Sciences

Astrophotographie : la galaxie Messier 82

ActualitéClassé sous :Astronomie , astrophotographie , Galaxie

La turbulente galaxie du Cigare, alias Messier 82, vient de faire l'objet d'un très beau portrait réalisé par un membre de notre forum d'astronomie.

Messier 82, la turbulente galaxie du Cigare. © B. Lesourd

Située à 12 millions d'années-lumière de nous, dans la célèbre constellation de la Grande Ourse, la galaxie du Cigare fut découverte en 1774 par l'astronome Bode et intégrée en 82e position dans le catalogue de Charles Messier. Avec une magnitude de 8,4 et une taille apparente de 9x4 minutes d'arc, elle se révèle déjà dans un petit télescope comme un fuseau allongé. L'observateur remarque tout de suite que M 82 n'est pas seule dans le champ de son instrument.

Juste à côté se trouve une autre galaxie spirale, M 81, à l'origine des tourments de la galaxie du Cigare. Il y a quelques centaines de millions d'années les deux galaxies se sont croisées et M 82 en a gardé des séquelles. Le couple galactique M 81 – M 82 avait été photographié il y a quelque temps par Maxime Simet, un astrophotographe de notre forum d'astronomie. Mais le zoom que nous propose aujourd'hui Bernard Lesourd sur la galaxie du Cigare permet de se rendre compte de la puissance des interactions gravitationnelles qui ont été en jeu par le passé entre les deux protagonistes.

M 82 est victime des perturbations provoquées par son imposante voisine M 81. © M. Simet

Une galaxie atypique

De M 82 on sait qu'elle est régulièrement secouée par des explosions de supernovae à l'origine d'un halo gazeux qui entoure la galaxie et qui a été détecté en 2006 par le télescope spatial infrarouge Spitzer. L'image ci-dessous nous montre ce gaz légèrement rougi dans sa partie la plus dense, quand il s'échappe perpendiculairement au plan de la galaxie, poussé par de violents vents stellaires. Le noyau central de M 82 est également le siège d'un étonnant phénomène. Le télescope en rayons X Chandra y a déniché trois trous noirs.

Si l'existence d'un trou noir supermassif était prévisible (on en trouve dans la plupart des galaxies), la présence de deux trous noirs intermédiaires a de quoi surprendre. Les astrophysiciens aimeraient bien comprendre comment ils se sont formés et par quels moyens ils résistent à leur très puissant voisin. L'image réalisée par Bernard Lesourd a été obtenue grâce à une caméra CCD placée derrière un télescope de 20 centimètres de diamètre en cumulant 21 poses de 5 minutes.

À propos de Bernard Lesourd

Découvrant l'astronomie sur notre forum en 2007, Bernard Lesourd s'est vite fait remarquer par ses images (à découvrir dans son album), améliorant sans cesse la qualité de ses prises de vues et des  traitements informatiques indispensables pour extraire toute l'information contenue dans ses clichés. Il nous a déjà gratifié d'une image insolite de la nébuleuse et l'avion et fait également partie du groupe d'astrophotographes à l'origine de la photographie de NGC 4565.

Si vous aussi vous souhaitez nous proposer une image astronomique destinée à illustrer cette rubrique, il vous suffit de suivre nos consignes.     

Cela vous intéressera aussi