude de notre étoile, a été inauguré le 21 mai sur le pic de Teide, le sommet de l'île de Ténérife.

  • Découvrez le Soleil en images 

Le prochain maximum d'activité solaire est sans doute l'une des raisons qui ont poussé les chercheurs de l'institut Kiepenheuer de physique solaire de Fribourg (Kis) à développer un nouveau télescope dont la tâche consistera à étudier en haute résolution la surface solaire. Depuis les années 1980 les astrophysiciens allemands possèdent une tour solaire abritant sous vide un télescope de 70 centimètres de diamètre à l'observatoire du pic de Teide. C'est à ses côtés que prend désormais place le télescope Gregor.

Avec l'île de La Palma et celle de Ténérife, l'Institut d'astrophysique des Canaries (IAC) dispose de deux sites d'altitude sous l'un des meilleurs ciels d'Europe, reconnu comme tel depuis longtemps. Au XIXe siècle déjà l'astronome écossais Charles Piazzi Smyth s'y installa pendant trois mois pour ses observations astronomiques et en 1910 le Français Jean Mascart y observa le passage de la comète de Halley. Plus de 60 institutions représentant 19 pays occupent actuellement les deux sommets avec des installations dédiées à l'étude du Soleil (comme l'observatoire solaire franco-italien Themis), du ciel nocturne (comme le télescope Isaac Newton) ou encore des rayons gamma avec le télescope Magic, sans oublier la présence du Gran Tecan, le plus grand télescope du monde à ce jour.

Le nouveau télescope Gregor prend place à côté de la tour solaire allemande au sommet du pic de Teide aux Canaries. © Kiepenheuer-Institut für Sonnenphysik (KIS)

Un télescope solaire... et nocturne

Avec son miroir de 1,5 mètre de diamètre, Gregor est désormais le premier télescope solaire d'Europe et le troisième au monde. Équipé d'une optique adaptative destinée à compenser les effets néfastes de la turbulence atmosphérique, Gregor devrait permettre à la communauté scientifique allemande, espagnole et internationale d'étudier le Soleil à haute résolution, offrant une qualité d'image que, jusqu'à présent, aucun télescope solaire terrestre n'avait obtenue, aussi bien dans le spectre visible que dans l'infrarouge. Pour Oskar von der Lühe, directeur de l'institut Kiepenheuer de physique solaire de Fribourg, « Gregor est une opportunité unique pour la recherche européenne. Cet instrument a été conçu principalement pour étudier les phénomènes physiques à la surface visible du Soleil, là où nous voyons émerger l'énergie qui provient de l'intérieur de notre étoile pour, ensuite, être lancée vers l'espace et parfois parvenir jusqu'à la Terre ». Car l'objectif des astrophysiciens est clair : mieux connaître les processus à l'origine de l'activité solaire est indispensable pour faire face aux sautes d'humeur de notre étoile.

Gregor aura aussi la faculté de permettre l'étude des étoiles de notre Voie lactée quand le soleil est couché, une façon d'optimiser cet instrument dont le financement (un peu moins de 13 millions d'euros) a été assuré pour la majeure partie par les instituts de recherche allemande.       

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !