Vingt et un ans après son lancement le 24 avril 1990 et sa mise en orbite par la navette spatiale, Hubble a effectué sa millionième observation. Il ne s’agit pas d’une image mais de l’obtention du spectre d’une exoplanète gazeuse. Les exobiologistes vont y traquer la signature de l’eau sous forme de vapeur.
Cela vous intéressera aussi
  • Admirez vingt ans d'images du télescope Hubble 

Les observations faites par HubbleHubble ont révolutionné notre compréhension de l'universunivers. Elles n'ont pas seulement fourni d'impressionnantes images d'une grande beauté esthétique, les spectres fournis par Hubble nous en ont appris plus sur les galaxies, les trous noirs supermassifstrous noirs supermassifs et les exoplanètes.

La millionième observation de Hubble est d'ailleurs celle du spectrespectre de l'atmosphèreatmosphère d'une exoplanèteexoplanète découverte grâce au Hungarian Automated Telescope Network. Elle en tire son nom puisqu'il s'agit de HAT-P-7b. Située à 1.044 années-lumièreannées-lumière dans la constellationconstellation du Cygne, cette géante gazeusegéante gazeuse est aussi connue sous le nom de Kepler 2b. C'est un Jupiter chaudJupiter chaud avec une atmosphère dont la température moyenne est estimée à pas loin de 2.700 kelvins et qui tourne autour de son étoileétoile hôte en guère plus de deux jours.

Les astrophysiciensastrophysiciens ont pris le spectre de cette géante à l'aide de la nouvelle caméra équipant Hubble, la Wide Field Camera 3. Ce qui les intéresse ? La signature spectrale de la moléculemolécule d'eau. Mais comme le souligne Drake Deming, de l'Université du Maryland et du Nasa's Goddard Space Flight CenterGoddard Space Flight Center (à l'origine de l'observation), il faudra des mois pour analyser les mesures faites par Hubble et pour savoir si oui ou non il y a de l'eau dans l'atmosphère de HAT-P-7b. 

Les astrophysiciens ont déjà traqué et découvert une telle molécule avec Hubble dans l'atmosphère d'un Jupiter chaud, il s'agissait d'Osiris.