Plus de vingt-et-un an après son lancement (c'était le 24 avril 1990), le télescope spatial américain Hubble continue de fournir aux astronomes du monde entier des observations inédites qui ont généré à ce jour dix mille publications.
Cela vous intéressera aussi

Au mois de juillet dernier, le télescope Hubbletélescope Hubble réalisait sa millionième observation. Il s'agissait de l'obtention du spectrespectre d'une exoplanète géante gazeusegéante gazeuse appelée Kepler 2b située dans la constellationconstellation du Cygne à plus de 1.000 années-lumièreannées-lumière de nous. Ce mois-ci la Nasa fête la dix millième publication scientifique produite à partir des observations réalisées par cet instrument mythique.

Si le télescope Hubble est toujours aussi demandé plus de deux décennies après sa mise en orbiteorbite, il le doit principalement aux cinq missions des navettes spatiales qui, de 1993 à 2009, ont permis la réparation de ses systèmes défaillants et le remplacement des instruments devenus obsolètes par d'autres bien plus performants. Correcteur optique, caméras, spectrographesspectrographes, gyroscopesgyroscopes, senseurssenseurs de guidage, ordinateursordinateurs, panneaux solaires... autant d'organes qui ont subi une cure de Jouvence, un privilège que n'ont pas connu les autres télescopes en orbite.

Le télescope spatial Hubble doit son exceptionnelle longévité aux cinq missions de maintenance réalisées à l'aide des navettes spatiales entre 1993 et 2009. © Nasa

Le télescope spatial Hubble doit son exceptionnelle longévité aux cinq missions de maintenance réalisées à l'aide des navettes spatiales entre 1993 et 2009. © Nasa 
Des recherches tous azimuts

Le premier papier scientifique rédigé à partir d'une observation du télescope Hubble fut présenté le 1er octobre 1990 par Tod Lauer du National Optical Astronomy Observatory (Tucson, Arizona) et concernait l'observation de l'environnement d'un trou noir dans le noyau de la galaxiegalaxie NGC 7457. Le dix millième papier est signé Zach Cano de l'Institut de recherche en astrophysiqueastrophysique de la John Moores University à Liverpool et traite de l'identification d'une supernovasupernova associée à un sursautsursaut gamma de longue duréedurée détecté au mois de mars 2010.

Entre ces deux publications, ce sont des milliers d'astronomesastronomes issus de plus de 35 pays qui ont utilisé le télescope Hubble pour leurs recherches, originaires principalement des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Allemagne, d'Italie, de France et d'Espagne. Les sujets d'étude qui reviennent les plus souvent sont :